Trouille= l'9af9afa

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 8 Novembre 2008.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    C’est la peur qui justifie le fanatisme, pas l’inverse. L’interdiction de L’Express est un cadeau inespéré aux intégristes.


    Parce qu’il titrait en couverture “Le choc Jésus-Mahomet : leur itinéraire, leur message, leur vision du monde”, L’Express de cette semaine a été interdit de vente au Maroc. Pour “atteinte à l’Islam”, dit le communiqué émis par le ministre de la Communication Khalid Naciri, qui a pris cette décision. Pourtant, sur la couverture du magazine, le
    visage du prophète n’apparaît pas, conformément à l’usage – un usage religieusement et historiquement contestable, mais bon, on n’en est pas là. Quant au dossier intérieur, c’est une classique analyse comparée des religions – vraiment pas de quoi fouetter un chat. Au cabinet du ministre, on explique que l’interdiction était justifiée par “la tonalité générale du dossier, qui tend à présenter l’islam comme une religion guerrière” – et aussi par le fait que, si le visage du prophète est masqué sur la couverture, il est apparent en pages intérieures du magazine “sur au moins deux images”. D’où “l’atteinte à l’islam”, d’où l’interdiction. CQFD, merci, circulez braves gens.

    Que dire ? Si M. Naciri avait été un islamiste convaincu, on aurait soupiré, mais bon, au moins, on aurait su à qui on avait affaire. Il se trouve que M. Naciri est un membre éminent de la gauche caviar, qui n’aime rien tant que parler de Marx dans les salons chics en faisant des ronds de fumée avec son cigare. La vérité, pour faire court, c’est que ce numéro de L’Express a fichu la trouille à M. Naciri. La trouille, comme l’expliquent ses collaborateurs, que la mise en vente de ce numéro “crée les conditions d’un autodafé place Mohammed V, parce que ce ne sont pas les fanatiques qui manquent dans ce pays”. C’est largement exagéré, voire parfaitement ridicule.


    Soyons clairs : il ne s’agit pas de faire preuve d’inconscience et de mettre en vente des insultes au prophète ou à l’islam. L’Etat marocain ne fait pas encore assez confiance en la foi de ses administrés pour laisser les outrances circuler librement, et se disqualifier démocratiquement d’elles-mêmes. Mais ce dossier de L’Express était loin, très loin de relever de l’outrance. “Tonalité guerrière” ? Evidemment, voyons ! Toutes les conquêtes islamiques se sont faites à la pointe du sabre, c’est même un motif de fierté pour les musulmans. Y voir problème relève, au meilleur des cas, de l’ignorance. Quant aux fameuses images du prophète (des gravures ottomanes du XVIème siècle, réalisées, c’est utile de le rappeler, à la gloire du prophète et à l’instigation du calife et commandeur des croyants de l’époque – c’est dire si on a régressé depuis), elles ont déjà été publiées un nombre incalculable de fois dans des journaux ou livres en vente libre au Maroc, sans jamais poser problème. Allez dans n’importe quelle bibliothèque (à commencer par celle du très wahhabite roi Abdul-Aziz) et cherchez dans le rayon “histoire de l’Islam”… Vous en trouverez des dizaines de ce genre. L’Express a pris la précaution de brouiller sa couv’, et c’était largement suffisant. Mais les gravures intérieures, franchement… Même les intégristes qui auraient pensé à s’en offusquer, juste pour le principe, histoire d’entretenir leur fonds de commerce d’intimidation… eh bien, ils auraient laissé tomber parce que, quand même, faut pas pousser. Sauf que là, sans qu’ils demandent rien, le gouvernement leur a fait un cadeau inespéré. Bravo !

    C’est la peur qui justifie le fanatisme, pas l’inverse. Si ce numéro de L’Express avait été mis en vente, personne n’y aurait vu problème. Maintenant que M. Naciri a laissé sa peur parler pour lui, tous les barbus du pays vont applaudir à cette nouvelle jurisprudence, qui leur donne un nouvel argument pour être encore plus fanatiques à l’avenir. Merci, M. le ministre, pour ce beau recul. On n’en attendait pas moins du socialiste que vous êtes.


    PS : Deux jours après la brillante décision de M. Naciri, ses homologues algérien et tunisien se sont sentis obligés (au sens premier de l’expression) de lui emboîter le pas, en interdisant eux aussi cette édition de L’Express sur leurs territoires respectifs. Histoire que personne ne leur reproche d’être moins zélés que les Marocains dans “la défense de l’islam” – même si la “défense” est en l'occurrence inopportune et ridicule. D’ici à ce que ça fasse boule de neige, et que quelques excités brûlent L’Express en place publique, il n’y a qu’un pas. La bêtise et la peur : mélange explosif !


    http://www.telquel-online.com/346/edito_346.shtml
     

Partager cette page