Un réseau d'espions russes aux USA

Discussion dans 'Info du monde' créé par FoX, 29 Juin 2010.

  1. FoX

    FoX حديدان آل نهيان Membre du personnel

    J'aime reçus:
    164
    Points:
    63
    Cinq personnes arrêtées dimanche aux Etats-Unis dans le cadre d'un vaste coup de filet contre un réseau d'espionnage présumé au profit de la Russie ont comparu hier à New York devant un juge fédéral qui a ordonné leur maintien en détention provisoire. Dix personnes au total ont été arrêtées dans cette affaire et une reste en fuite, avait annoncé plus tôt le ministère américain de la Justice dans un communiqué.

    Le juge James Cott n'a pas encore inculpé formellement Cynthia et Richard Murphy, Juan Lazaro, Vicky Pelaez et Anna Chapman, mais a refusé de les remettre en liberté, arguant du "risque de fuite" des prévenus.

    Poursuivis pour espionnage et, pour neuf d'entre eux, pour blanchiment d'argent, les dix suspects risquent jusqu'à 25 ans de prison, cinq ans pour la plupart, selon un avocat. Ils disent être Américains, Canadiens ou Péruviens, selon les deux plaintes déposées contre eux et qui ne précisent pas leur nationalité réelle.

    Faux passeport, messages codés...

    La plainte du FBI ne permet pas de comprendre l'importance des informations recueillies, apparemment depuis près de 30 ans, par ce réseau. Messages codés, argent remis en espèces par des émissaires russes au cours de séjours dans des pays d'Amérique Latine, allers-retours pour Moscou via Rome, faux passeports, transport et remise d'ordinateurs portables : si tous les éléments du roman d'espionnage sont réunis, le niveau de l'alerte n'apparait pas clairement.


    A la lecture de la plainte concernant quelques uns des "espions" présumés, la "mission" qui leur était confiée et qui consistait à infiltrer des cercles proches du gouvernement américain n'était pas vraiment à leur portée.

    Le représentant du ministère public a précisé que le parquet allait informer le gouvernement russe de la situation. Le juge a fixé une prochaine audience à jeudi, pour entendre les demandes de remise en liberté sous caution des autres prévenus, et une audience préliminaire a été annoncée pour le 27 juillet.

    Le Figaro
     
  2. FoX

    FoX حديدان آل نهيان Membre du personnel

    J'aime reçus:
    164
    Points:
    63
    Vingt-huit ans, une flamboyante chevelure rousse, des yeux verts: une jeune Russe récemment débarquée à New York est passée en quelques heures du statut de femme d'affaires à celui de Mata Hari, faisant la joie des tabloïdes.

    [​IMG][​IMG]

    «Red Head» («Tête rouge»), titre le quotidien New York Post, qui publie en Une la photo d'Anna Chapman, arrêtée dimanche soir avec neuf autres personnes dans le cadre d'un vaste coup de filet contre un réseau d'espionnage présumé au profit de la Russie.

    Avec des relents de guerre froide, le journal joue sur la couleur des cheveux de l'espionne présumée et celle du drapeau de la défunte Union soviétique...
    Dans la plainte du FBI, elle est accusée d'avoir fourni des informations à un responsable russe rencontré tous les mercredis ces derniers mois dans une librairie du West Village.

    La jeune femme a comparu lundi après-midi devant un tribunal fédéral à Manhattan, où le juge James Cott a ordonné son maintien en détention provisoire. Vêtue d'un jean et d'un T-shirt blanc, conversant de longues minutes à voix basse avec un avocat, Anna Chapman est repartie menottes aux poignets, ainsi que quatre co-inculpés présentés avec elle au parquet.

