[Sujet unique] Tournée Africaine de SM le Roi Mohammed VI

Discussion dans 'Info du bled' créé par titegazelle, 19 Février 2014.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    [​IMG]

    Sa Majesté le Roi Mohammed VI est arrivé, mardi en fin d’après-midi à Bamako, pour une visite officielle en République du Mali, première étape d'une tournée africaine.

    Le Roi Mohammed VI visitera la Guinée, le Gabon et la Côte d’Ivoire. Un périple qui intervient quelques mois seulement après une tournée ayant amené le Roi dans d’autres pays africains notamment le Sénégal, en plus du Gabon et de la Côte d’Ivoire.

    Que signifie cet intérêt marqué du Roi pour le continent noir ? Et que peut gagner le Maroc d’un tel déplacement ? Pour le professeur universitaire, spécialiste des questions africaines, Khalid Chegraoui que menara.ma a joint dimanche dans l’après midi, «une présence marocaine en Afrique sur le plan politique, économique, sociale et culturel ou seulement l’un de ces secteurs est capable de retracer un nouveau chemin dans notre politique africaine.»

    M. Chegraoui rappelle que la politique de la chaise vide qui a été adoptée depuis le retrait du Maroc de l’Organisation de l’Unité africaine en 1984 a montré ses limites. «D’ailleurs, dit-il, depuis l’avènement de Mohammed VI, nous avons senti qu’il va y avoir un changement d’attitude et c’est ce qui est en train de se passer maintenant. Le Maroc et actuellement plus présent en Afrique qu’il ne l’a été il y a des décennies».


    Et comme l’a déclaré le ministre malien des Affaires étrangères, Zahabi Ould Sidi Mohamed, dimanche 16 février 2014,«nous attendons beaucoup de cette visite Royale qui devra relancer la coopération économique…» Sans oublier de signaler «l’intérêt des hommes d’affaires marocains de venir investir au Mali.»

    Facteur risque

    Comment les hommes d’affaires marocains peuvent-ils investir dans un pays comme le Mali où l’instabilité fait encore défaut ? Le ministre des affaires étrangères malien s’est voulu rassurant dans ses déclarations en signalant que son pays est sur la voie de la stabilité et s’est doté d’institutions démocratiques. Quant à M. Chegraouik, il explique la situation en signalant que «l’instabilité politique en Afrique est un facteur de risque calculable. Par contre la question à poser est quel calcul de risque est supposé être fait par les autres investisseurs politiques et économiques étrangers dans le continent africain ?»

    Pour de nombreux analystes, la multiplication des voyages du Roi en Afrique a donné un coup d’accélérateur certain aux échanges culturels, économiques et commerciaux entre le Maroc et la majorité des pays de l'Afrique subsaharienne. D’après un ancien diplomate marocain, le retour du Maroc en force sur la scène africaine s’inscrit dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant.

    «Aucun pays n’a réellement tous les moyens de sa politique étrangère. Mais le Maroc a les atouts nécessaires pour son ancrage africain, il faut mettre en place une stratégie globale intégrée de politique extérieure avec spécification et hiérarchisation des espaces, en mutualisant les moyens et en associant le secteur public et privé, en développant la notion d’aide à la prise de décision par le biais de l’université des instituts qui se doivent de se transformer en Think Tank…»

    La nouvelle tournée royale dans les quatre pays africains se veut donc sous le signe de la continuité et de la fructification des autres visites royales dans le continent. Un beau pari sur l’avenir.


    Menara.ma / S. Belhassan / 18.02.2014 : 18h22

    Arrivée de SM le Roi Mohammed VI à Bamako | Portail Menara.ma
     
  2. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

    La visite de SM le Roi au Mali marque le début d’une coopération
    plus large et plus profonde entre les deux pays
    (ministre malien des AE)



    Bamako, 18 févr. 2014 (MAP) - La visite qu’effectue SM le Roi Mohammed VI en République du Mali marque le début d’une coopération plus large et plus profonde entre les deux pays frères, a souligné le ministre malien des Affaires étrangères, Zahabi Ould Sidi Mohamed.

    Dans une déclaration à la presse, le chef de la diplomatie malienne a mis en relief la portée de cette visite sur le plan du renforcement des relations bilatérales.

    Il s’est félicité dans ce sens de l’intérêt qu’accorde SM le Roi au développement des relations entre le Maroc et le Mali, notant que la visite du Souverain ne manquera pas de conforter la coopération entre les deux pays.

    "C’est un événement heureux pour tous les Maliens qui sont honorés d’accueillir à nouveau SM le Roi Mohammed VI", a fait constater M. Zahabi, ajoutant que "l’enthousiasme des populations pour cette visite est grand et visible dans la ville, à travers les rues et le long des avenues de Bamako".

    Il a par ailleurs émis le souhait de voir les opérateurs économiques marocains s’intéresser davantage aux opportunités d’investissement qu’offre son pays dans différents domaines, tels que l’industrie, l’artisanat, la culture et l’agriculture.

    SM le Roi Mohammed VI est arrivé, mardi en fin d’après-midi à Bamako, pour une visite officielle en République du Mali, première étape d'une tournée africaine qui conduira le Souverain en Côte d'Ivoire, en Guinée Conakry et au Gabon.

    Un accueil officiel et populaire, faste et enthousiaste, a été réservé au Souverain à Son arrivée à Bamako.

    (MAP)- TB/LA---BI.

    MAP / 18.02.2014 : 22h45

    La visite de SM le Roi au Mali marque le début d’une coopération plus large et plus profonde entre les deux pays (ministre malien des AE) | Portail Menara.ma
     
  3. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Une tournée royale pour réaffirmer l’identité continentale du Royaume



    À Son départ de l’aéroport de Rabat-Salé, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a passé en revue un détachement de la Garde royale qui rendait les honneurs, avant d’être salué par le président de la Chambre des conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Charki Drais, et les ambassadeurs au Maroc de Côte d’Ivoire, de Guinée-Conakry et du Gabon, et du chargé d’affaires malien.
    S.M. le Roi a également été salué par le général de Corps d'armée Abdelaziz Bennani, Inspecteur général des Forces armées royales, commandant la Zone Sud, le général de Corps d'armée Hosni Benslimane, commandant la Gendarmerie royale, le général de division Mimoun Mansouri, commandant la Garde royale, le général de division Ahmed Boutaleb, Inspecteur des Forces Royales Air, le vice-amiral Mohamed Laghmari, Inspecteur de la Marine royale, le général de Brigade Haddou Hajjar, Inspecteur des Forces auxiliaires (Zone Nord).
    Le Souverain a aussi été salué par le Directeur général de la Sûreté nationale, Bouchaib Rmail, le Directeur général de la Surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi, le wali de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, gouverneur de la préfecture de Rabat, Abdelouafi Laftit, le gouverneur de la préfecture de Salé, Mustapha El Kheidri, ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires. S.M. le Roi est accompagné, lors de cette visite, d'une importante délégation comprenant notamment les conseillers du Souverain, Taib Fassi Fihri et Fouad Ali El Himma.
    La délégation comprend également le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, le ministre de l'Économie et des finances, Mohamed Boussaid, le ministre de l'Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, le ministre de l'Équipement, du transport et de la logistique, Aziz Rabbah, le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, le ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi, le ministre de l'Énergie, des mines, de l'eau et de l'environnement, Abdelkader Amara, et le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad ainsi que Youssef Amrani, chargé de mission au Cabinet royal.
    S.M. le Roi est accompagné d'une délégation de responsables et d'opérateurs économiques représentant les secteurs public et privé et d'autres personnalités civiles et militaires.

    source : Départ de Sa Majesté le Roi pour le Mali : Une tournée royale pour réaffirmer l’identité continentale du Royaume - LE MATIN.ma
     
  4. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Le Maroc peut indéniablement jouer un rôle
    dans le soutien et l’assistance au développement en Afrique

    (journal)


    Rabat, 20 févr. 2014 (MAP) - Dans un environnement africain marqué par la recherche de soi, mais aussi par une volonté d’émancipation économique, il est indéniable qu’un pays comme le Maroc peut jouer un rôle important dans le soutien et l’assistance au développement, pour aller de l’avant et faire émerger les potentialités individuelles et collectives dont regorge le continent, écrit jeudi le quotidien le Matin du Sahara et du Maghreb.

    Dans un article sous le titre "Maroc-Afrique, un regard commun vers l’avenir", publié à l’occasion de l'actuelle tournée de SM le Roi Mohammed VI, dans plusieurs pays africains, le journal souligne que le souci du Royaume de soutenir l’effort de développement des pays africains ne date pas d’aujourd’hui. Lors du Sommet Afrique-Europe de 2000, le Souverain avait annoncé la décision du Maroc d'annuler l'ensemble des dettes des Pays africains les moins avancés et d’accorder un accès en franchise de droits de douane à l'essentiel de produits d'exportation en provenance de ces pays, une décision qui a permis à ces pays d’augmenter sensiblement leurs exportations vers le Maroc, rappelle la publication.

    Depuis cette date, poursuit-elle, la politique africaine du Maroc sur le plan économique s’est élargie au secteur privé et la doctrine de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en la matière est basée sur le co-développement. Ainsi, et sous l’impulsion et le soutien du Souverain, des entreprises marocaines se sont déployées en Afrique permettant ainsi à ces pays non seulement de se doter d’entreprises économiques performantes, mais aussi, et surtout, d’accéder au savoir-faire dans divers domaines.

