Une doctorante licenciée pour port du voile islamique

Discussion dans 'Scooooop' créé par @@@, 17 Avril 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Après deux ans sans problème, la fac de Toulouse la considère comme un agent public, soumis au devoir de réserve.



    Le débat sur le port du voile islamique ressurgit à Toulouse. Sabrina Trojet, doctorante à l'université Paul-Sabatier, a perdu en février son allocation de recherche après avoir refusé d'abandonner le voile, qu'elle portait pourtant depuis deux ans. La présidence de l'université lui reproche de ne pas se conformer au principe de neutralité exigé des agents publics.

    Fin février, Sabrina Trojet reçoit une lettre du président de l'université Paul-Sabatier qui lui notifie son licenciement de son poste d'allocataire de recherche pour avoir « persisté à porter un voile couvrant entièrement sa chevelure, destiné à marquer manifestement son appartenance à une religion ».

    Aujourd'hui sans ressources, la jeune doctorante a engagé une procédure devant le tribunal administratif de Toulouse.

    Elle troque son hijab pour un voile sicilien

    Sabrina a commencé à porter le voile en première année de master. Depuis 2006, elle bénéficiait d'une allocation de recherche pour sa thèse en microbiologie. Chaque mois, elle percevait un salaire qui lui permettait de se consacrer à temps plein à ses travaux de recherche.

    C'est seulement deux ans plus tard, en juillet 2008, que le nouveau président de l'université la convoque. Il lui somme de se conformer aux exigences de la fonction publique et d'enlever son voile.

    Sabrina refuse de se plier au exigences hiérarchiques, mais troque cependant son voile islamique pour un voile sicilien, moins couvrant. Six mois plus tard, elle reçoit une lettre de licenciement. Ni préavis, ni indemnité :

    « Mme Trojet a enfreint délibérément et de façon constante le devoir de stricte neutralité qui s'impose à tout agent public dans l'exercice de ses fonctions quel que soit son service et qu'il soit ou non en contact avec les usagers de ces services. »


    Si la loi française interdit le port de signe religieux ostentatoire au collège et au lycée, elle autorise les étudiants a manifester librement leur appartenance à une religion.

    http://www.rue89.com/2009/04/17/une-doctorante-licenciee-pour-port-du-voile-islamique
     

Partager cette page