Un Ramadan sans chair ni poisson?

Discussion dans 'Scooooop' créé par @@@, 12 Août 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    . Flambée sans précédent des viandes rouges

    · Risque de pénurie des produits avicoles

    · Abondance du beurre, épices, légumineuses et dattes, mais au prix fort



    Tout baigne. Point de pénurie en vue durant le mois du Ramadan. Tous les départements ministériels concernés se veulent rassurants. Chiffres à l’appui, l’offre en denrées alimentaires de grande consommation sera suffisante. Ceci est valable pour le sucre, le riz, le lait, les viandes, la tomate fraîche, les farines, les huiles alimentaires, les dattes et les œufs. Sans oublier bien évidemment les principales légumineuses et autres épices utilisées dans la préparation de la soupe, consommée par l’écrasante majorité des ménages. La note du département du Commerce et de l’Industrie, «élaborée sur la base d’une enquête menée auprès des départements ministériels concernés, des producteurs et importateurs», dresse un inventaire trop exhaustif des quantités disponibles et des prévisions d’importation. Le tout pour démontrer que le marché sera bien achalandé à l’occasion du mois sacré. Mais à quels prix? Ladite note n’en souffle pas mot. Et certaines estimations ne cadrent point avec la situation actuelle du marché.


    En témoigne la flambée qui s’est déjà emparée de certains produits comme les viandes rouges et blanches, le poisson, voire même les tomates fraîches et autres légumineuses. La situation est on ne peut plus révélatrice d’un déséquilibre entre l’offre et la demande. D’après les chiffres fournis par le département de l’Agriculture, l’offre en viandes bovines durant le mois d’août est de 15.400 tonnes alors que la demande ne porte que sur 14.400, soit un excédent d’un millier de tonnes. Un surplus du même niveau est avancé pour la viande ovine. Comment expliquer alors la hausse vertigineuse qui s’est emparée des prix des viandes rouges? Actuellement, le kilo de viande ovine ou bovine est vendu à pas moins de 75 DH. Et c’est le tout venant. S’agissant de la coupe dite européenne, il faut compter 20 à 25 DH de plus. Pour ce qui est des viandes blanches, le même département table sur une production d’environ 40.000 tonnes. Prévision que dément la profession avicole. Tout au plus 30.000 à 32.000 tonnes seront produites durant le mois d’août et autant le mois suivant. Si bien qu’on n’a pas hésité d’occulter les effets de la récente vague des chaleurs qui a décimé une bonne partie de l’élevage avicole .

    Fort malheureusement, les produits de la mer qui régulent généralement le marché des volailles ne sont pas à portée de l’écrasante majorité. Même les prix des sardines et maquereaux ont atteint des niveaux voisins de ceux pratiqués pour le poulet de chair avant la canicule de juillet dernier. Et tout prête à croire qu’ils suivront un trend haussier. Faut-il s’attendre alors à un mois de Ramadan durant lequel la chair et le poisson feront cruellement défaut à la table de la majorité des jeûneurs? L’option n’est pas à écarter. D’autant plus que la perspective de la rentrée scolaire inciterait à serrer davantage la ceinture. Toujours est-il qu’il reste la possibilité de se rabattre sur les fruits et légumes. En effet, ces produits sont aussi fortement consommés durant le mois sacré. L’engouement pour ces denrées en serait tout naturellement plus accentué cette année. Saison d’été oblige! Or, les fortes chaleurs de la mi-juillet dernier ont particulièrement accéléré la maturité des fruits rouges et autres légumes de saison. Conséquence, arrivée avant terme sur le marché d’importantes quantités de fruits et légumes à des prix bradés.

    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page