Université. Islamistes contre socialistes

Discussion dans 'Scooooop' créé par nanitouta, 8 Avril 2006.

  1. nanitouta

    nanitouta Visiteur

    Inscrit:
    29 Juin 2005
    Messages:
    159
    J'aime reçus:
    0
    L’Université de Settat a été le terrain de violentes confrontations entre les étudiants islamistes et socialistes. “Une belle bataille à coups de bâtons et de pierres, où deux socialistes ont été blessés”, selon le témoignage de Jalal El Kindali, membre de l’USFP de Settat. À l’origine de ces accrochages, une conférence sur “l’identité des mouvements islamistes”, organisée dans l’enceinte du campus par les étudiants d’Attajdid Attolabi. Malgré le refus de l’Administration d’autoriser cette conférence, le mouvement l’a quand même tenue dans le hall de l’université. Ce qui a alimenté l’ire des étudiants socialistes et a abouti, in fine, au conflit. Un de plus !


    Source: Telquel

     
  2. freil

    freil Libre Penseur

    Inscrit:
    9 Mars 2005
    Messages:
    4362
    J'aime reçus:
    52
    Localité:
    Casa 12° Arr
    Re : Université. Islamistes contre socialistes

    Exact, un de plus, dorénavant on risque de tomber sur des articles pareils jusqu'à la fin des élections 2007, les bras de fer médiatique vient de commencer!
    juste je veux ajouter (comme d'hab) un pett truc, le mot Islamisme, Islamiste n'existe pas, c'est une invention purrement occidental pour dire "qu'ils ne sont pas contre les musulmans mais contre les Islamistes" dans la religion d'ISLAM, notre religion, vous n'allez jamais trouver le mot "islamisme".

    @Nanitouta merci pour l'article!
     
  3. zakaria007

    zakaria007 Visiteur

    Inscrit:
    5 Janvier 2006
    Messages:
    250
    J'aime reçus:
    1
    Re : Université. Islamistes contre socialistes

    el 3aaaaaaaaaaaaaz!!
    ca ce que j appelle une bonne reponse!
     

Partager cette page

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées ainsi que pour nos statistiques de fréquentation.