Un zeppelin dans la stratosphère pour les téléphones mobiles

Discussion dans 'High tec' créé par kochlok03, 23 Juillet 2006.

  1. kochlok03

    kochlok03 Visiteur

    J'aime reçus:
    114
    Points:
    0
    Cinquante scientifiques travaillent à un projet de dirigeable révolutionnaire, stationnant 21 km au-dessus de nos têtes pour relayer les communications de téléphones mobiles.

    Les antennes terrestres si mal-aimées pourraient ainsi disparaître. Lancement prévu: juillet 2007.




    L'idée est née dans le cerveau de Kamal Alavi, un inventeur et ancien ingénieur spatial suisse d'origine iranienne. Avec son entreprise StratXX, Kamal Alavi propose rien moins que rendre superflues toutes les antennes de téléphonie mobile.

    L'émission de la télévision alémanique «10 vor 10» a dévoilé récemment le projet: baptisé «X-Station», un ballon rempli d'hélium, long de 60 mètres, pourrait être placé au-dessus de la Suisse, à 21 kilomètres de haut, soit dans la stratosphère.

    Une sorte de petit avion dépourvu de pilotage doit y être arrimé. C'est lui qui contiendra l'antenne de téléphonie mobile ainsi que d'autres appareils de transmission de données digitales.



    Des systèmes très intelligents



    Grâce à un système de guidage GPS développé par l'Ecole polytechnique fédérale (EPF) de Zurich, le dirigeable sera capable de rester stationné toujours au-dessus du même endroit du globe terrestre. La haute école est aussi chargée de l'enveloppe du ballon. De grandes hélices doivent lui permettre de résister aux vents quasi permanents à cette altitude.

    Sur le toit, des cellules solaires livrent l'énergie nécessaire à l'antenne et à l'exploitation du petit avion.

    La plateforme dotée des infrastructures techniques sous le ballon a été conçue par RUAG, groupe suisse de technologie spatiale, aérienne et d'armement. L'EPF de Lausanne et l'Université de Neuchâtel sont aussi intégrées au projet, de même que l'EMPA , le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche.



    Antennes terrestres caduques?



    L'espoir de ce projet réside dans la possible disparition des paysages urbains et campagnards des quelque mille antennes de téléphonie mobile aujourd'hui installées en Suisse, expliquent ses responsables. Le rayonnement serait réduit de 1000 fois.

    «Les antennes terrestres causent un fort rayonnement, car elles doivent souvent traverser de nombreux bâtiments», explique Kamal Alavi dans le journal online de l'EPF de Zurich, «ethlife». Mais si l'on se place en hauteur, le problème disparaît.

    Le rayonnement sera en outre adapté aux conditions du terrain grâce à des antennes dites «spotbeam», conçues par l'EPF de Lausanne. Dans les régions qui téléphonent peu ou qui transmettent peu de données, les rayons seront réduits d'autant.

    Swisscom, premier opérateur de téléphonie en Suisse, est un brin sceptique: «Le projet ne pourra pas remplacer tout le parc des antennes», déclare le porte-parole Sepp Huber à swissinfo. Selon lui, il faudra encore régler de nombreux problèmes techniques.



    Avantages financiers



    La X-Station ne veut cependant pas se limiter à la téléphonie mobile. Elle pourrait aussi servir de relais pour la radio digitale, la télévision et internet.

    Ce projet n'est pas seulement bon, il est aussi bon marché, dit Kamal Alavi. Une X-Station reviendrait à 30 à 40 millions de francs. Pour des raisons de sécurité, il est prévu d'en installer deux par région couverte, ce qui double les coûts.

    En comparaison: une antenne de téléphonie mobile coûte quelque 300'000 francs et un satellite de communication au moins 600 000 francs.



    Entretien facile



    Le concepteur souligne également que le système serait facile d'entretien et aisé à renouveler. En cas de problème, l'avion se décroche et rentre sur terre grâce à un mini «space shuttle».

    La durée de vie prévue d'un ballon est de cinq ans. Kamal Alavi estime que c'est une durée suffisante, car la technologie, durant ce laps de temps, évolue de telle manière qu'il faut remplacer le matériel.


    Dernière ligne droite



    Le projet vient d'aborder une phase cruciale. En mai dernier, des cellules solaires ont été testées à 30 kilomètres d'altitude. Dans quelques semaines, pour la première fois, un ballon montera vers la stratosphère.

    Le premier test avec toute l'infrastructure est prévu pour juillet 2007. Des projets concurrents sont annoncés aux USA et au Japon, ce qui explique probablement la très bonne collaboration entre la recherche et l'industrie suisses.

    Si StratXX s'impose, c'est un marché gigantesque qui s'ouvre à elle. Vingt antennes seraient nécessaires pour couvrir l'Europe, 40 pour toute l'Afrique. A 30-40 milliards pièces, les calculs sont vite faits...



    swissinfo
     

Partager cette page