Transport public à Rabat : Veolia aura-t-elle les mains libres ?

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 31 Mars 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Signature du contrat de la gestion déléguée du transport en commun de la région de la capitale. Le groupe franco-marocain mené par Veolia s’engage à satisfaire les attentes des habitants... « Excusez le retard des présidents de communes », lance Hassan Amrani, wali de la région Rabat-Salé qui renvoie aux entraves à la circulation occasionnées par les chantiers à ciel ouvert que connaît, actuellement la capitale. Pour lui, le projet que les présidents des 14 communes de la région ont été invités à signer, ce jeudi 26 février, traduit la volonté de contrecarrer cette « urbanisation automobile » qui fait que 70% des voitures en circulation dans la wilaya sont souvent occupées par 1 à 1,5 personnes seulement ! ». Il fallait donc rendre « le transport public plus attrayant » pour les habitants « qui sont un peu fâchés avec le transport en commun », constate, de son côté, Abdelali Khalil, directeur de Veolia-Maroc. Cet opérateur vient de remporter l’appel d’offres pour la gestion déléguée de ce secteur dans la région.
    Pour ce jeune cadre mis à la tête d’un staff marocain choisi, selon le directeur général de Veolia-Transport Cyrille du Peloux, « pour être le plus près du terrain», « il faut faire de Rabat une référence nationale ». D’autant plus, observe-t-il, non sans humour, que « la barre des exigences est mise très haut. ». « Les élus veulent des résultats immédiats », insiste-t-il

    Surtout pas de précipitation !

    « Nous avons signé ce contrat et nous allons le faire respecter », lance le maire de Rabat, Omar Bahraoui, qui affirme que « nous ne voulons pas suivre les exemples de certaines villes qui ont fait montre d’un peu de prédication ». « Nous avons voulu que le nouvel opérateur ait les mains libres et qu’il soit seul responsable de la gestion de ce secteur », avance-t-il en confiant : « nous avons résisté aux pressions conservatrices exercées contre nous dans la conception de ce projet ». A l’adresse des responsables Veolia présents à cette cérémonie, le maire lance : « oui, nous allons vous soutenir, mais nous allons vous pénaliser s’il vous arrivait de faillir à vous engagements ». Car, rappelle-t-il, « le problème du transport a épuisé toutes les solutions possibles. Comme il a épuise énormément de ressources », indiquant que « la liquidation de la RATR (régie autonome de transport) a coûté 331 millions DH dont 51 millions ont été versés par la commune de Rabat ».

    Des élus assez exigeants !

    « Ce projet qui est le fruit de deux ans de travail prend forme à travers l’un des meilleurs contrats signés en matière de transport public dans tout le Maroc », se réjouit Hassan Amrani qui salue au passage « les efforts fournis par les présidents des 14 communes de la région qui ont exigé les meilleurs équipements et une meilleure tarification (moindre que celle en vigueur) ».
    « Nous sommes parvenus au meilleur accord possible qui permet de mettre en place un nouveau système de transport dépassant le cadre classique des lignes de transport pour adopter la notion de réseau englobant toutes les lignes », précise, pour sa part, le maire de Salé, Driss Sentissi. Ce dernier affirme que les négociations continuent pour intégrer les autres sociétés de transport opérant dans le domaine. Lesquelles sociétés, depuis l’annonce de l’arrivée de ce nouvel operateur, n’ont de cesse de manifester leur désarroi et leur inquiétude en organisant, notamment le jour de la signature du contrat, des mouvements de protestations contre ce qu’elles appellent «la colonisation économique ».

    Principales dispositions du contrat
    Le groupe délégataire franco-marocain mené par Veolia transport (51,04% du capital) et composé du groupe Bouzid (28,06%) et Hakam (20,90%) s’engage, selon les termes de ce contrat d’une durée de 15 ans renouvelables, à investir près de 2 milliards de DH pour la mise en place des structures et équipements conformes aux exigences du cahier des charges. Il s’engage également et à employer et à former 3.000 personnes, dont 370 employés de la défunte Régie autonomie de transport urbain (RATR).
    Le réseau qui sera mis en place s'articule autour de six lignes structurantes couvrant l'agglomération Rabat-Salé-Témara-Skhirat en parfaite complémentarité avec le linéaire du tramway.
    Pour ce qui est de la tarification, le groupement propose un tarif uniforme sur toute l'agglomération (3,5 DH). Selon le groupe adjudicataire, il n'y aura d'augmentation de tarifs (à 4 DH qui est le niveau actuel) qu'une fois que les usagers auront apprécié le progrès en matière de service. Le groupe s’engage également à ce que la durée maximale d’utilisation des bus ne dépasse pas 9 ans. La distance entre les arrêts sera fixée à 400 mètres et la durée d’attente ne dépassera pas 10 minutes, précise le contrat. L’environnement n’est pas en reste puisque le nouvel operateur s’engage à utiliser un carburant moins polluant.
    Signalons que les autobus de ce groupement entreront en service en août prochain. Rentrée scolaire oblige. A ce propos, il est à noter que le même contact permet aux élèves et aux étudiants d’utiliser n’importe quelle ligne avec un abonnement global de 110 DH/ mois.


     

Partager cette page