Un ressortissant marocain sauvagement agressé à Madrid

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 26 Août 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Un ressortissant marocain a été poignardé, mardi soir, à Madrid. La police a été alertée et la victime, 31 ans, a été transportée à l’hôpital mais elle a pu être sauvée. Aucun de ses organes vitaux n’a été touché.

    Pour le moment, le motif d’agression n’est pas encore connu et l’enquête reste ouverte, souligne-t-on dans la presse madrilène. Quoique les témoignages des gens ayant assisté à la scène d’agression laissent entendre qu’il s’agirait d’un règlement de comptes.
    Bref, la victime s’est est sortie cette fois. Ce qui n’a pas été le cas pour son compatriote d’Ibarburu, dans la province de Séville. Ce jeune de 24 ans se trouvait au volant de sa voiture dans une ruelle de cette petite localité, quand un inconnu qui, vraisemblablement, l’attendait à l’autre bout de la rue, lui tira dessus l’atteignant de trois balles, dont une dans la tête. Le jeune homme est mort sur le coup, affirme-t-on auprès des services de la police repris dans la presse.
    Selon les mêmes sources, et après avoir entendu les coups de feu et le choc du véhicule de la victime contre une autre voiture, les habitants de la ruelle auraient alerté la police et les services des urgences qui n’ont pu que constater le décès du jeune homme. La victime aurait déjà rendu l’âme avant même la collision. La brigade criminelle de la Police nationale qui a ouvert une enquête n’écarte pas l’hypothèse du règlement de comptes.
    Pour en arriver à cette conclusion, la police s’appuie sur deux faits. Ibarburu est une des zones les plus chaudes de la région et connaît une grande activité de trafic de drogue et la victime serait connue auprès des services de police pour avoir déjà eu des antécédents en matière de trafic de stupéfiants.
    Ces deux crimes ne sont pas des incidents isolés, rappelle la presse, les quartiers où ils ont été perpétrés, connus pour abriter une grande communauté des immigrés en Espagne, connaissent fréquemment des scènes similaires. Ce qui fait revenir, et avec force, le thème de l’immigration sur le devant de la scène politique et du débat public dans ce pays.
    Si pour le moment une partie de l’opinion publique espagnole se réjouit de l’apport économique de l’immigration, une large frange de la société s’inquiète de plus en plus de la recrudescence de la criminalité au sein de la communauté immigrée.
    D’un côté, l’on se félicite de la massive affiliation des immigrés récemment régularisés au système de sécurité sociale. C’est la première fois, souligne-t-on, dans l’histoire de l’Espagne que, après un processus de régularisation, l’on peut constater «d’une manière irréfutable» que les immigrés sont «en train de participer effectivement à maintenir le bien-être de l’Espagne».
    Les immigrés qui ont adhéré au system de securité social contribuent au maintien des pensions des Espagnols, du régime social de santé et de l’éducation, et ce, à travers leurs cotisations sociales et leurs prélèvements fiscaux.
    D’un autre côté, on redoute la montée, ces dernières années, des flux de l’immigration clandestine et de la criminalité qui sont souvent la conséquence de cette prolifération du trafic des vies humaines.
    Aussi, les deux parties espèrent-elles que le nouveau plan d’immigration prévu pour la fin de cette année, et surtout le volet de ce plan couvrant la période 2006-2008, pourront apporter quelques solutions aux problèmes que connaît la société espagnole et qui sont liés au phénomène.
    Le nouveau plan prévoit une enveloppe budgétaire «très importante» et comportera des mesures «qui vont certainement apporter des solutions aux problèmes des immigrés et de la population espagnole».


    Source: LIBERATION

     

Partager cette page