Une journaliste marocaine réalise un documentaire sur les troupes américaines à Djibouti

Discussion dans 'Scooooop' créé par le prince, 21 Septembre 2006.

  1. le prince

    le prince Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Une journaliste marocaine réalise un documentaire sur les troupes américaines à Djibouti
    18/09/2006


    La journaliste marocaine et ancienne étudiante à l'Université de Berkeley, en Californie, Najilae Benmbarek a réalisé un documentaire sur les efforts des troupes américaines présentes en Afrique de l'Est pour lutter contre les recrutements terroristes. Elle avait déjà réalisé un documentaire sur la guerre en Bosnie.

    Par Farah Kinani pour Magharebia à Washington – 18/09/2006

    [​IMG]
    [File] Benmbarek


    Najlae Benmbarek était partie pour l'université de Berkeley en Californie (UC-Berkeley), titulaire d'une bourse Fulbright, avec la ferme intention de donner un nouvel élan à une carrière déjà prometteuse de journaliste au Maroc. Mais quelques mois avant son retour au Maroc, elle s'est vue charger de réaliser un mini documentaire sur la présence militaire américaine en Afrique de l'Est.

    Dans le cadre du projet "News 21", Benmbarek et ses confrères ont donc suivi des soldats américains, pour tenter d'obtenir un nouveau regard sur la lutte contre le terrorisme et de donner une vision plus intimiste de la vie quotidienne au sein de l'armée.

    Benmbarek a expliqué le choix de sa destination à Magharebia.

    "Camp Lemonier à Djibouti est la seule base américaine en Afrique", précise-t-elle, soulignant que "son objectif principal est de lutter contre le terrorisme, en particulier après que Osama Ben Laden eut déclaré que l'Afrique de l'Est serait le nouveau réservoir de recrutement pour les moudjahidines d'al-Qaida."

    Benmbarek fait remarquer que les soldats américains, en grande majorité des jeunes, font de leur mieux pour empêcher d'autres jeunes de se tourner vers le terrorisme. Elle qualifie cette mission de "tâche difficile".

    Le correspondant permanent de CNN Anderson Cooper l'a invitée à son émission "360°" le 15 septembre, et a diffusé son documentaire intitulé "A la conquête des coeurs et des esprits" parmi d'autres documentaires produits par les étudiants de l'UC-Berkeley.

    Elle a parlé à Cooper d'un échange qu'elle avait eu avec une jeune fille qui avait inscrit le nom de Ben Laden sur la porte de son casier.

    "Etant moi-même musulmane, je ne pouvais rester calme ou objective. J'éprouvais de la colère, parce que je ne m'attendais pas à voir une jeune Musulmane porter une telle admiration à un tueur, au lieu de croire en la paix et l'amour que nous enseigne le Coran", a-t-elle déclaré.

    L'autre documentaire de Benmbarek, "Nous sommes divisés", est diffusé sur PBS' "FRONTLINE/World" depuis le 7 septembre. Ce film est une chronique de la guerre civile qui fait rage en Bosnie-Herzégovine depuis les années 1990. Ce travail s'intéresse à des jeunes, qu'elle qualifie de "nouvelle génération post-conflit en quête des moyens de passer à autre chose".

    Benmbarek s'était rendue dans la région accompagnée de Durrell Dawson, de NBC News, pour tenter de voir comment les communautés travaillent à surmonter les divisions du passé.

    Les journalistes ont connu une expérience surprenante dans la ville bosniaque de Mostar, fortement divisée sur le plan ethnique.

    La reconstruction des églises, des mosquées et des ponts est en général source de controverses dans la région, liées au point de savoir si l'endroit était à l'origine croate, musulman ou serbe. Mais les jeunes de Mostar ont accepté de construire une statue de Bruce Lee, la légende du kung fu, un héro qu'ils apprécient particulièrement.

    Veselin Gatalo, président de l'organisation Mouvement urbain de Mostar, indique à Benmbarek dans ce film que le choix de cette statut symbolise la justice universelle et rappelle à beaucoup leur enfance.

    Benmbarek est désormais de retour au Maroc, considérant les mois passés à Berkeley comme un rêve devenu réalité. Elle reconnaît avoir encore beaucoup à apprendre, et a affirmé à Magharebia qu'elle avait adoré le temps passé aux Etats-Unis, entourée de gens qui croyaient en elle et l'ont encouragée à donner le meilleur d'elle-même.


     

Partager cette page