    La philosophie des grands organismes marocains installés en Afrique étant de recourir aux ressources humaines locales qui constituent la majorité des cadres dirigeant aujourd’hui les filiales africaines des entreprises marocaines. Banques, assurances, télécommunications, travaux publics, routes et infrastructures, engins et matériel de TP, cimenteries, distribution, habitat social, pharmacie, etc. sont autant d’activités et de projets initiés dans les différents pays d’Afrique sous l’impulsion d’entreprises marocaines. Le journal évoque aussi le rôle stratégique joué par la Royale Air Maroc (RAM) qui a réussi, dans un secteur aérien mondialement marqué par la crise, à désenclaver les pays africains. Un désenclavement sans lequel aucun effort d’investissement marocain ou autre n’aurait pu être possible.

    Le journal signale, d'autre part, que le Royaume a fait de l’implication active du Maroc dans les opérations de maintien de la paix et de l’action humanitaire une doctrine diplomatique, ajoutant que le Maroc qui a réussi à bâtir un modèle cohérent de transition démocratique et un projet de société moderne sous la conduite éclairée de SM le Roi, se trouve ainsi au premier plan à chaque fois qu’il s’agit d’agir pour aider les pays africains à renouer avec la stabilité et la paix et soutenir les populations de ces pays pour faire face aux catastrophes naturelles et autres menaces. De l’envoi de contingents de maintien de la paix sous l’égide des Nations unies au déploiement d’hôpitaux de campagne en passant par l’aide humanitaire directe, le Maroc a toujours su être au chevet des populations africaines, un effort qui est reconnu par la communauté internationale et salué à maintes reprises par le secrétaire général de l’ONU, note-il.

    Pour le Matin du Sahara et du Maghreb, la vision africaine du Royaume ne s’arrête pas aux aspects politiques, diplomatiques ou économiques. L’être humain figure au premier rang des priorités marocaines. Ainsi, sous l’impulsion du Souverain, une politique de coopération sérieuse et planifiée a été mise en place pour aider au développement humain en Afrique. Une politique qui s’est traduite par une coopération soutenue en matière de formation d’étudiants à travers plus de 7 000 bourses d’étude au profit des pays subsahariens ainsi que des accords de formation et de perfectionnement des cadres de ces pays au Royaume, explique.

    Fidèle aussi à son rôle historique assuré depuis des siècles, le Royaume assume ses responsabilités envers les pays africains frères de la région dans le domaine religieux. De la construction et la réhabilitation de mosquées en passant par la formation d’imams et le soutien des confréries soufies, entre autres, et sous la direction de Sa Majesté le Roi, Commandeur des croyants, une multitude d’actions ont été entreprises pour la sauvegarde du patrimoine islamique dans les pays subsahariens et la pérennisation de l’Islam modéré incarné par le rite sunnite malékite qui constitue le seul rempart contre l’intégrisme, écrit la publication.

    Et le journal de conclure : Il est donc clair, aujourd’hui, que le Royaume du Maroc joue un rôle important dans la stabilité et la promotion du développement en Afrique. Un rôle qu’il assume avec abnégation et engagement, guidé en cela non pas par des calculs géopolitiques réduits, mais plutôt, et d’abord, par son devoir historique envers des pays avec lesquels il entretient une amitié séculaire. (MAP).



    BZ---EXP. - TR.


    MAP / 20.02.2014 : 18h3

    Le Maroc peut indéniablement jouer un rôle important dans le soutien et l’assistance au développement en Afrique (journal) | Portail Menara.ma
     
  5. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

    L’axe Rabat-Bamako se renforce par la signature
    de plusieurs accords de coopération



    Bamako, 20 févr. 2014 (MAP) - Les relations entre le Maroc et le Mali ont connu, jeudi, un nouveau tournant sur la voie de la consolidation de la coopération bilatérale à la faveur de la signature de plusieurs accords bilatéraux.

    Au nombre de dix-sept, ces accords et conventions touchent différents secteurs et qui reflètent l’engagement des secteurs public et privé de s’impliquer dans la nouvelle dynamique imprimée aux relations bilatérales par SM le Roi Mohammed VI et le Président malien, Ibrahim Boubakar Keïta.

    Dans une déclaration à la MAP, le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid, a mis en relief l’extrême importance des conventions signées aujourd’hui qui accompagne et complète la vision du Maroc pour cette région qui a besoin d’investissements conséquents dans beaucoup de secteurs.

    Il a notamment souligné que les conventions qu’il a signées profitent aux hommes d’affaires et opérateurs économiques des deux pays en instaurant la non-double imposition. Il s’agit également de la protection des investisseurs marocains au niveau des investissements qu’ils réalisent au Mali, a-t-il dit.

    "Je pense qu’elles sont deux outils très encourageants et très importants, qui confortent et rassurent les investisseurs marocains au Mali et qui permettent d’envisager la suite au niveau des affaires dans ce pays avec beaucoup de sérénité et d’assurance", a dit M. Boussaid.

    De son côté, le ministre de la Santé, El Hussein El Ouardi, a rappelé la profondeur des relations d’amitié et de fraternité qui lient le Maroc et le Mali, et souligné sa conviction que le partenariat Sud-Sud aura des retombées positives sur les deux pays.

    S’agissant de la coopération dans le domaine de la santé, il a indiqué que les deux pays ont signé une convention de partenariat pour apporter une contribution marocaine à la mise en marche du système sanitaire malien.

    Les domaines retenus dans le cadre de cette coopération, a-t-il expliqué, concernent la formation et la formation continue axées sur la paramédical, la santé de la mère et de l’enfant, la politique pharmaceutique, la gouvernance et le management dans le domaine de la santé, la prévention et la prise en charge des maladies transmissibles, en particulier le sida, et un partenariat dans le domaine des évacuations sanitaires.

    Aux termes de ces conventions, "le Maroc est disposé à accueillir et à recevoir par voie aérien des malades graves pour un traitement dans le Royaume", a souligné M. El Ouardi.

    Pour sa part, la présidente de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Mme Meriem Bensalah Chaqroun, a fait savoir que la convention avec le Conseil national du patronat malien jette les bases d’un socle de partenariat entre les entreprises marocaines et maliennes dans certains secteurs.

    Il s’agit, entre autres, de la formation professionnelle, des normes mais également de l’accompagnement des investissements pour le développement économique d’un pays frère qui est le Mali, a-t-elle relevé.

    La ministre malienne de l’économie et des Finances, Mme Mme Bouaré Fily Sissoko, a mis en relief l’importance et la portée des accords signés sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et le président malien Ibrahim Boubakar Keïta.

    Elle a indiqué que cette cérémonie de signature de ces accords amorcera une nouvelle phase de coopération fructueuse et multiforme entre les deux pays frères, soulignant que ces accords profiteront aux opérateurs économiques des deux pays de sceller de nouveaux partenariats gagnant-gagnant.

    Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, et le Président de la République du Mali, M. Ibrahim Boubacar Keïta, ont présidé, jeudi au palais présidentiel de Koulouba à Bamako, la cérémonie de signature de dix-sept accords bilatéraux dans différents domaines de coopération entre les deux pays frères.


    TB/LA---BI.

    FR.

    MAP / 20.02.2014 : 20h00

    L’axe Rabat-Bamako se renforce par la signature de plusieurs accords de coopération | Portail Menara.ma
     
  6. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Le Maroc va dédier une unité de production d'engrais à l'Afrique

    La décision de SM le Roi Mohammed VI relative à la création d'une usine de production d'engrais entièrement dédiés à l'Afrique constitue une nouvelle illustration de l'engagement constant du Maroc en faveur d'une coopération sud-sud, agissante et solidaire.
    [​IMG]
    S'inscrivant en droite ligne de la politique du Royaume érigeant la coopération avec les partenaires du sud parmi ses priorités, cette initiative, annoncée à l'occasion du forum économique maroco-malien, tenu à Bamako dans le cadre de la visite de SM le Roi au Mali, vise à accompagner la croissance des marchés africains à travers leur approvisionnement, continu et régulier, en engrais.

    Ce projet, de par sa vocation, sa portée et le montant significatif (600 millions dollars) investi dans sa réalisation, confirme la vocation africaine du Maroc et illustre, encore une fois, le ferme engagement du Royaume à accompagner les pays du continent dans leurs marches pour la réalisation de la prospérité et du bien-être.

    L'unité d'engrais de Jorf Lasfar, dont la production sera destinée exclusivement à l'Afrique, "est une première à l'échelle mondiale", a souligné à Bamako le PDG du Groupe OCP (Office chérifien des phosphates), Mostafa Terrab.

    "C'est la première fois qu'un producteur d'engrais dédie une capacité qui n'est pas des moindres au marché africain, puisqu'il s'agit de un million de tonnes d'engrais par an", a-t-il déclaré.

    Notant que ce projet s'inscrit aussi dans une volonté de faire utiliser les ressources naturelles en Afrique en priorité pour satisfaire les besoins des économies africaines, il a relevé que le coût d'investissement significatif pour la réalisation de cette usine, dont les travaux ont débuté il y a deux années, est de quelque 600 millions de dollars.

    La réalisation à Jorf Lasfar d'une unité de production d'engrais dédiés entièrement au marché africain constitue une bonne nouvelle pour le continent, a affirmé, de son côté, le ministre malien de l'Energie et des mines, Boubou Cissé.

    "Quand le Maroc se porte volontaire pour créer une telle unité industrielle et que le Mali, comme l'ensemble des pays africains puisse en profiter, c'est un soulagement pour nous tous", a-t-il dit en substance.

