UIT: Le Maroc a amélioré son niveau en matière des TIC

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 3 Mars 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Le Maroc a amélioré de manière significative son niveau dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC)" au cours des cinq dernières années, indique un rapport de l'Union internationale des télécommunications (UIT), rendu public lundi à Genève.


    UIT: Le Maroc a amélioré son niveau en matière des TIC
    Selon la dernière édition du rapport "Measuring the information society", le Maroc est ainsi passé de la 111è place en 2002 avec un Indice de Développement (ID) de 1,37.

    A la 101è place en 2007 avec un ID de 2,34, dans le classement mondial établi par l'UIT concernant l'indice de développement (ID) en matière de TIC, mettant en compétition 154 pays.

    D'Après le rapport, le Maroc a ainsi réalisé le gain de points le plus élevé en Afrique, après l'Ile Maurice, précisant que les performances du Royaume ont porté principalement sur l'accès (taux de pénétration mobile et largeur de bande Internet internationale) et des compétences (secondaire). L'Ile Maurice est passée d'un ID de 2,45 en 2002 à 3,45 en 2007.

    Le Maroc a également été bien classé au niveau de l'Afrique, notamment les pays du Maghreb au cours de cette même période, s'agissant du sous-indice d'accès aux TIC, qui inclut cinq indicateurs portant sur le taux de pénétration du téléphone fixe et mobile, la largeur de bande Internet internationale par Internet, la proportion de ménages disposant d'ordinateurs et celle de ménages ayant accès à Internet.

    Avec un indice qui a évolué de 1,64 en 2002 à 3,03 en 2007, le Royaume occupe en effet la première place au Maghreb devant la Tunisie (1,58-2,98), la Libye (1,20-2,92), l'Algérie (1,27-2,86) et la Mauritanie (1,39-2,13).

    L'Indice de Développement en matière de TIC établit une comparaison de l'évolution du domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans 154 pays sur une période de cinq ans de 2002 à 2007.

    Selon l'UIT, cet indice combine 11 indicateurs en une seule mesure qui peut être utilisée comme un outil de référence aux niveaux mondial et régional et à l'échelle des pays.

    La Suède est classée à la tête des pays les plus avancés en matière de TIC suivie de la République de Corée, du Danemark, des Pays-Bas, de l'Islande, de la Norvège, du Luxembourg, de la Suisse, de la Finlande, du Royaume Uni et d'autres pays d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord, souligne encore le rapport, précisant que l'indice de développement de certains pays en développement a progressé considérablement au cours des cinq dernières années, dont le Pakistan, l'Arabie saoudite, la Chine et le Viet Nam, essentiellement en raison de la forte croissance du téléphone cellulaire, associée à une augmentation des utilisateurs de l'Internet.

    La Chine (du 73 rang en 2007 comparativement à 90 en 2002), a fait des progrès significatifs en matière d'augmentation du nombre de téléphones fixes et mobiles, ainsi que des abonnements à haut débit fixe.

    Le document fait, par ailleurs, remarquer que les pays développés et en développement, bien qu'ils aient augmenté leurs niveaux de plus de 30 pc dans le domaine des TIC au cours de cette période, demeurent encore en retard dans le domaine de l'accès aux TIC et de leur utilisation.

    L'UIT ajoute que les pays ayant un faible niveau des TIC sont principalement des pays en développement, précisant qu'étant donné la relation étroite entre les TIC et le PIB, nombre de pays pauvres, en particulier en Afrique, occupent les rangs les plus bas avec peu de changements dans le classement depuis 2002 pour ce qui est de l'Indice de Développement des TIC.

    Quant aux pays pauvres, en particulier les pays les moins avancés, ils disposent d'un accès limité à l'infrastructure des TIC, y compris la téléphonie fixe et mobile, Internet et à large bande, relève l'Organisation.

    Le rapport fait remarquer que, globalement, l'ampleur de la fracture numérique entre pays riches et pays pauvres reste inchangée entre 2002 et 2007, notant qu'en dépit des améliorations importantes dans le monde en développement, l'écart est maintenu en matière des TIC entre les pays nantis et les pays démunis.

    D'autre part, l'UIT relève, sur la base de chiffres datant de la fin de l'année 2008, un net changement dans le monde du téléphone fixe au mobile, précisant qu'à cette date il y avait trois fois plus de souscriptions au mobile qu'au téléphone fixe au niveau mondial.

    Les estimations de l'UIT font par ailleurs, ressortir que 23 habitants sur 100 au niveau mondial ont utilisé Internet à fin de 2008, déplorant que les niveaux de pénétration dans les pays en développement reste faible, particulièrement en Afrique, qui, avec 5 pour cent de pénétration, "reste à la traîne".

    Le Rapport relève enfin que les coûts des TIC sont plus bas à Singapour, aux Etats-Unis, au Luxembourg, au Danemark, à Hong Kong (Chine) et aux Emirats arabes unis, précisant que le coût d'un appel téléphonique ou celui de la navigation sur Internet peut influencer l'utilisation des TIC.

    L'UIT ajoute que les pays ayant un faible niveau des TIC sont principalement des pays en développement, précisant qu'étant donné la relation étroite entre les TIC et le PIB, nombre de pays pauvres, en particulier en Afrique, occupent les rangs les plus bas avec peu de changements dans le classement depuis 2002 pour ce qui est de l'Indice de Développement des TIC.

    Quant aux pays pauvres, en particulier les pays les moins avancés, ils disposent d'un accès limité à l'infrastructure des TIC, y compris la téléphonie fixe et mobile, Internet et à large bande, relève l'Organisation.

    Le rapport fait remarquer que, globalement, l'ampleur de la fracture numérique entre pays riches et pays pauvres reste inchangée entre 2002 et 2007, notant qu'en dépit des améliorations importantes dans le monde en développement, l'écart est maintenu en matière des TIC entre les pays nantis et les pays démunis.

    D'autre part, l'UIT relève, sur la base de chiffres datant de la fin de l'année 2008, un net changement dans le monde du téléphone fixe au mobile, précisant qu'à cette date il y avait trois fois plus de souscriptions au mobile qu'au téléphone fixe au niveau mondial.

    Les estimations de l'UIT font par ailleurs, ressortir que 23 habitants sur 100 au niveau mondial ont utilisé Internet à fin de 2008, déplorant que les niveaux de pénétration dans les pays en développement reste faible, particulièrement en Afrique, qui, avec 5 pour cent de pénétration, "reste à la traîne".

    Le Rapport relève enfin que les coûts des TIC sont plus bas à Singapour, aux Etats-Unis, au Luxembourg, au Danemark, à Hong Kong (Chine) et aux Emirats arabes unis, précisant que le coût d'un appel téléphonique ou celui de la navigation sur Internet peut influencer l'utilisation des TIC.



    Source : emarrakech.info
     

Partager cette page