Une centaine de restaurateurs sanctionnés à Casablanca

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 15 Juin 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Pour non-respect des normes d'hygiènes et de salubrité alimentaire

    En mai dernier, les commissions de contrôle d'hygiène au niveau de la préfecture des Arrondissements de Casablanca-Anfa ont pu épingler quelque 113 restaurateurs ne respectant pas les normes d'hygiène et de salubrité alimentaire.
    Les établissements incriminés ont été sanctionnés soit par des fermetures, soit par des mises en demeures adressées à l'encontre des contrevenants. Se situant dans les Arrondissement de Sidi Belyout, Anfa et Maârif, ces mesures répressives ont concerné 23 restaurants, 46 snacks, 32 laiteries, 6 crêperies et 6 glaciers.


    Cette action a été menée par les cinq commissions préfectorales constituées dans le cadre de la nouvelle politique de protection sanitaire.
    Une politique qui vise le renforcement du contrôle d'hygiène et de lutte contre les toxi-infections alimentaires collectives, notamment durant la saison estivale et à la veille de l'application de l'horaire continu. Cette chasse aux établissements de restauration douteux est tout à fait justifiée.

    Manger à l'extérieur fait inévitablement partie du quotidien des Casablancais. A leurs risques et périls. Dans une ville où la pression du travail et du temps empêche nombre de fonctionnaires de déjeuner chez eux, manger dans des petits restaurants et fast-foods demeure la solution la mieux adaptée à leur mode de vie. Tous ceux qui vivent quotidiennement cette situation s'exposent, au moins une fois, au risque d'une intoxication, fut-elle légère.

    Ceux qui échappent, par miracle à cette règle, sont confrontés inévitablement à des maux d'estomacs, troubles digestifs ou à tout autre maladie bien caractéristique.
    Et pour cause ! L'hygiène fait particulièrement défaut dans ce genre d'établissements.
    Tout dernièrement, les commissions de contrôle d'hygiène au niveau de la préfecture des arrondissements de Casablanca-Anfa, ont pu épingler, rien qu'au mois de mai 2005, quelque 113 cas de non respect des normes d'hygiène et de salubrité alimentaire.

    Les établissements incriminés ont été sanctionnés soit par des fermetures, soit par des mises en demeure adressées à l'encontre des contrevenants. Se situant dans les arrondissements de Sidi Belyout, Anfa et Maârif avec respectivement 45, 43 et 25 établissements, ces mesures répressives ont concerné 23 restaurants, 46 snacks, 32 laiteries, 6 crêperies et 6 glaciers.

    Cette action a été menée par les 5 commissions préfectorales constituées dans le cadre de la nouvelle politique de protection sanitaire. Une politique qui vise le renforcement du contrôle d'hygiène et de lutte contre les toxi-infections alimentaires collectives, notamment durant la saison estivale et à la veille de l'application de l'horaire continu.

    Ces commissions s'emploient à assurer le contrôle de l'ensemble des activités liées à la préparation et à la consommation des produits alimentaires au niveau des établissements touristiques et espaces ouverts au public et dans les points de vente des plats rapides. En cette période estivale plus particulièrement, où les risques d'intoxication sont beaucoup plus élevés, les responsables des services d'hygiène ont tout intérêt à veiller au grain au respect des normes d'hygiène et au conditionnement des produits.

    Car c'est connu, la plupart des maladies d'origine alimentaire surviennent à la suite d'une grossière erreur lors de la préparation des repas dans les restaurants et cantines. Presque toutes pourraient être évitées si les personnes concernées connaissent les règles élémentaires d'hygiène alimentaire.

    C'est donc avant tout une affaire de sensibilisation. Et c'est aux autorités concernées de mener, de manière continue, une action intensive pour éduquer ceux qui manipulent les aliments. Les consommateurs doivent aussi apprendre à ne mettre que des aliments sans risque dans une assiette. L'éducation du public et la participation communautaire resteront sans aucun doute les stratégies les mieux adaptées pour améliorer la salubrité des aliments et prévenir les maladies d'origine alimentaire.

    La santé et la protection des consommateurs passent aussi par le renforcement des systèmes de contrôle de la salubrité et de la qualité des aliments, par la promotion de bonnes pratiques de fabrication et par la familiarisation des détaillants et des consommateurs avec les règles à respecter dans la manipulation des aliments. De bonnes mesures de contrôle des aliments améliorent automatiquement l'état de santé et l'état nutritionnel de la population et contribuent à sa productivité et à son bien-être. Ce qui n'est pas tout à fait le cas pour les Casablancais.

    Selon les statistiques de la délégation de la Santé de Casablanca, les intoxications alimentaires représentent toujours un problème de santé important. Le dernier rapport sur la santé à la métropole note la recrudescence de ces affections. Leur nombre est passé d'une cinquantaine en 1999 à plus de 264 en 2003 faisant au total neuf morts.

    Le manque d'hygiène en cuisine et les aliments avariés sont les vraies causes de ces infections.
    L'augmentation constante des ennuis de santé liés à l'intoxication alimentaire durant les quatre dernières années fait des intoxications un problème de santé au même titre que les autres maladies.



    Par Hajar Dehhani
    Le Matin

     

Partager cette page