    Tout en rendant un vibrant hommage à SM le Roi Mohammed VI pour cette initiative, M. Cissé a estimé que c'est à travers ce type de coopération Sud-Sud que le continent peut se développer.

    Ce projet marocain constitue ainsi l'expression d'un leadership qui prône une coopération solidaire et mutuellement bénéfique, tout en étant soucieux du bien-être des populations du continent africain.

    Conscient de l'enracinement profond de son appartenance africaine, le Maroc, partant d'une vision royale érigeant la coopération Sud-Sud parmi les priorités de la politique étrangère, a multiplié les initiatives et les actions pour renforcer la coopération avec ses partenaires africains et la hisser au niveau d'un véritable partenariat agissant et solidaire au service de la cause du développement.

    C'est dans cette perspective que les multiples visites africaines effectuées par SM le Roi Mohammed VI, depuis Son accession au Trône, ont créé une nouvelle dynamique dans les relations avec de nombreux pays africains et donné une forte impulsion à la coopération Sud-Sud, érigée en choix stratégique par le Royaume.

    Ces visites royales ont été couronnées par la conclusion d'une série d'accords de coopération touchant à divers domaines de développement économique, technique, social, culturel et humain, tels que la lutte contre la pauvreté et les maladies, l'agriculture et l'agro-alimentaire, les pêches, l'éducation et la formation, la gestion de l'eau et l'irrigation, les infrastructures de base et l'aménagement urbain, les technologies de l'information, et la gestion financière et les banques.

    Traduisant dans les faits la vision Royale pour le développement, ces accords ont permis au Maroc d'initier, avec ses partenaires africains, un large éventail de projets et de joint-ventures à haute valeur ajoutée dans des domaines cruciaux pour le développement de l'Afrique.



    MAP
    www.lavieeco.com
     
  7. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113

    Mali et le Maroc ont signé jeudi à Bamako dix-sept conventions et accords de coopération en présence du président malien Ibrahim Boubacar Keïta et du roi Mohammed VI, a constaté un journaliste de l’AFP. Ces différents accords portent sur des domaines aussi divers que les services aériens, l’industrie, l’élevage, la santé, les finances, la formation professionnelle, les télécommunications, les hydrocarbures, les mines, ou encore l’alimentation en eau potable. Le roi du Maroc et le chef de l’Etat malien ont assisté aux signatures de ces accords de coopération et conventions par leurs ministres, sans faire de déclarations. Le montant total de ces accords n’a pas été rendu public. « Nous ne venons pas en donneur de leçons, nous venons au Mali pour un partenariat solidaire » avec « démarrage immédiat », a déclaré à la presse Mohamed Boussaïd, ministre marocain de l’Economie et des finances. Le ministre malien du Commerce, Abdel Karim Konaté, a de son côté estimé que par la signature de ces accords, « le Maroc et Mali viennent de démontrer que le développement de nos pays peut également passer par un partenariat sud-sud ». Avant son départ dimanche pour la Guinée et le Gabon après cinq jours de visite officielle au Mali, le roi procédera à la pose de la première pierre d’une clinique prénatale financée par le Maroc, ainsi qu’au lancement des travaux de construction d’une cimenterie. En sa présence, la Fondation Mohammed VI pour le développement durable doit également faire don au Mali de 100.000 doses de semences bovines et de kits d’insémination au profit des éleveurs maliens

    source : http://www.info-express.ma/economie-2/7315-le-mali-et-le-maroc-signent-17-accords-et-conventions
     
  8. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    SM le Roi et le Président malien
    inaugurent le câble à Fibre optique


    [​IMG]
    Inauguration du tronçon malien du câble à fibres optiques Trans Africain


    SM le Roi Mohammed VI accompagné du Président de la République du Mali Ibrahim Boubacar Keïta, a procédé samedi à Bamako à l’inauguration du tronçon malien du câble à fibres optiques Trans Africain.

    Ce câble à fibre optique relie la ville de Sikasso (frontière Côte d’Ivoire et Burkina Faso) à Gogui (frontière Mauritanie).

    D’une longueur de 1.064 km, ce câble financé par Sotelma (filiale de Maroc Télécom) a nécessité onze mois de travaux et une enveloppe de quatre milliards de francs CFA (près de six millions d’euros).

    Il fait partie du câble à fibres optiques Trans Africain du groupe Maroc Télécom qui relie le Maroc, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso et le Niger sur 5.698 Km. Il a nécessité 24 mois de travaux et un investissement de 13 milliards de francs CFA.

    La mise en place de ce câble à fibres optiques Trans Africain vise aussi à répondre à la forte croissance des besoins en haut débit de la bande passante internationale, améliorer la connectivité des pays de la région et assurer la sécurisation du trafic des télécommunications.

    [​IMG]
    Carte représentant le tracé du projet de fibre optique reliant le Maroc à la Mauritanie, le Mali,
    et le Burkina Faso développé par le groupe Maroc Telecom.

    Consistance du projet

    L’architecture du déploiement de ce câble est déclinée à travers cinq segments :

    - Le premier relie Rabat -Agadir - laâyoune - Dakhla
    - Frontière Maroc- Mauritanie : d’une longueur de 2099 km.
    - Le deuxième segment concerne la frontière Maroc- Mauritanie - Nouadhibou - Nouakchott
    - Frontière Mauritanie / Mali d’une longueur de 1480 km.
    - Le troisième concerne la frontière Mauritanie / Mali - Bamako
    - Frontière Mali / Burkina Faso d’une longueur de 1064 km.
    - Le quatrième concerne la frontière Mali / Burkina Faso - Ouagadougou d’une longueur de 650 km
    - et le cinquième concerne Fada Ngourma - Frontière Burkina Faso / Niger d’une longueur de 172 km.​

    Propriétés techniques

    Ce projet développé par le groupe Maroc Telecom pour ses filiales s’étend sur une longueur totale de 5 465 km. Le câble dispose d’une capacité de 24 fibres optiques avec un débit de 20Gbpts extensible à 800 Gbps. Le coût total de cet investissement est chiffré à 13 milliards de FCFA, finances sur fonds propres.

    Les retombées positives pour le Mali

    Le câble à fibres optiques Trans Africain permet de renforcer les capacités en bande passante pour offrir les services hauts débit, d’améliorer la connectivité du pays, d’étendre le backbone sur l'axe Bamako-Didiéni-Diéma-Kayes, sécuriser le trafic national, international et Internet et aussi d’optimiser les liaisons satellite nationales et internationales utilisées par Sotelma.

    [​IMG]
    Tracé du câble à fibres optiques Trans Africain au Mali

    La fibre optique un choix stratégique


    Pour rappel le groupe Maroc Telecom a, depuis des années, beaucoup investi pour accompagner la transition numérique au Maroc et dans ses filiales africaines.
    Le groupe avait déjà construit en 2006 le câble sous-marin «Atlas Offshore» reliant le Maroc à la France (1634 km).

    Puis, face à la demande croissante des activités d’offshoring, notamment des centres d’appels, un deuxième câble du nom de «Loukkos» a été mis en service en avril 2012, reliant cette fois-ci Asilah à Rota près de Séville via Cadiz (187 km). Ces deux câbles sous-marins ont été financés, faut-il le rappeler, sur les fonds propres de Maroc Telcom.

    S’agissant du réseau terrestre, après avoir équipé le tronçon Agadir-Dakhla-Aousserd, Maroc Telecom a quasiment bouclé le chantier FO reliant le Maroc au Burkina Faso, au Mali, à la Mauritanie et, au-delà, à l’Europe et au reste du monde.
    Au terme de l’année 2012, le réseau IAM totalisait 30410 km de câbles à fibre optique au Maroc, ajoutés aux 5029 km de câbles terrestres reliant le groupe à ses filiales africaines.




    Menara / 22.02.2014: 18h03
    SM le Roi et le Président malien inaugurent le câble à Fibre optique | Portail Menara.ma
     
    Dernière édition: 23 Février 2014
  9. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Le câble à fibres optiques au Mali,
    le fruit d’une coopération sud-sud
    entre le Maroc et les pays de l’Afrique de l’Ouest
    (M.Ahizoune)


    Bamako, 22 févr. 2014 (MAP)- Le câble à fibres optiques au Mali, inauguré, samedi à Bamako par SM le Roi Mohammed VI, est le fruit d’une coopération sud-sud entre le Maroc et les pays de l’Afrique de l’Ouest, a affirmé le président du directoire de Maroc Télecom, M. Abdeslem Ahizoune.
    Ce projet inauguré à Bamako consiste en la fourniture et la pause d’un câble à fibres optiques d’une très grande capacité, est le fruit d’une coopération sud-sud entre le Maroc et ces pays de l’Afrique de l’Ouest, et dans lesquels il y a une présence à travers Maroc Télécom, a-t-il déclaré à la presse.

    Il s’agit notamment de la Mauritanie, le Mali le Burkina Faso, le Gabon, a-t-il dit, notant que l’objectif du câble Trans Africain est de réduire la fracture numérique au profit des pays qui sont, de plus, enclavés sur le plan géographique, notamment le Mali et le Burkina Faso.

    Ce câble, tout en permettant de contourner la difficulté d’accéder au câble sous-marin, répond à un besoin urgent de la population d’accéder à un haut débit de la bande passante internationale, a-t-il soutenu.

    De même, ce projet ambitionne de contribuer à l’amélioration de la connectivité des pays de la région et à la sécurisation du trafic des télécommunications, a conclu M. Ahizoune



    TB/LA---BI BZ.

