Un assaut contre des postes de surveillance près de Nador se solde par six morts

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 9 Octobre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Le Maroc évoque la légitime défense
    L’Espagne accuse implicitement les forces marocaines d’avoir tiré à balles réelles lors de l’assaut du 29 septembre contre Sebta


    Après les cinq morts enregistrés le 29 septembre dernier des deux côtés du double grillage métallique ceinturant le préside occupé de Sebta, se sont six autres clandestins subsahariens qui ont trouvé la mort, durant la nuit de mercredi à jeudi, lors d’un assaut « d’une rare violence » mené par 400 clandestins sur des postes de surveillance au niveau de la forêt de Gourougou (banlieue de Nador, devant le grillage qui ceint le préside occupé de Mellilia). La violence de l’assaut a « obligé les services de sécurité à riposter dans le cadre de la légitime défense », a indiqué jeudi le gouverneur de la province de Nador, M. Abdellah Bendhiba.

    « Durant cet assaut, les clandestins ont fait preuve d’une rare violence, obligeant les services de sécurité à riposter dans le cadre de la légitime défense. 290 clandestins ont été arrêtés et malheureusement, 6 parmi les assaillants sont décédés. Les autorités marocaines, qui déplorent ces drames, continueront, en étroite collaboration et coordination avec leurs homologues espagnols, à lutter sans relâche contre les commanditaires et les organisateurs de ce trafic des migrants, qui exploitent sans vergogne la détresse de ces victimes", a notamment précisé le gouverneur de Nador dans une déclaration à la presse.

    Pour sa part, une source du ministère marocain de l’Intérieur citée par l’Afp, a indiqué que « certains ont été tués par des balles tirées par la police (marocaine) et d’autres sont morts piétinés par leurs camarades ».

    Il y a une semaine, dans un assaut similaire contre l’autre préside occupé de Sebta, cinq immigrés avaient été tués et les autorités espagnoles et marocaines s’étaient rejetées la responsabilité de ces décès.

    Cependant, M. José Antonio Alonso, ministre espagnol de l’Intérieur, qui comparaissait devant une commission du Parlement, a accusé impilicitement les services de sécurité marocains d’avoir tiré à balles réelles sur les immigrants à Sebta. Citant l’enquête menée à ce sujet, il a confirmé que deux émigrants ont été tués à Sebta le 29 septembre par balles, ajoutant que ces munitions « ne provenaient pas d’armes espagnoles ».

    Trois autres émigrants étaient morts ce jour-là côté marocain, selon Madrid.


    « La mort a été due à (des) blessures par balles et les tirs ont été probablement effectués à grande distance", a dit M. Alonso.

    « Du côté des forces de la garde civile (...) il n’y a pas eu de tir à balles réelles (...) raison pour laquelle elles n’ont pas pu causer les blessures par balles que présentaient les cadavres », a-t-il conclu, en faisant aussi état de la découverte sur place d’une balle d’un type dont n’est pas dotée la garde civile.

    Depuis le début de l’été, 14 clandestins au total ont trouvé la mort en tentant de pénétrer dans les présides occupés.

    Près d’un demi-millier de clandestins africains avaient tenté en vain jeudi à 05H00 GMT de franchir la clôture de Mellilia, a rapporté un responsable de la préfecture de Nador.

    « Près de cinq cents subsahariens illégaux sont montés à l’assaut à partir du point Rostrogordo, mais ont échoué à la suite d’une intervention importante et rapide des forces de sécurité marocaines", a déclaré ce responsable à l’Afp.

    Il s’agit du premier échec après cinq tentatives réussies, qui avaient permis à plus d’un demi-millier d’Africains subsahariens de passer en force les grillages métalliques.

    "Nous avons eu des indications que les illégaux se préparaient à lancer un assaut cette nuit. Nous avons décidé de lancer une opération à laquelle nous avons donné comme nom de code +intervention spontanée", a indiqué un haut responsable de la police marocaine de Nador.

    La police, indiquze-t-on était épaulée par des éléments de la gendarmerie et des forces auxiliaire.

    Selon le commandement de la garde civile espagnole à Madrid, un immigrant a toutefois réussi à s’infilter à Mellilia et était soigné à l’hôpital de la ville pour des blessures aux mains et aux jambes.

    « Les forces marocaines ont collaboré, c’est ce que nous attendions", a affirmé à la radio espagnole privée Cadena Ser le gouverneur de Melilla, Juan José Imbronda.

    La tentative d’infiltration massive s’est produite alors que la vice-présidente du gouvernement espagnol, Maria Teresa Fernandez de la Vega, se trouve à Mellilia.

    La numéro deux du gouvernement espagnol a confirmé jeudi qu’un rapatriement d’immigrants entrés clandestinement aura bien lieu. Il s’agit de « 70 immigrants clandestins provenant du Sahel, majoritairement du Mali » a précisé Maria de la Vega. Leur rapatriement devait déjà avoir lieu à l’heure où nous mettons sous presse.

    Pour sa part, le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a annoncé que l’Espagne était en train de finaliser des accords de rapatriement avec le Mali et le Ghana pour y renvoyer les immigrants entrés clandestinement à Ceuta et Melilla.

    L’Espagne a déjà des accords similaires avec l’Algerie, la Guinée-Bissau, la Mauritanie, le Nigeria et le Maroc.

    L'Opinion
     
  2. benaaouiss

    benaaouiss Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Un assaut contre des postes de surveillance près de Nador se solde par six morts

    desolé,le maroc a perdu son ame pour cette histoire des sud-sahariens.l'acceuil qui etait la devise des marocains est partis en fumer devant les ONG,et les europeens.
     

Partager cette page