Un ex-député arrêté pour trafic de drogue : Les gros bonnets dans le collimateur

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 31 Août 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    “La justice pénale s’appliquera à toutes les personnes, quels que soient leur poste et position, et dont les enquêtes et investigations révéleront l’implication dans des affaires de trafic de drogue », dixit Abdellah Alaoui Belghiti, procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca. Il a fait part de ladite déclaration à la suite de l’arrestation, récemment, de 16 barons de drogue à travers le Royaume. Enquêtes et justice paraissent plus déterminées que jamais pour que les choses poursuivent leur cours normal. L’exemple qui vient d’ailleurs d’être servi depuis Tanger concerne Mohamed Jouhari, un ex- député et représentant de la Région Zerhoun-Arab Saiss. Le communiqué de la DGSN faisant état de l’arrestation de ce dernier a été assez étoffé en détails. On nous rappelle ou on nous renseigne même sur son appartenance politique, le RNI, en l’occurrence.
    Quant aux faits qui lui sont reprochés, ils sont particulièrement graves, puisque c’est de trafic de drogue dure qu’il est question. Mohamed Jouhari aurait été arrêté après investigations et informations « pour son implication dans le trafic de stupéfiants notamment les drogues dures, et ce dans le cadre des efforts déployés par les services de sécurité pour lutter contre le trafic de drogue et la criminalité », avait indiqué samedi un communiqué de la DGSN.
    Le mis en cause, “considéré comme l’un des importants trafiquants de drogue dure”, est actuellement au centre d’une enquête sous la supervision directe du procureur général du Roi près la Cour d’Appel de Casablanca, conclut la même source.
    Une première grosse tête qui tombe donc, mais la liste promet d’être bien plus impressionnante à ce niveau. El là, c’est Lamfadel Akdi, alias Triha, arrêté dernièrement à Tanger qui ravit la vedette. Des noms importants, il les a cités voire impliqués par dizaines. Des noms faisant partie du corps de la Justice, de l’administration territoriale et des responsables sécuritaires dans les régions du Nord notamment Chefchaouen et Tétouan.
    Par ailleurs et dans le même cadre, le Conseil supérieur de la justice et le ministère de Chakib Benmoussa ont décidé de procéder à des enquêtes internes en vue de déterminer le degré d’implication des personnes précitées.
    La lutte contre le trafic de drogue a atteint des résultats tangibles en 2008, marqués par une chute substantielle du trafic de drogue et un recul des superficies des cultures de résine de cannabis. Les saisies opérées en 2008 totalisent, au niveau national, 110,893 tonnes de résine de cannabis (chira), 33,584 kg de cocaïne, 6,28 kg d’héroïne et 43510 unités de psychotropes, selon la Direction de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l’Intérieur. Au total, 1.200 personnes ont été arrêtées en 2008 pour trafic international de drogue, dont 50 % appartiennent à diverses nationalités (Espagne, France, Italie Pays-Bas et Belgique).
    Les enquêtes et les investigations sont lancées de plus belle, tel que l’a souligné Abdellah Belghiti, procureur général près la Cour d’appel de Casablanca, afin d’« identifier toutes les personnes présumées impliquées dans ce réseau criminel ».
    A noter aussi que les membres de ce réseau sont poursuivis pour constitution de bande criminelle, détention et consommation de drogue, trafic de drogue aux niveaux national et international, corruption, falsification et usage de documents administratifs et usurpation d’identité.







    Source : libe.ma

     

Partager cette page