Un marocain à la NASA

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 9 Novembre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    L'ingénieur en télécommunications à la NASA, Kamal Oudghiri animera des workshops scientifiques les 9 et 11 novembre sous le thème "L'exploration spatiale: portée éducative".

    "L'exploration spatiale : portée éducative", tel est le thème des rencontres scientifiques organisées par le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger. Ces ateliers de formation, qui auront lieu les 9 et 11 novembre courant, respectivement à Marrakech et à Rabat, seront animés par des experts de l'étude de la Terre et des planètes, rattachés à la NASA dont l'éminent scientifique marocain Kamal Oudghiri. Des scientifiques nationaux prendront également part à cette manifestation destinée notamment aux éducateurs, enseignants et universitaires spécialisés dans le domaine des sciences.

    Outre la vulgarisation des données scientifiques concernant la recherche spatiale et les récentes découvertes dans ce domaine, l'objectif de ce rendez-vous scientifique est de présenter aux participants les différentes ressources disponibles pour l'enseignement de la science de la Terre et des planètes notamment aux enfants ainsi que de promouvoir les échanges entre experts étrangers et marocains. "Nous souhaitons à travers ces rencontres de permettre aux éducateurs américains et marocains d'échanger les méthologies d'enseignement des sciences de la Terre et des planètes en classe pour les enfants.

    Il existe des méthodes interactives, simples à utiliser et qui ont fait leur preuve aux Etats-Unis. Il est important d'encourager l'enfant à s'intéresser davantage aux carrières scientifiques.", indique Kamal Oudghiri, chargé de la télécommunication spatiale à la NASA. Et d'ajouter : "Cette première initiative ne sera pas la dernière. Elle forme la base pour de futures collaborations entre éducateurs américains et marocains. Nous ambitionnons également de mettre en place un réseau entre les enseignants des sciences à l'école et les professeurs universitaires afin de mieux préparer les futures générations à des carrières scientifiques. Nous portons un intérêt tout particulier à un projet de grande importance, en l'occurrence la création d'un futur Centre africain pour l'enseignement des sciences de la Terre et de l'espace.".

    Par ailleurs, divers sujets seront débattus lors de ces conférences scientifiques. Les débats porteront entre autres sur "La démonstration d'expériences scientifiques utilisant outils simples pour expliquer les concepts des sciences de la Terre et des planètes" et sur "Un aperçu général sur les ressources disponibles pour les expériences scientifiques en salle de classe : exemple du matériel éducatif de la NASA".

    Au menu des rencontres, figurent également des exposés sur différents thèmes dont "L'eau dans le système solaire", "L'exploration de la planète rouge", "Révélations sur les mystères de notre univers" et "SETI : recherche de l'intelligence extraterrestre". Des ateliers similaires ont eu lieu lundi 7 novembre dans la capitale économique. Rappelons que cet événement scientifique a été organisé en partenariat avec la Fondation américaine "Grove of Hope", présidée par Kamal Oudghiri. Ce natif de Fès, âgé de 37 ans, a fait ses études supérieures en communication spatiale aux Etats-Unis. En 1996, il a rejoint l'équipe de l'Agence spatiale américaine NASA. Dynamique et très actif, il s'attelle à la promotion des sciences en Afrique au sein de ladite fondation. Regroupant des spécialistes, professionnels de renommée internationale, cette organisation s'est assignée pour mission de promouvoir l'éducation des sciences de la Terre et de l'espace dans le continent noir. Ses membres oeuvrent pour valoriser l'activité de la recherche et du développement des pays africains, de promouvoir l'intérêt de l'espace dans la vie de tous les jours et de sensibiliser les pouvoirs publics à l'importance de la science en tant que moyen de développement économique.


    Khadija Skalli
    Aujourd'hui Le Maroc
     

Partager cette page