Une centaine d'islamistes arrêtés : Le Maroc en alerte générale

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 20 Février 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    C’est un véritable coup de pied dans la fourmilière islamiste marocaine que les autorités du royaume chérifien viennent de donner.

    Au total, c’est une centaine de militants de cette association islamiste qui ont été arrêtés samedi dans différentes villes marocaines. La presse marocaine qui rapporte l’information souligne par ailleurs que les services de sécurité marocains ont déclenché une vaste campagne de recherches de crainte d’attentats terroristes qui cibleraient le Royaume.


    C’est dans la région de Laroui, près de la ville de Nador à l’Est du Maroc, qu’ont été opérées les plus importantes arrestations. Dans cette région, les services de sécurité ont interpellé 70 militants de l’association que préside Cheikh Abdeslam Yassine. Selon la presse marocaine qui cite un militant de l’association, les services de sécurité marocains avaient pénétré de force dans une maison où se tenait une causerie religieuse hebdomadaire.

    A Marrakech, Benguerrir, Kalaat Sraghna et d’autres villes marocaines, plusieurs dizaines de militants et militantes d’Al Adl wal Ihsane ont été, par ailleurs, arrêtés et conduits aux commissariats de police où ils ont été interrogés avant d’être relâchés, précisent les mêmes sources. L’association Al Adl Wal Ihsane est tolérée par les pouvoirs publics, mais, selon le ministre de l’Intérieur, Chakib Benmoussa, elle serait proche d’une organisation terroriste. Les arrestations des militants de cette organisation islamiste interviennent au moment où une vaste opération de recherches de présumés terroristes a été lancée après le démantèlement, début février, d’une présumée nouvelle cellule terroriste.

    Selon la presse marocaine qui cite des responsables sécuritaires, les services de sécurité marocains «recherchent actuellement activement au moins 43 personnes qui appartiendraient à Al-Qaïda». Deux Marocains présumés membres de la nouvelle branche d’Al-Qaïda au Maghreb sont activement recherchés et leurs photos ont été largement diffusées à travers les médias marocains. D’autre part, au moins 43 personnes sont actuellement interrogées par les services de sécurité dans différentes villes marocaines, notamment à Tanger et Tétouan, sur leurs relations avec des organisations terroristes, notamment la Salafia Jihadia.

    Les membres de ce groupe, âgés de 24 à 26 ans, sont soupçonnés d’appartenance à l’association non autorisée de la Salafia Jihadia et de préparer des «actes criminels et terroristes contre des casernes militaires, établissements universitaires (...)», selon l’agence marocaine MAP. Les personnes libérées ont déjà purgé des peines de prison pour leur appartenance à la Salafia, pour «incitation à la haine et à la violence» et «atteinte à la sûreté de l’Etat». Selon le journal Al Ittihad Al Ichtiraki, qui établit un lien entre ces interpellations et la reprise des activités du GSPC en Algérie, des explosifs auraient été saisis.

    La semaine écoulée, le journal Al Ahdath Al Maghribia avait indiqué que la police marocaine recherche un total de «soixante terroristes» dont un certain Sabd Al Housseini pour son implication présumée dans les cinq attentats du 16 mai 2003 de Casablanca, qui avaient fait 33 morts et des dizaines de blessés. Cette vaste opération opérée par les services de sécurité marocains a été précédée par des mises en garde des autorités contre d’éventuels attentats terroristes. En fin de semaine écoulée, le porte-parole du gouvernement marocain Nabil Benabdellah a fait état de «graves menaces de terrorisme» au Maghreb en citant notamment les récents attentats en Algérie. «Des mesures ont été prises pour renforcer la surveillance des ports et des aéroports du royaume», a-t-il dit en soulignant que le Maroc «travaille avec les services d’autres pays pour prévenir le danger».

    Synthèse de l'article - Equipe Algerie-Monde.com
    D'après le Quotidien d'Oran, le 20 février 2007.

     

Partager cette page