Une ONG dénonce le racisme et l'esclavage dans les camps de Tindouf

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 10 Octobre 2008.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    New York : La Secrétaire générale de l'Association Yaakare REDHRIC de lutte contre le racisme et l'esclavage et porte-parole du Comité International pour les prisonniers de Tindouf, Anja Oksalampi, a dénoncé jeudi le racisme et la ségrégation raciale qui sévissent dans les camps de Tindouf, dans le sud algérien.

    [​IMG]

    Oksalampi, qui intervenait devant la 4ème commission de l'Assemblée générale de l'ONU, a indiqué que son association continue d'être vivement préoccupée par le sort des personnes séquestrées à Tindouf, notamment "les esclaves du front Polisario", soulignant l'existence, bel et bien, de l'esclavage et du racisme dans ces camps de la honte.

    A ce propos, elle a évoqué le témoignage des deux journalistes australiens qui ont réussi, en 2007, à tromper la vigilance du front Polisario pour découvrir des pratiques d'esclavage dans ces campements.
    Elle a rappelé, à cet égard, le communiqué de "Reporters sans frontières" daté du 9 mai 2007 annonçant l'interpellation par le Polisario de deux journalistes australiens, Violeta Ayala et Daniel Fallshawen, auxquels il a été reproché de s'intéresser au sort des membres noirs de la population sahraouie.

    Anja Oksalampi, qui a eu l'occasion de visiter à maintes reprises les camps de Tindouf, a également dénoncé les subterfuges utilisés par le Polisario pour détourner l'attention des visiteurs étrangers sur la réalité amère dans lesdits camps et éloigner les soupçons sur les dirigeants du Polisario.

    Dans ce sens, elle a affirmé que ces visites sont de véritables mises en scène, faisant remarquer que les principales victimes de ce conflit "absurde" étaient avant tout "les civils, les minorités ethniques noires, ainsi que les émigrants clandestins, principalement en provenance des pays sub-sahariens, qui sont utilisés par le Polisario comme main d'euvre bon marché et corvéable".





    Source : emarrakech.info
     

Partager cette page