Une compagnie arabe aide Bush à sortir d’une mauvaise passe

Discussion dans 'Scooooop' créé par morphin, 13 Mars 2006.

  1. morphin

    morphin Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    USA-Emirats Arabes Unis)

    Une compagnie arabe a annoncé jeudi renoncer à assurer le contrôle des opérations dans six grands ports américains, une décision qui devrait mettre fin à une fronde sans précédent de la majorité républicaine contre le président Bush, espère la Maison Blanche.

    Dubaï Ports World a décidé de laisser une "entité américaine" s’occuper des terminaux portuaires dans de grands ports comme New York, selon un communiqué de son directeur général Edward Bilkey, lu au Sénat américain par le parlementaire républicain John Warner. La décision de l’administration Bush d’autoriser la compagnie émiratie à reprendre à sa concurrente britannique P0 la maîtrise des opérations portuaires avait provoqué une rébellion dans les rangs républicains. La Maison Blanche espère à présent être tirée d’une affaire de plus en plus dangereuse, même si celle-ci pose avec acuité la question des relations futures entre le Parlement et le président. Le porte-parole de la Maison Blanche Scott McClellan a assuré que, malgré les ennuis causés à M. Bush, la Maison Blanche n’était pour rien dans le rebondissement survenu jeudi : "C’était leur décision". Les parlementaires des deux camps ne faisaient pas confiance à une compagnie contrôlée par le gouvernement d’un émirat dont étaient originaires deux des auteurs des attentats du 11-Septembre et qui leur a servi de base arrière. Le raidissement croissant du Congrès a pris l’administration Bush par surprise en février et a tourné au bras de fer inédit avec l’annonce par M. Bush d’utiliser son droit de veto si le Congrès légiférait pour bloquer la transaction. Malgré le risque de crise grave, les Républicains ont choisi la confrontation au Congrès. Leurs dirigeants dans les deux chambres auraient signifié en privé à M. Bush que la transaction était morte. Les démocrates se sont emparés de l’affaire pour l’exploiter contre l’un des points traditionnellement forts de leurs adversaires. Or, de récents sondages ont montré que l’opinion était très majoritairement hostile à DP World. Ils ont aussi montré que la controverse avait contribué à réduire la confiance dans l’aptitude de Bush à assurer la sécurité du pays, y compris chez les électeurs républicains. La querelle était compliquée par les intérêts stratégiques en jeu. Bush n’a cessé de souligner que les E A U étaient les alliés des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme.


    Dans son communiqué, DP World précise que c’est l’émir de Dubaï, cheikh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, qui est intervenu auprès de la compagnie pour faire valoir qu’un renoncement était "dans l’intérêt des EAU et des Etats-Unis".

    Un responsable émirati a parlé de "décision politique" destinée à "aider nos amis".

    L´opinion.ma
     

Partager cette page