    Cette citoyenne russe de 28 ans s'est installée à New York en février, venant de Moscou juste après un divorce, assurent le New York Post et un site d'informations russe, lifenews.ru.
    Dans une interview postée sur le site Youtube, «Anya» Chapman explique être une spécialiste des start-up et vouloir développer un réseau de recrutement de jeunes professionnels «dans les deux villes du monde où il y a le plus de talents, Moscou et New York».
    Dans la vidéo, qui fait partie d'une série intitulée «École en ligne pour start-up», elle raconte avoir déjà vécu et travaillé de longues années à Londres, dans une société d'investissement. À Moscou, elle avait mis sur pied un site de recherches immobilières.
    À New York, la femme d'affaires a monté une entreprise, «Time Venture», spécialisée dans «la technologie, l'internet, les médias et les loisirs», précise-t-elle. «J'élabore des stratégies de développement mondial des entreprises naissantes», assure-t-elle.
    Devant le tribunal, la valeur de sa société a été estimée «autour de 2 millions de dollars».

    L'avocat Robert Baum s'est longuement employé à essayer de convaincre le juge de son innocence. «Vous dites que ce réseau est surveillé depuis plusieurs décennies, mais ma cliente n'avait jamais mis les pieds aux États-Unis avant 2005, et elle ne réside ici que depuis quelques mois, avec un visa qui lui a été enlevé samedi dernier», a-t-il souligné.
    «Les seules personnes qu'elle appelait avec son portable sont ses parents, et lorsqu'on lui a remis un faux passeport elle est immédiatement allée le porter à la police, et voilà qu'on l'a arrêtée», a-t-il lancé.

    Le juge a estimé qu'à la lecture de la plainte du FBI, «elle pouvait difficilement être totalement innocente» et a refusé la demande de la défense.
    Sur sa page dans le site de socialisation Facebook, Anna Chapman écrit: «Si tu peux imaginer, tu peux réaliser. Si tu peux rêver, tu peux devenir.»


    Source
     
  3. FoX

    FoX حديدان آل نهيان Membre du personnel

    J'aime reçus:
    164
    Points:
    63
    Une suspecte libérée

    Un tribunal de New York a accordé hier à un des dix suspects d'espionnage pour la Russie arrêtés aux Etats-Unis, la journaliste Vicky Pelaez, un régime de liberté sous caution et décidé que trois autres personnes poursuivies dans cette affaire devaient rester en détention.

    Mme Pelaez doit être libérée sous des conditions strictes, a indiqué le juge Ronald Ellis: sa caution a été fixée à 250.000 dollars, dont 10.000 payés en liquide, elle devra porter un bracelet électronique et être assignée à résidence. "Elle ne donne pas l'impression d'être un agent professionnel", a déclaré le juge pour justifier la remise en liberté. "Elle a une véritable identité et l'intention de rester dans le pays".

    La justice a en revanche décidé que deux autres suspects resteraient en détention: Richard et Cynthia Murphy, arrêtés dimanche dans le New Jersey (nord-est). "En ce qui concerne les Murphy, le Cour a finalement abouti à la conclusion qu'elle ne savait pas qui ils étaient", a dit le juge. "Les preuves produites par le gouvernement (à leur encontre) sont fortes", a-t-il souligné.

    Concernant le quatrième suspect qui comparaissait à New York, Juan Lazaro, le tribunal a décidé de reporter sa décision. Le FBI (police fédérale) accuse les dix personnes arrêtées aux Etats-Unis, ainsi qu'une onzième qui a pris la fuite à Chypre, d'avoir fait partie, pour certains depuis des décennies, d'un réseau d'espionnage au profit de la Russie.

    Le FBI affirme avoir mené cette enquête depuis près de 10 ans, mais rien n'a encore filtré sur l'importance des informations fournies par ces agents présumés, qui étaient chargés, selon les plaintes déposées aux greffes des tribunaux, "d'infiltrer des cercles de pouvoir".

    Le Figaro
     
  4. FoX

    FoX حديدان آل نهيان Membre du personnel

    J'aime reçus:
    164
    Points:
    63
    L'échange d'agents secrets entre les USA et la Russie est "achevé"

    WASHINGTON - L'échange d'agents secrets entre les Etats-Unis et la Russie s'est achevé vendredi à Vienne, en Autriche, a indiqué le département américain de la Justice, confirmant que Moscou avait libéré quatre prisonniers en échange des 10 agents russes.


    Source
     

Partager cette page