Tourisme : le groupe français Barrière s'implante au Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 17 Mars 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Le groupe français Lucien Barrière a inauguré lundi à Marrakech, Naoura Barrière, son premier établissement à l'étranger.



    Le groupe français d'hôtels de luxe et casinos Lucien Barrière a inauguré lundi à Marrakech, au Maroc, son premier établissement à l'étranger, le Naoura Barrière, coup d'envoi de son développement à l'international.

    "Nous sommes contents d'avoir démarré par le Maroc et particulièrement Marrakech, une destination très prisée par nos clients traditionnels", a déclaré à l'AFP Dominique Desseigne, président du conseil de surveillance.

    L'investissement global dans ce projet (85 chambres et suites et 26 riads) s'élève à 45 millions d'euros, dont 35% apportés par le groupe Barrière. Le reste est financé par des partenaires marocains : Axa Maroc, la banque CFG, le fonds d'investissement CMKD et l'assureur RMA.

    Les riads ont été achetés par des particuliers qui peuvent en profiter pendant un certain temps et confient leur gestion à Barrière le reste de l'année, ce qui leur permet d'en tirer un revenu locatif. "C'est un concept intelligent que nous aimerions développer ailleurs", indique M. Desseigne.

    "Nous avons plein de projets dans les tiroirs, mais il y a aussi la crise à gérer, on va donc d'abord optimiser ce qu'on vient d'ouvrir", a-t-il commenté.


    Pour se développer, le groupe Barrière espère pouvoir s'appuyer sur le fonds souverain du Qatar, Qatari Diar, son partenaire (22,7%) dans le capital de la Fermière de Cannes (SFCMC), propriétaire du palace Majestic à Cannes.

    M. Desseigne prévoit de "lancer la marque Majestic à l'international", mais souhaite d'abord terminer l'extension de l'hôtel de Cannes qui est en cours pour un coût de 72 millions d'euros.

    Interrogé sur la crise des palaces à Paris, dont les revenus sont en chute libre, il a reconnu que "ce n'est pas facile, on serre les charges". "On a vécu l'année 2008 surfant sur les difficultés en essayant de les anticiper", a-t-il expliqué avant d'ajouter que "2009 sera une année difficile et 2010 aussi".

    Source : medi1sat.com
     

Partager cette page