Ttanmiyya lbachariyya <=> 9orbayssa l2adamiyya

Discussion dans 'Scooooop' créé par aghanja, 15 Novembre 2006.

  1. aghanja

    aghanja Citoyen

    J'aime reçus:
    16
    Points:
    38
    Développement humain

    Le Maroc gagne un rang dans le ranking du Pnud



    · Le Royaume, 123e, est loin derrière la Libye, 1re en Afrique

    Le Maroc gagne une (petite) place dans le classement de l’Indice du développement humain (IDH) du Programme des Nations unies, selon les données du Rapport mondial 2006 présenté hier jeudi 9 novembre en Afrique du Sud. L’IDH mesure le niveau atteint par un pays en termes d’espérance de vie, d’instruction et de revenu réel de ménage corrigé. Comme tout indicateur, l’IDH du Pnud a ses limites et ne prétend pas synthétiser toute la problématique du développement humain. L’instruction est appréhendée à travers l’alphabétisation des adultes et la scolarisation au niveau primaire, tandis que l’espérance de vie renvoie essentiellement à la qualité des structures de santé et à l’accès de la population.
    Le Maroc qui a conçu son propre indice de développement à l’intérieur (voir www.leconomiste.com), se situe à 12 rangs de l’Egypte, à 21 de la position de l’Algérie et bien plus loin de la Libye qui pointe à la soixante quatrième position au classement 2006 de l’IDH. La Jamahirya de Kadhafi, et ses pétrodollars, est le pays le mieux classé du continent africain et dans le monde arabe. Les écarts entre nations riches et pauvres en matière d’espérance de vie et de bien-être continuent de se creuser, constatent les auteurs du Rapport sur le développement humain qui déplorent que la «marée montante» de la prospérité mondiale soulève certains bateaux plus vite tandis que d’autres sombrent rapidement.
    En termes de développement humain, la Norvège, numéro un au classement 2006, est le pays où il fait mieux vivre. A l’évidence, ironisent les experts du Pnud, «le Norvégien moyen et le Nigérien moyen, dernier dans le hit-parade, n’habitent pas le même quartier du village global» que les économistes mettent en avant pour expliquer la globalisation. Le premier vit deux fois plus longtemps que le second. Les Norvégiens bénéficient d’un taux de scolarisation qui frôle les 100% dans le primaire, le secondaire et le supérieur alors que cette proportion tombe à 21% du Niger.
    Le Rapport 2006 met en lumière une autre tendance lourde: en moyenne, les indicateurs du développement humain tendent à s’élever et à chuter avec le revenu, expliquent les experts du Pnud. Ces derniers s’avancent à une explication: «Des revenus moyens très faibles conjugués à de hauts niveaux de pauvreté concourent à éclipser les libertés substantielles dans le monde privant les individus de la faculté de s’alimenter de manière adéquate, de traiter leurs maladies et d’acquérir une instruction». Par ailleurs, le Rapport met en exergue une corrélation positive entre revenu d’une part, et santé et instruction d’autre part. Les populations vivant dans les pays riches jouissent d’une meilleure santé et de meilleures opportunités d’accès à l’éducation. Mais, attention! préviennent les experts du Pnud, certains pays sont plus doués que d’autres à convertir la richesse matérielle en perspectives de santé et d’éducation. C’est le fameux débat sur l’impact de la croissance du PIB sur la qualité de vie qui ressort. D’où d’ailleurs certains «paradoxes» apparents contenus dans le rapport du Pnud. Certains pays affichent un classement IDH bien inférieur à celui auquel ils auraient pu prétendre par leur niveau de revenu alors que d’autres sont dans des situations inverses.
    En intitulant son rapport «Au-delà de la pénurie: pouvoir, pauvreté et crise mondiale de l’eau», le Pnud a voulu tirer la sonnette d’alarme autour de la problématique de l’eau potable dans le monde, un service de base auquel plus d’un milliard d’individus n’ont pas accès. L’accroissement de la concurrence pour l’eau constitue désormais l’une des plus graves menaces qui pèsent sur le développement humain, relèvent les auteurs du Rapport.


    Abashi SHAMAMBA


    SoUrCe : brek ghir bsbe3 sghir dial rjel lisriyya
     

Partager cette page