UE-Maroc/Pêche: Pas de point de blocage

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 29 Juillet 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Atmosphère constructive, climat favorable, à priori , « cela se passe trés trés bien » comme l’a souligné àl’Opinion le chef de la délégation marocaine pour les négociations Maroc-UE pour un partenariat sur la pêche.

    Contacté par téléphone mardi en début de soirée, M. Tarmidi a declaré que les deux premiers jours des discussions « se sont déroulées dans un climat de dialogue trés constructif et qu’il n’y avait pas de point de blocage.


    Le secrétaire général du département des pêches maritimes a relevé que les positions des deux parties « ne sont pas éloignées et qu’il y avait convergence sur plusieurs points ».

    Même pour l’épineuse condition du débarquement des captures communautaires dans les ports marocains la délégation marocaine aurait obtenu un accord de principe.

    Rappelons que le premier jour des négociations a été consacré par la délégation marocaine à exposer l’état des lieux du secteur de la pêche au Maroc. Mardi, les deux parties sont passées aux choses sérieuses en abordant la partie technique des négociations. quotas de captures, nombre de licences à accorder aux pêcheurs communautaires, conditions de pêche dans les eaux marocaines etc. ... Le volet de la contrepartie financière devait être attaqué hier ou aujourd’hui.

    Pour ce qui est de la partie technique M. Tarmidi a souligné que les positions des Européens ne sont pas trés éloignées de celles des Marocains.

    Même son de cloche entend-on chez une porte parole de la Commission Européenne qui a souligné qu’ "il y a certainement une volonté d’aboutir rapidement » et qu’il y a de fortes chances d’aboutir à un accord cette semaine, a précisé Mme Thom. "Mais s’il le faut, on se rencontrera de nouveau", a-t-elle ajouté.

    Le chef de la délégation marocaine a confirmé que les "indicateurs sont au vert" pour parvenir à un partenariat prenant en compte à la fois l’état des ressources halieutiques et de la flotte marocaine, aussi bien que les besoins en financement pour la mise à niveau du secteur, a-t-il précisé.

    En d’autre termes, les chances d’aboutir à un accord dès ce premier round, ou tout au plus après une seconde rencontre des deux parties parraissent grandes.


    Par: Ali BENADADA
    Source: L'OPINION.
     

Partager cette page