    MAP / 22.02.2014 : 21h45

    http://www.menara.ma/fr/2014/02/22/1037614-le-câble-de-fibres-optiques-au-mali-le-fruit-d’une-coop%C
     
    Dernière édition: 23 Février 2014
  10. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Arrivée de SM le Roi en Côte d'Ivoire



    Abidjan, 23 févr. 2014 (MAP) - Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, est arrivé dimanche en fin d'après-midi à Abidjan en provenance du Mali, pour une visite de travail et d'amitié en République de Côte d'Ivoire.

    A Sa descente d'avion à l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny, SM le Roi a été accueilli par le Premier ministre ivoirien, M. Daniel Kablan Duncan.

    Le Souverain a ensuite été salué par le Président de l'Assemblée nationale, le maire de Port Bouet, le gouverneur du District d'Abidjan, le président du Conseil Constitutionnel, le président de la Cour Suprême, le Premier vice-président du Conseil Économique et Social, le président de la Commission électorale indépendante (CEI), le président de la Commission Dialogue, vérité et réconciliation et le président de la Haute autorité pour la bonne gouvernance.
    SM le Roi a été aussi salué par les officiers supérieurs des Forces armées ivoiriennes, les ministres d’État ivoiriens et les membres du gouvernement, les membres des missions diplomatiques arabes et africaines accréditées à Abidjan, les membres de l'ambassade du Maroc et des officiers supérieurs marocains membre de l'opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), ainsi que des représentants de la communauté marocaine établie en Côte d'Ivoire.

    Le Premier ministre ivoirien a, par la suite, été salué par les membres de la délégation officielle accompagnant SM le Roi et qui comprend notamment les Conseillers du Souverain, MM. Taib Fassi Fihri et Fouad Ali El Himma.

    La délégation comprend également le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, le ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, Aziz Rebbah, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, le ministre de la Santé, El Houceine El Ouardi, le ministre de l’Énergie, des mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara, et le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad ainsi que Youssef Amrani, chargé de mission au Cabinet Royal.

    SM le Roi est également accompagné d'une délégation de responsables et d'opérateurs économiques représentant les secteurs public et privé, ainsi que de plusieurs personnalités civiles et militaires.

    Après une brève pause au salon d'honneur de l'aéroport, SM le Roi s'est approché de la foule massée à la sortie de l'aéroport et a tenu à saluer de nombreux citoyens ivoiriens et des membres de la communauté marocaine établie en Côte d'Ivoire.

    Ensuite, le cortège officiel s'est dirigé vers le lieu de résidence du Souverain à Abidjan au milieu des vivats et des ovations d'une foule nombreuse de citoyens, de chefs traditionnels et coutumiers ivoiriens, ainsi que des membres de la communauté marocaine établie en Côte d'Ivoire, venus des quatre coins du pays pour accueillir le Souverain et Lui souhaiter Akwaba (bienvenue en langue baoulé) et un bon séjour à Abidjan.
    Les habitants de la capitale ivoirienne, qui brandissaient les drapeaux rouge et vert du Maroc, et orange, blanc et vert de Côte d'Ivoire, ont tenu ainsi à réserver un accueil chaleureux et exceptionnel à SM le Roi et à saluer l'amitié et la fraternité maroco-ivoiriennes.

    La Côte d'Ivoire est la deuxième étape d'une tournée africaine qui a déjà mené SM le Roi au Mali et qui devra également conduire le Souverain en Guinée Conakry et au Gabon.


    (MAP) - OS/MK - RM

    MAP / 23.02.2014 : 18h15

    Arrivée de SM le Roi en Côte d'Ivoire | Portail Menara.ma
     
  11. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    La visite de SM le Roi
    est un insigne honneur à la Côte d’Ivoire

    (Premier Ministre)


    Abidjan, 23 févr. 2014 (MAP) – La visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI est un insigne honneur à la Côte d’Ivoire, a indiqué, dimanche à Abidjan, le Premier ministre ivoirien, M. Daniel Kablan Duncan.

    ''Nous sommes vraiment très heureux d’accueillir à nouveau Sa Majesté le Roi Mohammed VI puisqu’Il avait déjà fait l’insigne honneur à la Côte d’Ivoire d’être ici, au mois de mars 2013 et venir ici dans le cadre de Son actuelle tournée africaine nous fait un insigne honneur", a affirmé M. Daniel Kablan Duncan dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie d’accueil officielle réservée à SM le Roi Mohammed VI, qui effectue une visite de travail et d’amitié en République de Côte d’Ivoire.

    ''La visite du Souverain est un évènement très fort pour nous'', a-t-il ajouté, notant que cette visite sera marquée par l’organisation d’un forum économique ivoiro-marocain, ainsi que la signature de plusieurs accords de coopération qui viendront s’ajouter à ceux signés lors de la dernière visite de SM le Roi.
    ''Je pense qu’on revit les jours qui avaient, déjà en leur temps Feu SM Hassan II et Feu Felix Houphouët Boigny, lorsqu’ils avaient lancé la Coopération entre les deux pays'', a-t-il ajouté, notant que SM le Roi Mohammed VI et Son Excellence le Président Alassane Ouattara "vont porter ces relations à un autre niveau, un niveau très élevé".

    Et d’ajouter que les projets qui seront inaugurés ou lancés au cours de cette visite, notamment en ce qui concerne les logements sociaux avec les groupes Alliances et Addoha et le projet de Cimenterie avec le Groupe CIMAF, en est la meilleure illustration.(MAP).



    OS/MK - RM

    MAP / 23.02.2014 ; 18h30

    La visite de SM le Roi est un insigne honneur à la Côte d’Ivoire (Premier Ministre) | Portail Menara.ma
     
  12. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Texte intégral du discours de SM le Roi
    au Forum économique maroco-ivoirien à Abidjan



    Abidjan, 24 févr. 2014 (MAP) -
    SM le Roi Mohammed VI, accompagné du Premier ministre ivoirien, M. Daniel Kablan Duncan, a présidé, lundi à Abidjan, l'ouverture du Forum maroco-ivoirien, et prononcé un discours à cette occasion.


    Voici le texte intégral du discours royal

    "Monsieur le Premier Ministre,

    Excellences,

    Mesdames et Messieurs,


    C’est avec un plaisir renouvelé que Je retourne en Côte d’Ivoire, un an, presque jour pour jour, après Ma visite d’État de l’année dernière. Ce laps de temps, aussi court soit-il, permet déjà de mesurer l’évolution importante que connait la Côte d’Ivoire, dans tous les domaines, grâce à l’action clairvoyante et déterminée du Président Ouattara et à l’engagement citoyen de l’ensemble des forces vives de ce pays.

    C’est aussi avec une sollicitude toute particulière que Je M’adresse aux travaux du Forum économique maroco-ivoirien, qui constitue l’expression de Notre détermination à renforcer les relations entre nos deux pays, en imprimant une nouvelle dynamique à leur coopération économique. L’organisation, en Côte d’Ivoire, d’un tel Forum -pour la première fois en dehors du Royaume et sur une terre africaine - n’est pas le fruit du hasard. C’est, d’abord, le reflet de la qualité des relations entre nos deux pays, et l’expression de l’importance des liens politiques et économiques entre le Royaume et les pays de l’Afrique centrale et de l’Ouest.

    Ce choix est, aussi, une reconnaissance de l’importance de l’économie ivoirienne, et notre confiance en son avenir. Ce n’est pas sans raison que votre pays abrite l’une des bases industrielles les plus actives de la région, et l’une des plateformes de commerce les plus dynamiques.

    Désormais, à l’heure où les péripéties politiques font partie du passé, l’unité retrouvée et la paix rétablie sont, assurément, la grande force de la Côte d’Ivoire. Son passé économique florissant est un véritable avantage comparatif.

    Monsieur le Premier Ministre,

    Excellences,

    Mesdames et Messieurs,


    Le Maroc, comme la Côte d’Ivoire, assume pleinement sa vocation africaine, celle qui a toujours été la sienne, tout au long de son histoire. Aujourd’hui comme hier, les relations diplomatiques sont au cœur de nos interactions. Mais, à la faveur des mutations profondes que connaît le monde, leurs mécanismes, leur portée ainsi que leur place même dans l’architecture des relations internationales, sont appelés à s’adapter aux nouvelles réalités.

    Ainsi, auparavant la diplomatie était au service de la consolidation des relations politiques. Aujourd’hui, c’est la dimension économique qui prime et constitue l’un des fondamentaux des relations diplomatiques. La coopération, hier basée sur la relation de confiance et les liens historiques, est, aujourd’hui, de plus en plus fondée sur l’efficacité, la performance et la crédibilité.

    L’efficacité donne toujours ses fruits. Elle est le gage de résultats tangibles, de progrès mesurables et de capacité à répondre aux attentes. Elle garantit la qualité et génère la confiance. La crédibilité veut que les richesses de notre Continent bénéficient, en premier lieu, aux peuples africains. Cela suppose que la coopération Sud/Sud soit au cœur de leurs partenariats économiques.

    Monsieur le Premier Ministre,

    Excellences,

    Mesdames et Messieurs,


    Dans son ouverture, l’Afrique continuera à développer ses relations fructueuses avec les pays avec lesquels elle a le plus de relations historiques profondes et le plus d’affinités. Mais, bien qu’ils constituent des atouts certains, ces liens, à eux seuls, ne suffisent plus. Ils demandent, désormais, à être accompagnés par une action crédible et un engagement constant. Il n’y a plus de terrain acquis, pas plus qu’il n’y a de chasse gardée. Ce serait une illusion de croire le contraire.

