Taslima Nasreen provoque des violences malgré elle en Inde

Discussion dans 'Faits divers' créé par @@@, 6 Mars 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    Lundi dernier, les écrits de l'écrivain bangladais persécuté Taslima Nasreen ont encore provoqué des violences.


    Dans les rues de Shimoga, dans la province indienne du Karnataka, les musulmans sont sortis dans les rues pour protester contre un texte publié dimanche dans le journal local Kannada Prabha. Bilan : deux morts, plusieurs blessés, des dizaines de magasins et de véhicules vandalisés, et les locaux du journal en question attaqués par la foule.

    A l'origine du drame, un texte selon lequel le prophète Mahommet aurait été contre le port de la burqa. Un texte qui date de 2006, dont la parution s'est faite cette fois-ci à l'insu de l'écrivain, et qui avait surtout été traduit en kannada de manière approximative, rendant les propos beaucoup plus agressifs que dans la version originale.

    Quoi qu'il en soit, l'épisode a provoqué une nouvelle attaque frontale contre celle qui « dénonce l'Islam », et qui affirme que « le Coran est totalement dépassé ». Et que l'Inde continue, malgré les remous récurrents qu'elle provoque, de prendre sous son aile.

    Taslima Nasreen est revenue en Inde en janvier dernier. Pour des questions de sécurité, le lieu de résidence de l'auteur de « Lajja » (« La Honte ») -roman qui l'a contrainte à l'exil après sa publication, en 1994- est tenu secret. Mais face à ces attaques, elle a réagit dans un communiqué :


    « Cet incident me choque. J'ai lu que cet incident a été provoqué par un article signé de mon nom. Mais je n'ai jamais écrit pour ce quotidien. [C'est] une atteinte délibérée pour me calomnier et provoquer des troubles dans la société. »

    Sur des photos récentes, la dame révolutionnaire apparaît fatiguée, le visage bouffi. Son exil forcé du Bangladesh depuis 1994, sa séquestration par les autorités indiennes qui, tout en l'accueillant, lui demandent de « ne pas heurter les sentiments des communautés formant l'Inde » : tous ces faits l'ont manifestement épuisé. « Je ne souhaite que la paix », écrit-elle d'ailleurs dans son communiqué.



    http://www.rue89.com/2010/03/05/taslima-nasreen-de-nouvelles-violences-malgre-elle-en-inde-141554
     

Partager cette page