Un Groupe européen s’intéresse aux sucreries nationales

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 1 Juin 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    La liste des privatisables est, une fois de plus, à l’ordre du jour. Selon des éléments d’information émanant de la Direction des entreprises publiques et de la privatisation, les quatres sucreries à savoir Suta, Sucrafor, Surac et Sunabel, se trouvent déjà au stade de placement.

    Vont-t-elles trouver preneur d’autant plus qu’en 2002 la première tentative de cession s’est soldée par un échec ?

    A la Direction des entreprises publiques et de la privatisation, l’on précise qu’un Groupe européen s’intéresse déjà à ces sucreries. Et l’on indique, par ailleurs que, si tout se déroule normalement, cette opération de cession devrait être bouclée d’ici août 2005.


    Pour cela, il a bien fallu que la l’organisme d’évaluation se réunisse et determine le prix minimum. A ce niveau, il semblerait que le département des Finances préfère recourir à un appel d’offres plûtot qu’opter pour une cession directe.

    L’ avantage de cette démarche est qu’elle a le mérite de mettre en concurrence les divers candidats potentiels.

    Parallèlement, deux autres entreprises se trouvent à un stade avancé au niveau de leur privatisation. Il s’agit de Drapor (société de dragage des ports) et de Somathes (société marocaine du thé et du sucre).

    Concernant le sort de ces deux entités, la Direction des entreprises publiques et de la privatisation précise que si pour le cas de Somathes,de fortes chances existent, pour qu’elle soit cédée cette année, rien n’indique que la privatisation de Drapor interviendrait en 2005.

    Et ce, contrairement au reliquat (12 %, soit 30 MDH) du capital public de la Somaca (société de construction automobile) qui, comme déjà convenu, sera cédée en novembre prochain au constructeur français Renault, qui est déjà en possession de 26 % de cette entité.

    Parmi les autres sociétés dont la cession ne peut intervenir qu’en 2006, figurent la société chérifienne des sels (SCS) et la Société des sels de Mohammédia (SSM).

    Si, selon certaines informations, les 12 milliards de dirhams initialement prévus dans la Loi de finances au titre des recettes de privatisations ne seront pas atteints, à la Direction des entreprises publiques et de la privatisation, l’on estime qu’ avec la cession de 16 % de Maroc Telecom à Vivendi, annoncée pour fin novembre 2004 et comptabilisée en 2005 a déjà rapporté 12,6 milliards de dirhams.

    Par ailleurs, d’autres entités seront rajoutées à la liste des privatisables. Le cas le plus intèressant est celui de la COMANAV dont la cession est prévue en 2006.

    N.BATIJE

    Source: l'opinion.
     

Partager cette page