Un document qui a fait sortir Alger de ses gonds

Discussion dans 'Info du bled' créé par omarigno, 27 Avril 2006.

  1. omarigno

    omarigno Visiteur

    J'aime reçus:
    23
    Points:
    0
    Le Conseil de Sécurité examine, aujourd’hui, le rapport de Kofi Annan sur le Sahara
    Un document qui a fait sortir Alger de ses gonds

    C’est aujourd’hui que doivent se dérouler les délibérations du Conseil de Sécurité de l’ONU sur le rapport de son Secrétaire général, M. Kofi Annan, concernant la question du Sahara marocain.
    Ce rapport qui a fait des vagues chez notre voisin de l’Est et son appendice polisarien donne le coup de grâce au Plan Baker et ouvre la voie à des négociations directes entre les parties pour une solution politique négociée, juste et durable. Il privilégie donc le dialogue, qui est indiscutablement le moyen le plus civilisé et le mieux indiqué pour résoudre les problèmes et sortir des impasses. Ce faisant, il favorise l’émergence d’une panacée politique consensuelle dans le respect de la légalité internationale. Le Maroc est acquis à cette thèse où la prédominance est donnée à l’objectif d’en finir avec un conflit préfabriqué et dans la foulée, sortir l’UMA de sa léthargie néfaste pour les peuples de la région.
    A moins de soulever le caractère hégémonique trop évident chez des gouvernants d’Alger en quête de leadership, on ne comprend pas l’attitude réfractaire voire belliqueuse de l’Algérie. Le « Polisario » n’a pas voix au chapitre tant qu’il est évident que c’est Alger qui tire les ficelles dans ce conflit artificiel. Elle n’a à l’évidence plus besoin de ce paravent pour manifester le dévolu qu’elle jette depuis un quart de siècle sur notre Sahara.


    Les propositions contenues dans le rapport du Secrétaire général de l’ONU, accueillies favorablement par nombre de pays siégeant à cette instance internationale, ont désarçonné l’Algérie et provoqué son ire contre Kofi Annan. Le chef de la diplomatie algérienne va jusqu’à parler de « dérive » qui menacerait la région au cas où le rapport en question venait à être entériné par le Conseil de Sécurité. Quoi de plus véhéments comme propos pour se convaincre que l’Algérie est partie prenante dans ce conflit, alors qu’elle se défile, par un double langage, en prétendant qu’elle n’est nullement concernée par les négociations auxquelles le Secrétaire général appelle dans son rapport ?

    Pourquoi donc le représentant d’Alger à l’ONU se démène-t-il dans les coulisses de cette instance pour tenter de faire introduire des conditions préalables à toutes négociations avec le Maroc au sujet du Sahara et ce, après avoir adressé un message dans ce sens à Kofi Annan ? Partie prenante ou non ? L’Algérie, ébranlée par ledit rapport, gesticule, ne paraissant pas savoir sur quel pied danser.

    Lorsque le premier diplomate algérien parle de « graves conséquences sur la stabilité de la région » en cas, dit-il, de « négligence » de la légalité internationale, il ne fait que monter les enchères du chantage qu’il fait de manière éhontée à l’égard du Conseil de Sécurité et de la Communauté internationale par des menaces à peine voilées de revenir à la situation d’avant le cessez-le feu. Ces graves conséquences existent donc dans l’esprit algérien et là uniquement, quant à la volonté du Maroc, celle de l’ONU également, c’est de garantir un climat d’entente durable dans la région, afin de favoriser la paix et la quiétude pour ses peuples. Ce qui s’inscrit d’ailleurs dans la quintessence du rôle de l’ONU.

    Les gouvernants algériens se doivent raison retrouver et ne plus persévérer dans la voie de l’entêtement et de la provocation, ne plus chercher à priver le Maroc de son droit sur un territoire ancestrale ment reconnu marocain.

    M. SEDRATI
    lopinion.ma
     
  2. MATAPAYOS

    MATAPAYOS Citoyen

    J'aime reçus:
    4
    Points:
    38
    Re : Un document qui a fait sortir Alger de ses gonds

    ghadi tekoun sedma 9wiya w khayeba bezaaaf ila l onu wafe9at 3la le report de kofi anan , ici en espagne les medias "sympatiques comme d ahbitudes" ont deja difuse avant hier qu il ya 1 deasord au sein du conseil de securite et que cela empechera que le rapport de anan soit vote positivement , plus q une information il semble 1 souhait des journalistes espagnoles
     

Partager cette page