    Ce serait, également, une illusion de croire qu’il y a des petits et des grands projets. Tous les projets se valent, tant qu’ils sont pertinents et qu’ils se destinent au service du citoyen. A l’évidence, il y a des projets d’importance nationale. Le Maroc est bien placé pour le mesurer, car nos propres projets d’infrastructure sont entièrement réalisés sur la base de l’expertise marocaine, depuis la conception, jusqu’à la réalisation et la mise en œuvre, qu’il s’agisse par exemple d’autoroutes, d’électrification, de barrages, de ports ou d’aéroports Mais, Il y a aussi des projets qui, bien qu’étant de moindre envergure, revêtent une importance particulière. Car ils touchent directement les citoyens et visent à améliorer leurs conditions de vie quotidienne. C’est le cas du village de pêche que Nous lançons ici en Côte d’Ivoire.

    De tels projets participent à la création d’emplois et à l’essor des PME-PMI, qui représentent la véritable locomotive de développement du continent et la principale source de travail pour sa jeunesse.

    Monsieur le Premier Ministre,

    Excellences,

    Mesdames et Messieurs,


    L’Afrique est un grand continent, par ses forces vives, ses ressources et ses potentialités. Elle doit se prendre en charge, ce n’est plus un Continent colonisé. C’est pourquoi l’Afrique doit faire confiance à l’Afrique.

    Elle a moins besoin d’assistance, et requiert davantage de partenariats mutuellement bénéfiques. Plus qu’une aide humanitaire, c’est de projets de développement humain et social, dont notre Continent a le plus besoin.

    L’Afrique ne doit pas rester otage de son passé, ni de ses problèmes politiques, économiques et sociaux actuels. Elle doit regarder son avenir avec détermination et optimisme, en exploitant tous ses atouts et ses potentialités.

    Si le siècle dernier a été celui de l’indépendance des États africains, le 21ème siècle devrait être celui de la victoire des peuples contre les affres du sous-développement, de la pauvreté et de l’exclusion.

    Monsieur le Premier Ministre,

    Excellences,

    Mesdames et Messieurs,


    Une Afrique dynamique et développée n’est pas un simple rêve pour demain, cela peut être une réalité d’aujourd’hui, mais à la condition d’agir. C’est, donc, le temps de le faire ou de l’entreprendre. L’importance de l’action c’est qu’elle donne la crédibilité au travail politique et permet de réaliser les objectifs escomptés.

    L’Afrique doit, en effet, faire face à de nombreux défis qui menacent sa stabilité politique et entravent son essor socio-économique.

    Or, ces défis ne peuvent être relevés que par la coopération, la solidarité entre les peuples africains et le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des États.

    L’Afrique a donc vocation à bénéficier de toutes les potentialités dont elle regorge, sans pour autant vivre en autarcie. Elle doit multiplier les partenariats bénéfiques avec les nombreux pays développés qui marquent un intérêt constant, un engagement sincère et une implication substantielle en faveur de son progrès économique et de son développement humain.

    Elle doit bénéficier également des opportunités qu’offre la coopération triangulaire, en tant qu’outil novateur, facilitant la conjugaison des efforts et l’optimisation des moyens.

    A cet égard, le Maroc, qui a été pionnier dans ce schéma de coopération, est disposé à mettre au service des pays africains frères le capital de crédibilité et de confiance dont il jouit auprès de ses partenaires.

    Il est, en effet, de notre devoir collectif de faire en sorte que la mondialisation devienne une force positive pour le développement de l'Afrique. Le développement économique, le commerce et l'intégration régionale sont, à cet égard, parmi les thématiques centrales.

    "Monsieur le Premier Ministre,

    Excellences,

    Mesdames et Messieurs,


    Le développement durable du Continent africain exige que la créativité et le dynamisme du secteur privé se concentrent sur des domaines porteurs, comme l’agriculture, l’industrie, la science et la technologie, et le développement des infrastructures. Cela reste tributaire de la libération des potentialités et du renforcement de l’initiative privée, ce qui présuppose l’existence d’un secteur public efficace, porteur et compétent. La démultiplication des partenariats public privé sud-sud et des transferts de technologie, revêt une importance clé dans ce sens.

    C’est dire que le renforcement des capacités institutionnelles des États africains, constitue un enjeu stratégique. La meilleure gouvernance, le progrès par le droit et la résolution pacifique des conflits, doivent être des priorités partagées.

    Grâce aux progrès du secteur bancaire, à l’urbanisation des populations, et à la hausse continue de la productivité du travailleur africain, l’Afrique voit chaque jour s’ouvrir à elle de nouvelles voies pour atteindre la prospérité des générations futures.

    Elle y aura d’autant mieux accès, lorsqu’elle parviendra à triompher de l’Afro-pessimisme, grâce à la libération des potentiels, intellectuels et physiques, des forces vives de tous les peuples africains.

    J’invite chacun de vous à imaginer ce que serait, alors, notre continent africain, libéré de ses pesanteurs. En souhaitant plein succès aux travaux de ce Forum économique, je fais pleinement confiance à votre pragmatisme et votre créativité, pour déboucher sur des résultats concrets, au bénéfice du développement de nos deux pays frères et de leurs régions respectives. Wassalamou alaikoum warahmatoullahi taala wabarakatouh".



    FR/BR.

    MAP / 24.02.2014 : 14h30

    Texte intégral du discours de SM le Roi au Forum économique maroco-ivoirien à Abidjan/ 1 | Portail Menara.ma
     
  13. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    SM le Roi Mohammed VI
    appelle à un partenariat bénéfique en Afrique

    [​IMG]


    SM le Roi Mohammed VI a appelé, lundi à Abidjan, au développement de partenariats mutuellement bénéfiques en Afrique.

    "L’Afrique a moins besoin d’assistance et requiert davantage de partenariats mutuellement bénéfiques", a dit le Souverain dans un discours prononcé à l’ouverture du Forum économique maroco-ivoirien.

    SM le Roi a relevé, dans ce contexte, que plus qu’une aide humanitaire, le continent africain a le plus besoin de projets de développement humain et social.

    Le Souverain n’a pas manqué de rappeler que l’Afrique demeure un grand continent, par ses forces vives, ses ressources et ses potentialités, invitant les pays du continent à se prendre en charge.

    "Ce n’est plus un continent colonisé. C’est pourquoi l’Afrique doit faire confiance à l’Afrique", a dit SM le Roi, exhortant les pays du continent à ne pas rester otage de leur passé, ni de leurs problèmes politiques, économiques et sociaux actuels. Pour le Souverain, "l’Afrique, forte de ses atouts et de ses potentialités doit regarder son avenir avec détermination et optimisme", en exploitant tous ces atouts et ces potentialités.

    "Si le siècle dernier a été celui de l’indépendance des États africains, le 21ème siècle devrait être celui de la victoire des peuples contre les affres du sous-développement, de la pauvreté et de l’exclusion", a ajouté SM le Roi, soulignant qu'"une Afrique dynamique et développée n’est pas un simple rêve pour demain. Cela peut être une réalité d’aujourd’hui, mais à la condition d’agir", a dit SM le Roi.

    Le Souverain a, d’autre part, exhorté les pays africains à faire en sorte que la mondialisation devienne une force positive pour le développement de l’Afrique à travers une action qui fait du développement économique, le commerce et l'intégration régionale des thématiques centrales.

    SM le Roi a mis l’accent sur l’importance de multiplier les partenariats bénéfiques entre l’Afrique et les nombreux pays développés qui marquent un intérêt constant, un engagement sincère et une implication substantielle en faveur du progrès économique et du développement humain du continent.

    Rappelant les avancées réalisées par le continent, notamment au niveau du secteur bancaire, l’urbanisation des populations et la hausse continue de la productivité du travailleur africain, le Souverain a souligné que l’Afrique "voit chaque jour s’ouvrir à elle de nouvelles voies pour atteindre la prospérité des générations futures".




    MAP / 24.02.2014 : 15h16
    SM le Roi Mohammed VI appelle à un partenariat bénéfique en Afrique | Portail Menara.ma
     
  14. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    A Abidjan,
    SM le Roi montre la voie pour une Afrique confiante
    et décomplexée qui se prend en charge


    Abidjan, 24 Fév. 2014 (MAP) – C’est un message de confiance en faveur d’une Afrique solidaire, décomplexée et libérée de ses pesanteurs que SM le Roi Mohammed VI a lancé, lundi à Abidjan, à l’adresse des acteurs économiques et des forces vives du continent.

    Devant le forum économique maroco-ivoirien, le Souverain a dressé un diagnostic lucide et réaliste sur les maux de l’Afrique et esquissé une véritable approche des remèdes que tous les acteurs concernés sont en mesure d’y apporter, ensemble, afin d’absorber les déficits et les retards économiques du continent. En jugeant tout à fait possible aujourd’hui une Afrique dynamique et développée, SM le Roi incite les acteurs économiques, mais aussi les États et les forces vives du continent à prendre leur destin en main et faire confiance à l’Afrique et à ses potentiels. Pragmatisme oblige, cette conception royale émane d’une conviction profonde que l’Afrique se doit de faire confiance en elle-même pour pouvoir aller au-delà de l’Afro-pessimisme et autres réflexes réducteurs qui condamnent ses pays à l’échec économique et à la dépendance chronique vis-à-vis de l’assistance internationale.

