Trois millions de DH au secours des enfants des rues

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 5 Juin 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Le Conseil de la région veut créer un centre socio-éducatif

    L'amélioration des conditions de vie des enfants en situation difficile était au centre des préoccupations du conseil de la région. Un souci que le conseil a cette fois-ci réglé concrètement en approuvant, lors de sa dernière session ordinaire tenue récemment, une convention visant la création d'un centre socio-éducatif au profit de ces enfants. Cette session a en effet été marquée par le partenariat du conseil de la région avec le Comité de soutien de la famille et de l'enfance pour la création d'un centre socio-éducatif au profit des enfants en situation sociale difficile.


    Le centre sera édifié sur une superficie de 3.000 m_. Le budget qui sera débloqué à cet effet est estimé à 3 millions de DH.

    Soutenir les couches sociales marginalisées et consacrer la culture de solidarité fait désormais partie des priorités du conseil de la région. Et il était temps. Car à Casablanca, ils sont probablement des centaines, sinon des milliers d'enfants de la rue à traîner dans les carrefours dans le mépris le plus absolu.

    Il n'existe pas de statistiques fiables à ce sujet mais on estime à 14.000 le nombre d'enfants de la rue au Maroc. Des enfants qui n'ont plus que la rue comme unique «toit», en l'absence de toute autre alternative. «Chemkara», c'est ainsi qu'on les appelle, durement. Chassés de leurs familles par la pauvreté ou l'abandon, ces gamins s'agglutinent dans les jardins publics ou les bâtiments abandonnés.


    En tous les cas, la rue reste leur seul refuge. Les plus crânes d'entre eux deviennent vendeurs ambulants de chewing-gum ou de cigarettes, mais la plupart sont contraints à la mendicité et parfois même au vol. Les causes de cette errance sont pratiquement les mêmes chez ces enfants. Le scénario ne varie que rarement. Mais on ne leur pardonne pas leur statut pour autant. On ne s'intéresse que rarement à leur sort. De là à les réintégrer dans la société, le dessein est colossal. Le conseil de la région entreprend hardiment cette action grâce à la création de ce centre.

    C'est dans cette même perspective que le conseil a décidé la mise en place d'un centre d'insertion des jeunes filles en situation sociale difficile. Cette initiative est le fruit d'un partenariat avec la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, le ministère de la justice, le secrétariat d'Etat chargé de la Jeunesse, la wilaya du Grand Casablanca, le Conseil de la Ville de Casablanca, le conseil de la préfecture de Casablanca, la préfecture des Arrondissements El Fida Mers Sultan et le conseil de l'arrondissement Mers Sultan. La mobilisation est donc générale pour venir à bout du fléau social dans la métropole casablancaise.

    Ainsi, et lors de cette même session ordinaire du mois de mai tenue récemment au siège de la wilaya, le Conseil de la région du Grand Casablanca avait approuvé un ensemble de conventions à caractère socio-économique et environnemental.

    Les membres du Conseil ont également approuvé un accord-cadre signé avec le Conseil de la Ville, l'assemblée de la région et le ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Eau et de l'Environnement, qui se sont engagés à unifier leurs potentialités humaines et matérielles pour améliorer la qualité de l'air en réactivant les textes juridiques relatifs à la lutte contre la pollution de l'air et l'extension des outils d'observation et de mesure et la nécessité de maintenance de ces instruments.

    Le conseil a aussi souligné sa détermination de promouvoir une stratégie de coopération avec le ministère. Stratégie destinée à préserver les ressources naturelles et stopper l'urbanisme sauvage et ce, par la participation à l'élaboration du plan régional de l'Aménagement du Territoire tout en tenant compte de la spécificité socio-économique de la région.

    La session du conseil a été aussi marquée par l'approbation d'un autre accord économique, signé avec la Chambre de Commerce, de l'Industrie et de Services de Casablanca, et destiné à renforcer les infrastructures, drainer les investissements et consolider les liens entre les hommes d'affaires Marocains et leurs homologues étrangers afin de faciliter les échanges entre eux au niveau de la gestion d'entreprises et de conception de projets.

    Par ailleurs, le conseil a approuvé la programmation de l'excédent du budget 2004 dont une partie de 10 millions a été réservée au financement d'un hôpital dans la province de Bouskoura - Nouaceur.

    Il a également été décidé de transférer 3,800 millions de DH au compte de l'Agence urbaine pour financer un schéma directeur de l'urbanisation de Casablanca, et une rubrique du même budget pour l'acquisition de deux véhicules dotés d'équipements réservés à la collecte des dons de sang en faveur du centre régional de transfusion de sang.


    Par Hajar Dehhani
    Source: Le Matin
     

Partager cette page