    Partant de ce constat, le Souverain affirme que l’Afrique a moins besoin d’assistance, et requiert davantage de partenariats mutuellement bénéfiques. "Plus qu’une aide humanitaire, c’est de projets de développement humain et social, dont notre Continent a le plus besoin", fait valoir SM le Roi.

    Dans cette même logique, le temps est venu pour les États du continent de laisser grande ouverte la voie de la libre initiative des acteurs locaux appelés à valoriser en commun les atouts et le potentiel local.

    Là-justement, le Souverain invite toutes les parties concernées à regarder vers l’avenir et à transcender les problèmes politiques, économiques et sociaux actuels, dont une bonne partie sont l’héritage d’un passé révolu. "Car si le 20e siècle était celui de l’indépendance, le 21è siècle "devrait être celui de la victoire des peuples contre les affres du sous-développement, de la pauvreté et de l’exclusion".

    Et c’est à juste titre que SM le Roi souligne que les défis qui menacent la stabilité politique et entravent son essor socio-économique ne peuvent être relevés que par la coopération, la solidarité entre les peuples et le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des États.

    Le discours royal identifie à cet égard les pistes à explorer dans une telle perspective de partenariat afro-africain tourné vers l’avenir. Il s’agit, de fait, d’une Afrique qui s’ouvre chaque jour de nouvelles voies à la faveur des progrès du secteur bancaire, l’urbanisation et de la hausse continue de la productivité des travailleurs.

    Une telle dynamique salutaire exige, pour aboutir, une solidarité agissante qui se fonde sur le co-développement. A cet égard, SM le Roi assure la Côte d’Ivoire et les autres pays du continent de la détermination du Maroc à mettre à leur service le capital de crédibilité et de confiance dont il jouit auprès de ses partenaires, comme les Etats Unis, les pays européens, la Chine ou les pays arabes et asiatiques.

    Pour le Souverain, cette œuvre historique engage, avant tout autre, les acteurs économiques africains pour assumer leurs responsabilités, en faisant montre de créativité et de dynamisme et de se concentrer sur des secteurs porteurs, une dynamique qui présuppose l’existence d’un secteur public efficace, porteur et compétent.

    La clé de voûte de cette dynamique que SM le Roi appelle de ses vœux n’est autre que la "libération des esprits et des mains de nos forces vives" afin qu’elles travaillent ensemble à assurer l’avenir des jeunesses et des générations futures.


    (MAP) CB---BI KA

    MAP / 24.02.2014 : 15h30

    A Abidjan, SM le Roi montre la voie pour une Afrique confiante et décomplexée qui se prend en charge | Portail Menara.ma
     
  15. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    SM le Roi préside à Abidjan la cérémonie d’ouverture
    du Forum économique ivoiro-marocain



    Abidjan, 24 févr. 2014 (MAP) - SM le Roi Mohammed VI, accompagné du Premier ministre de la République de Côte d'Ivoire, M. Daniel Kablan Duncan, a présidé, lundi à Abidjan, la cérémonie d’ouverture du Forum économique ivoiro-marocain, une occasion de renforcer les partenariats entre les deux pays, de déceler les véritables opportunités de joint-venture et de promouvoir les relations bilatérales multiformes à un plus haut niveau.

    Dans un discours d’ouverture, SM le Roi a souligné que "l’organisation, en Côte d’Ivoire, d’un tel Forum -pour la première fois en dehors du Royaume et sur une terre africaine, n’est pas le fruit du hasard".

    "C’est, d’abord, le reflet de la qualité des relations entre nos deux pays et l’expression de l’importance des liens politiques et économiques entre le Royaume et les pays de l’Afrique centrale et de l’Ouest",
    a dit le Souverain, relevant que "ce choix est, aussi, une reconnaissance de l’importance de l’économie ivoirienne, et notre confiance en son avenir". Et le Souverain d'assurer que ce n'est pas sans raison que la Côte d'Ivoire abrite l’une des bases industrielles les plus actives de la région, et l’une des plateformes de commerce les plus dynamiques.

    Désormais, a poursuivi SM le Roi, "à l’heure où les péripéties politiques font partie du passé, l’unité retrouvée et la paix rétablie sont, assurément, la grande force de la Côte d’Ivoire. Son passé économique florissant est un véritable avantage comparatif". Le Souverain a, également, indiqué que le Maroc, comme la Côte d’Ivoire, assume pleinement sa vocation africaine, celle qui a toujours été la sienne, tout au long de son histoire. "Aujourd’hui comme hier, les relations diplomatiques sont au cœur de nos interactions. Mais, à la faveur des mutations profondes que connaît le monde, leurs mécanismes, leur portée ainsi que leur place même dans l’architecture des relations internationales, sont appelés à s’adapter aux nouvelles réalités", a souligné le Souverain.

    Ainsi, auparavant la diplomatie était au service de la consolidation des relations politiques. Aujourd’hui, c’est la dimension économique qui prime et constitue l’un des fondamentaux des relations diplomatiques, a ajouté SM le Roi, notant que la coopération, hier basée sur la relation de confiance et les liens historiques, est, aujourd’hui, de plus en plus fondée sur l’efficacité, la performance et la crédibilité.

    Intervenant à cette occasion, le Premier ministre ivoirien a fait observer que "ce forum est d’une dimension toute particulière et traduit l’importance singulière de la coopération maroco-ivoirienne".
    "Les relations excellentes entre les deux pays ont été bâties par deux hommes d’exception, feu SM Hassan II et feu le président Félix Houphouët-Boigny, et cette amitié a su faire développer les relations multiformes et multi-sectorielles"
    , a-t-il dit.

    Pour lui, cette rencontre représente "une excellente occasion pour le secteur privé des deux pays de nouer, dans le cadre des accords officiels existants, des partenariats forts pour développer et diversifier le commerce entre les deux pays et accroître les investissements réciproques".

    La prestigieuse présence de SM le Roi à ce forum témoigne du ferme engagement du Souverain et celui du président Ouattara de donner une nouvelle et forte impulsion à la coopération bilatérale, assuré le Premier ministre ivoirien.

    Dans une allocution devant SM le Roi, la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Mme Meriem Bensalah Cheqroun, a assuré que "les entreprises marocaines portent un intérêt considérable à l’investissement en Côte d’Ivoire, un pays dont l’économie est l’une des plus dynamiques de toute l’Afrique de l’Ouest".

    "Votre pays attire également les investisseurs marocains en raison de son économie libérale basée sur une vision claire, puisqu’il a mis en place un ambitieux programme de relance économique pour la période 2011-2015", a ajouté Mme Bensaleh, notant que le Maroc "s'attache à renforcer ses relations avec la Côte d'Ivoire en jetant les ponts du rapprochement et de la coopération Sud-Sud".


    Cette coopération, a-t-elle dit, devra également mettre l’accent sur le développement de ressources humaines des deux pays, et "le Maroc serait honoré de partager avec les frères ivoiriens une expérience réussie de 40 ans en matière de formation professionnelle".

    Le vice-président de la Confédération générale des entreprises de la Côte d’Ivoire (CGECI), M. Bernard N'Doumi a, pour sa part, affirmé que le dynamisme et la volonté du secteur privé marocain n'auraient pu s'exprimer qu'avec le soutien fort et franc de SM le Roi Mohammed VI "venu personnellement accompagner les opérateurs économiques". Il a, à cet égard, formé le vœu de voir "cet esprit visionnaire habiter bon nombre de Chefs d’État africains, car c'est le gage d'un décollage économique assuré" pour le continent africain.

    "Ensemble, avec un partenariat fort et dans une concurrence saine, nous pouvons développer nos entreprises respectives et étendre nos activités dans toute la sous-région ouest africaine, et pourquoi pas tout simplement en Afrique", a-t-il affirmé à l'adresse des opérateurs économiques marocains.

    Organisé par la CGECI et la CGEM, en partenariat avec le Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI), la Chambre de commerce et d'industrie de Côte d'Ivoire et la Fédération ivoirienne des petites et moyennes entreprises (FIPME), ce forum économique multi-sectoriel contribuera au renforcement et à la dynamisation du partenariat Sud-Sud à travers la conclusion de réels partenariats d’affaires entre les secteurs publics et privés des deux pays.

    Cette rencontre sera également une occasion pour présenter l’expertise marocaine dans toute sa diversité, les opportunités d’affaire et les possibilités de partenariat entre les entreprises marocaines et ivoiriennes, ainsi que les potentialités qu’offre le marché ivoirien, véritable locomotive de toute la région de l’Afrique de l’Ouest.

    Les participants auront à discuter, deux jours durant, des opportunités d’investissement en Côte d’Ivoire, du cadre institutionnel et réglementaire des partenariats publics-privés, des attentes des investisseurs marocains en Côte d’Ivoire, les opportunités d’investissements dans des secteurs porteurs (Agriculture, Industrie, Mines, Énergie, Hydrocarbures, Infrastructures, BTP, Transport, Logistique, Santé, Tourisme, TIC..).

    Plus de 400 opérateurs ivoiriens et une centaine d’entreprises marocaines ont répondu présents à cette grande manifestation qui leur offrira l’opportunité de découvrir certaines expériences réussies d’investisseurs marocains implantés en Côte d’Ivoire.

    La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence des membres du gouvernement ivoirien, des représentants des organisations patronales marocaine et ivoirienne, les représentants des missions diplomatiques accréditées à Abidjan ainsi que des membres de la délégation officielle accompagnant le Souverain dans cette visite de travail et d’amitié.


    (MAP) OS/MK---COUV. - BR.

    MAP / 24.02.2014 : 16h15

    SM le Roi préside à Abidjan la cérémonie d’ouverture du Forum économique ivoiro-marocain/ 1 | Portail Menara.ma
     
  16. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    The African Bulletin
    met en avant la pertinencede la vision Royale
    pour une Afrique stable et prospère


    Abuja, 25 fév. 2014 (MAP)- The African Bulletin, un centre de réflexion indépendant spécialisé dans les affaires africaines, a mis en avant la pertinence de la vision Royale pour le développement de l’Afrique, relevant que cette vision devra contribuer à l’émergence d’une Afrique stable et prospère.

    "La vision Royale devra certainement contribuer d’une manière efficiente à l’émergence d’une Afrique stable et prospère, une Afrique de plus en plus attrayante pour les investisseurs étrangers", indique le centre dans une analyse consacrée à la tournée qu’effectue actuellement SM le Roi Mohammed VI dans quatre pays africains. Le centre revient d’emblée sur ce qu’il a qualifié de "nouvelle stratégie diplomatique royale en Afrique", notant que cette stratégie ouvre de larges perspectives pour le partenariat international contre le terrorisme et pour la promotion de la prospérité d’un continent à la croisée des chemins.

    Cette stratégie a eu le mérite de renforcer le partenariat qui lie déjà le Maroc aux États-Unis et à l’Union européenne, notamment dans le domaine de lutte contre le terrorisme, estime le centre.

    La stratégie voulue par le Souverain est de nature à re-dynamiser les efforts portant sur la promotion de la prospérité économique en Afrique, poursuit la même source, relevant que les déplacements fréquents de SM le Roi en Afrique ont impressionné les médias internationaux qui ont désormais pris conscience que les périples royaux vont au-delà des relations traditionnelles qui ont existé depuis la nuit des temps entre le Royaume et ses voisins africains.

    Experts et observateurs internationaux s’accordent que l’actuelle tournée du Souverain revêt "un caractère spécial", car conciliant les objectifs conventionnels de renforcer des relations historiques bien établies et le souci permanent de promouvoir les valeurs de solidarité sud-sud, argumente le centre africain, qui souligne la pertinence de l’approche marocaine pour le développement de l’Afrique, une approche qui se base, selon le centre, sur la sécurité et le développement durable dans un mécanisme dynamique pour le progrès.

    C’est ainsi que l’actuel périple Royal s’assigne comme objectif de consolider la stabilité régionale, tout en renforçant la coopération diplomatique et économique pour assurer un développement humain tant souhaité par les communautés africaines, ajoute le centre, relevant que les déplacements fréquents du Souverain en terres africaines se sont affirmés comme un mécanisme en rupture avec ''les initiatives folkloriques et sans suivi".

    L’African Bulletin a, par ailleurs, souligné que le Maroc, qui demeure attaché à la promotion des valeurs d’ouverture et de démocratie, est déterminé à renforcer la paix et la sécurité dans le voisinage africain. La détérioration de la sécurité dans plusieurs contrées africaines montre à l’évidence la pertinence de l’approche marocaine fondée sur le développement durable comme moyen d’atteindre une sécurité durable, ajoute la source.

    Le centre africain n’a pas manqué de souligner que les avancées notables réalisées par le Maroc dans bien de secteurs économiques, dont ceux de la finance, des télécommunications, du commerce, de l’industrie, des infrastructures, de l’éducation et du logement, font du Royaume un partenaire de choix, capable de contribuer à tirer l’Afrique vers davantage de progrès.

    Fort de ces atouts, le Maroc veut établir un partenariat gagnant-gagnant avec les pays africains qui peut servir d’axe pour la paix et la prospérité économique, enchaine la même source, soulignant que l’offensive diplomatique marocaine en Afrique est sous-tendue par des considérations géopolitiques, ainsi que par des intérêts économiques.

    Et le centre de souligner l’importance de la dimension spirituelle des relations entre le Maroc et l’Afrique, soulignant que cette dimension puise sa légitimité du statut du Souverain en tant qu’Amir Al-Mouminine.

    Grâce à sa vision complète de l’avenir du continent, le Maroc s’impose comme une puissance continentale influente, capable de contribuer positivement au dynamisme économique et à la stabilité politique du continent africain, argumente le centre, ajoutant que "L’influence politique du Maroc augmente en Afrique et avec elle se consolide la confiance des pays (africains)" dans le leadership du Royaume, souligne l’African Bulletin.



    (MAP) AO RM

    MAP / 25.02.2014 : 16h15

    The African Bulletin met en avant la pertinence de la vision Royale pour une Afrique stable et prospère | Portail Menara.ma
     
  17. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Maroc Telecom "renforce son assise en Afrique
    où les réseaux de fibre optique sont en plein boom"
    (journal français)



    Paris, 26 fév 2014 -(MAP) - L'opérateur Maroc Telecom "renforce son assise en Afrique où les réseaux de fibre optique sont en plein boom", écrit l'hebdomadaire français "L'Usine Nouvelle" dans un article publié mercredi sur son site Internet.


    Le journal, qui titre "Quand Maroc Telecom câble l'Afrique de l'ouest", se fait ainsi l'écho de l'inauguration la semaine dernière par SM le Roi Mohammed VI, accompagné du Président de la République du Mali, M. Ibrahim Boubacar Keïta, du tronçon malien du câble à fibres optiques Trans Africain.
    Ce câble qui fait partie du projet dit Trans Africain de Maroc Telecom, et dont les travaux ont duré onze mois, relie la ville de Sikasso à la frontière entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso à Gogui à la frontière mauritanienne sur 1.064 km sur le territoire du Mali, note la publication, rappelant qu'il a nécessité un investissement d'environ 6 millions d’euros.

    L'hebdomadaire relève que cette réalisation permettra d'améliorer la connectivité des pays de la région, d'assurer la sécurisation du trafic des télécommunications et de répondre à la forte croissance des besoins en haut débit de la région, faisant observer qu'après le réseau terrestre Agadir-Dakhla-Aousserd, Maroc Telecom aura bouclé le chantier fibres optiques africain reliant le Maroc à ses filiales au Burkina Faso, Mali et Mauritanie.

    Le Souverain, accompagné de M. Ibrahim Boubacar Keïta, avait procédé, samedi dernier à Bamako, à l'inauguration du tronçon malien du câble à fibres optiques Trans Africain.

    SM le Roi avait effectué la semaine dernière une visite officielle au Mali dans le cadre d'une tournée africaine qui englobe également la Côte d'Ivoire, la Guinée Conakry et le Gabon.


    IH---BI.

    LC.

    MAP / 26.02.2014 : 10h00

    Maroc Telecom "renforce son assise en Afrique où les réseaux de fibre optique sont en plein boom" (journal français) | Portail Menara.ma
     
  18. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

    Le Maroc renoue avec son versant saharien
    à travers une politique africaine intégrée

    (universitaire péruvien)


    Rabat, 26 févr. 2014 (MAP) - Depuis le VIIIe siècle et jusqu'à nos jours, le Maroc a toujours été intimement et constamment lié à l’espace subsaharien, a affirmé le professeur péruvien Fernando Rosas, soulignant que le Royaume tend à renouer avec son versant saharien à travers une politique africaine intégrée.

    Le professeur Rosas, qui animait une conférence sous le thème "le rayonnement du Maroc en Afrique : Une vision transcontinentale", organisée mardi à Lima à l'occasion de la tournée royale en Afrique, a passé en revue l'histoire millénaire du Royaume et ses liens avec le continent africain, relevant que le Maroc, à travers son Sahara, entretient un contact constant depuis des siècles avec les pays subsahariens et l’Afrique tropicale.

    Lors de cette conférence organisée par l'ambassade du Maroc au Pérou, à l'Université Ricardo Palma à Lima, l'une des plus prestigieuses institutions académiques du pays, M. Rosas a mis en exergue les liens séculaires unissant le Maroc et l'Afrique, ainsi que la genèse de l’africanité du Royaume de par sa situation géographique qui en fait un pont entre l’Afrique et l’Europe.

    Dans son intervention, l’ambassadeur du Maroc au Pérou, Mme Oumama Aouad Lahrech, a, pour sa part, affirmé que la tournée royale en Afrique vise à hisser la coopération fructueuse du Maroc avec les pays africains au niveau d’un véritable partenariat agissant et solidaire. La diplomate marocaine a aussi rappelé que l’engagement constant du Maroc, depuis son indépendance, dans la voie du raffermissement de ses relations historiques, culturelles et de coopération avec les pays africains marquée par un esprit de profonde fraternité.

    Abordant la contribution du Maroc en faveur de la décolonisation en Afrique, Mme Aouad a rappelé que la politique étrangère du Maroc fut marquée, dès le début, par l’appui résolu et solidaire du Maroc à la lutte de libération des pays africains du joug colonial, et par la consolidation de l’unité africaine. L’ambassadrice a également mis en avant la dynamique vertueuse engendrée par la coopération multi sectorielle avec nombre de pays africains, à la faveur de la vision stratégique du Souverain.
    Le partage des expériences dans plusieurs secteurs, tels que la santé, l’aide humanitaire, le développement humain, l’éducation, les finances et les nouvelles technologies, a toujours été une valeur importante dans les relations de coopération du Maroc avec les pays africains, a-t-elle affirmé. Mme Aouad a également évoqué la contribution du Maroc au plan religieux et spirituel à travers la promotion des valeurs de l’Islam modéré, de tolérance et d'ouverture pour contrecarrer le radicalisme des mouvements terroristes qui constituent une menace à la sécurité et la stabilité de toute la région.

    Cette manifestation a contribué à sensibiliser les autorités péruviennes et les faiseurs d’opinions sur le positionnement unique du Maroc, son leadership politique, économique, culturel et spirituel en Afrique et sa compréhension des vrais enjeux politiques, économiques et sociaux du continent qui est devenu un grand continent, par ses forces vives, ses ressources et ses potentialités.

    La conférence a, de même, mis en avant l’authenticité de l’engagement royal, ancré dans l’histoire millénaire du Maroc, ainsi que l’efficience d’une méthode soucieuse de bâtir des partenariats pour le développement et le progrès solidaires dans le continent africain.
    A l’issue de cette rencontre, un lot de livres édités au Maroc, principalement en langue espagnole, ayant trait à des thématiques d’ordre politique, juridique et littéraire ainsi que des ouvrages sur le Sahara marocain publiés, notamment, par l’Institut des Études Hispano-lusophones (IEHL) et l’Agence pour la Promotion et le Développement Economique et Social des Provinces du Sud du Royaume a été offert à la bibliothèque de l’Université Ricardo Palma.



    (MAP) AQ---EXP. RM
    MAP / 26.02.2014 : 17h45

    Le Maroc renoue avec son versant saharien à travers une politique africaine intégrée (universitaire péruvien) | Portail Menara.ma
     
  19. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    SM le Roi Mohammed VI est personnellement investi
    en faveur du raffermissement des liens entre le Maroc et l’Afrique

    (Diplomate Guinéen)


    Nations-Unies (New York), 26 Fév. 2014 (MAP) - Sa Majesté le Roi Mohammed VI est personnellement investi en faveur du raffermissement des liens entre le Maroc et l’Afrique, a affirmé, mercredi à New York, le Chargé d'Affaires de la Représentation permanente de la Guinée auprès des Nations-Unies, Mohamed Chérif Diallo, qui a tenu à souligner le rôle du Royaume en tant que "modèle de développement" dans le continent et de par le Monde.

    "Le Maroc est perçu, non seulement en Afrique mais à travers le monde, comme un modèle de développement, en particulier en raison de sa spécificité comme pays ayant su concilier entre tradition et modernité", a expliqué M. Diallo dans une déclaration à la MAP.

    Par conséquent, a-t-il poursuivi, le Royaume du Maroc représente un exemple à même d'inspirer les pays africains pour assurer leur propre développement socio-économique. Évoquant la tournée qu'effectue actuellement Sa Majesté le Roi dans plusieurs pays africains, le diplomate guinéen a relevé que cette tournée s’inscrit en droite ligne des précédentes visites effectuées par le Souverain partout en Afrique, relevant que les relations entre le Royaume et les pays africains n'ont cessé de se développer et de s'intensifier depuis l'accession au Trône de SM le Roi.

    Le diplomate guinéen a rappelé, à cet égard, la décision, prise par le Souverain lors du Sommet Afrique-Europe de 2000, d'annuler l'ensemble des dettes des Pays africains les Moins Avancés (PMA) envers le Maroc, et d'offrir un accès en franchise, de droits et hors contingents, à l'essentiel de produits d'exportation en provenance de ces pays, notant que SM le Roi avait aussi fait un plaidoyer fort auprès des institutions internationales afin de suivre l'exemple du Royaume et annuler la dette des pays africains vis-à-vis de ces institutions financières internationales.

    Evoquant la visite prévue du Souverain en Guinée, M. Diallo a souligné que cette visite permettra aux deux pays de consolider les acquis de leur coopération qui est "dense et vieille de plusieurs décennies". Elle permettra également aux deux parties de diversifier cette coopération à travers la formation de milliers de cadres guinéens et la formation de centaines d'étudiants guinéens qui poursuivent leurs études au Maroc, a-t-il dit.


    (MAP). FI/HH----BI.

    FF.

    MAP / 26.02.2014 : 20h45

    SM le Roi Mohammed VI est personnellement investi en faveur du raffermissement des liens entre le Maroc et l’Afrique (Diplomate Guinéen) | Portail Menara.ma
     
  20. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    La Tournée royale en Afrique
    vient donner un nouvel élan à la coopération avec le continent

    où le Maroc bénéficie d’une solide assise
    (Ambassadeur)


    Lisbonne, 26 févr. 2014 (MAP) - La tournée de SM le Roi Mohammed VI en Afrique vient renforcer les acquis et donner un nouvel élan à une coopération qui fait du Maroc une porte d’entrée importante en Afrique où il bénéficie d’assises avérées et d’expérience reconnue, a affirmé l’Ambassadeur du Maroc au Portugal, Mme Karima Benyaich.

    La coopération sud-sud occupe une place particulière dans l’action extérieure du Maroc qui mène une politique de coopération et d’ouverture sur l’Afrique subsaharienne en déployant des efforts constants dans plusieurs domaines, a ajouté la diplomate qui s’exprimait lors d’un séminaire sur les opportunités d’investissements au Maroc organisé mercredi à Oeiras, près de Lisbonne.

    Depuis plus de 15 ans, plusieurs groupes marocains ont consolidé leur présence dans les principaux pays africains, ce qui fait du Maroc le premier investisseur en Afrique de l’ouest et le second en Afrique toute entière, a ajouté Mme Benyaich lors de cette rencontre organisée par l'Association d'entreprises régionales de Lisbonne (AERLIS), sous le thème "Internationalisation: les opportunités d’affaires au Maroc".

    S’adressant à l’assistance formée par un parterre d’hommes d’affaires de la région de Lisbonne, elle a affirmé que "le rôle de nos entreprises en tant qu’acteur économique de premier ordre, ne peut que rehausser nos objectifs, et asseoir, dans la durée, notre ambition pour un partenariat gagnant-gagnant et pour un développement durable et solidaire". Partenaire de choix du Portugal, porte d’accès importante vers le monde arabo-musulman et l’Afrique où il bénéficie d’une solide assise, le Maroc est un pays qui compte dans la stratégie de diversification et de développement à l’international des acteurs économiques portugais, a-t-elle ajouté, soulignant que cette position de choix est le fruit d’une politique économique volontariste lancée par SM le Roi Mohammed VI.

    Elle a à cet effet brossé un tableau exhaustif des multiples réformes institutionnelles d’envergure réalisées par le Maroc, des performances de l'économie marocaine et des grands projets de développement lancés par le Royaume ainsi que les avantages qu'offre le Maroc en tant que plate-forme très attractive pour les investissements étrangers.

    L’Ambassadeur a de même passé en revue les différentes stratégies sectorielles et les multiples chantiers structurants lancés au Maroc, mettant en relief la stratégie d'ouverture adoptée par Maroc en vue d'accélérer son intégration économique au niveau régional et international.

    Le savoir-faire portugais vivement recherché dans des secteurs tels le bâtiment et le logement, la grande distribution, les routes et les autoroutes, le traitement des eaux, les ports et les aéroports, les liaisons ferroviaires, l’énergie renouvelable, le tourisme et l’agroalimentaire, est de plus en plus demandé dans de larges pans économiques où le Maroc a défini des stratégies sectorielles diverses qui sont autant d’opportunités pour les entreprises portugaises, a affirmé la diplomate, tout en mettant en exergue l’excellence des relations entre les deux pays.

    De son côté, le président d’AERLIS, Antonio Ferreira de Carvalho a mis en relief les réformes économiques engagées au Maroc, les infrastructures performantes, les chantiers d’envergure et les stratégies de développement lancées dans plusieurs secteurs, notant que la proximité géographique et les secteurs stratégiques au Maroc offrent de nouvelles possibilités pour une présence accrue des entreprises portugaises sur le marché marocain.

    Au cours des cinq dernières années, le nombre d'entreprises portugaises exportatrices au Maroc a connu une augmentation notable, passant de 830 à 1300, tandis que les exportations vers le Maroc ont poursuivi leur tendance haussière avec une progression de 63 pc en 2013, s’est félicité Ferreira de Carvalho.

    Le Maroc est devenu en 2013, la 10ème principale destination des produits portugais, a ajouté le responsable d’AERLIS, qui s’appuie sur des données de l'Agence pour l’investissement et commerce extérieur du Portugal (AICEP).

    Pour sa part, Paulo Perloiro, Directeur des Relations Extérieures à la Chambre de commerce et d'industrie arabo-portugaise (CCIAP) a mis en avant les opportunités d’affaires existant au Maroc dans plusieurs secteurs stratégiques tels l'agriculture, le BTP, le tourisme, l'automobile, les énergies renouvelables, la logistique, les TIC, le textile, l’Industrie et l’environnement .

    Les entrepreneurs portugais doivent tirer profit des multiples opportunités qu'offre le Maroc eu égard à ‘’la proximité géographique, les coûts compétitifs, la performance macroéconomique forte et stable, la qualité de ses infrastructures et les perspectives de croissance soutenue du pays, ainsi que le climat d'affaires attrayant’’, a souligné Paulo Perloiro, mettant en avant les bonnes relations qui existent entre deux pays.

    Selon les organisateurs, une mission économique représentant la région de Lisbonne effectuera du 21 au 24 avril prochain une visite au Maroc à l’initiative de l’AERLIS, destinée à explorer les opportunités d'investissement qu'offre le Royaume et tisser des partenariats avec des entreprises marocaines.


    EN---BI DR

    MAP / 26.02.2014 : 21h00

    La Tournée royale en Afrique vient donner un nouvel élan à la coopération avec le continent où le Maroc bénéficie d’une solide assise (Ambassadeur) | Portail Menara.ma
     

Partager cette page