US Témara accède au GNF 2 : Le plus difficile est à … venir

Discussion dans 'Maroc' créé par topsecretmaroc, 18 Juillet 2006.

  1. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    US Témara accède au GNF 2 : Le plus difficile est à … venir


    Cinq sur cinq pour l'UST. Le président Faouzi Ben Allal aura ainsi relevé le défi qu'il avait lancé le jour de son élection, au mois de novembre dernier. Il criait du haut de l'estrade que s'il avait accepté de prendre la barre, c'est pour réaliser la montée et qu'en cas d'échec, il s'en irait. Et bien non, il restera aux commandes pour une nouvelle aventure cette fois-ci à haut risque, vu la réalité qui prévaut dans la sphère des grands, qui requiert des moyens humains, logistiques et surtout financiers, préalables qui font défaut à l'UST, du moins pour le moment.


    Le président et ses hommes préfèrent savourer d'abord les délices de l'apothéose avant de méditer sur le travail titanique qui les attend. On a arrosé l'exploit lors d'une réception organisée pour la circonstance la semaine écoulée et à laquelle ont été conviés des responsables du football national et des joueurs internationaux de renoms. Mais on a omis cependant d'inviter la presse ou certaines figures de proue qui ont servi le football local des décennies durant.

    Les allocutions élogieuses des uns et des autres ont frisé parfois la flatterie. Certains orateurs, étrangers à la ville, ont crié leur attachement à l'UST alors qu'ils ignorent où se trouve le stade municipal. Autant dire que les prédateurs rodent déjà dans les parages.

    D'aucuns se demanderaient des facteurs qui ont concouru à l'apothéose ? Ils sont nombreux mais le plus important reste le soutien des autorités locales. Cela se comprend. Mohamed Mhidia, gouverneur de Skhirat/Témara, veut boucler la boucle en abordant la mise à niveau d'une activité sportive à la traîne comme cela a été fait pour les autres secteurs de la vie socio-économique de la ville.

    Le sport doit se mettre au diapason de la dynamique que connaît la préfecture dans son ensemble sachant que ce créneau, jadis perçu sous l'angle d'une activité récréative ou de l'entretien de la forme, s'impose aujourd'hui comme vecteur de développement, pourvoyeur de postes d'emploi. C'est faisable dans pareille ville qui dispose d'un énorme potentiel humain. L'UST a été choisie pour assumer le rôle de locomotive du sport à Témara et, à ce titre, a obtenu toute l'aide requise pour monter sur le perchoir.

    Ironie du sort, l'équipe fêtée aujourd'hui agonisait il y a une année. Et sans l'intervention des bonnes volontés comme Abderrahim Klalou, elle aurait rendu l'âme. Ce dernier a réuni l'effectif, ou plutôt ce qui en restait. Entre-temps, la préfecture a donné son aval pour la désignation de Jaouad Younsi en tant qu'entraîneur. Faouzi Ben Allal a été démarché pour qu'il prenne la destinée de l'équipe. Il sera plébiscité lors d'une assemblée générale extraordinaire ouverte au public pour la première fois depuis une décennie. En effet, les assises de l'UST se tenaient en catimini ; ce qui a conduit in fine à la rupture du cordon ombilical avec l'opinion sportive locale.

    L'UST devint orpheline dans son propre fief. Elle sera délestée progressivement de ses meilleurs joueurs, remplacés par des éléments de moindre qualité. Il en est de même pour les cadres locaux, contraints d'aller monnayer leur savoir-faire sous d'autres cieux. Cette équipe, qui dispose pourtant d'un parrain (Asment), se contenta de jouer les trouble-fête, sans grande ambition de renouer avec un passé glorieux. La préfecture finira par donner un coup de pied dans la fourmilière.

    La volonté solennelle affichée par les autorités locales met en confiance les composantes de l'équipe et les résultats suivront. Surprise, l'entraîneur Younsi est congédié alors que l'équipe caracolait en tête du peloton, avec un écart de 3 points sur son poursuivant immédiat. Certains ont invoqué une incompatibilité d'humeur tandis que d'autres parlent de complot contre le coach. Le départ de Younsi ne remettra pas en cause la suprématie de l'UST qui va terminer le critérium avec 18 points d'avance sur Tiflet, pour être sacrée championne de sa poule. Elle est qualifiée pour les barrages menant au GNF2. L'équipe se met alors au vert au centre sportif des FAR puis à Sidi Harazem pour une dernière concentration de 5 jours avant le match décisif contre Al Hoceima au stade Hassan II à Fès.

    Pour bénéficier du soutien du public fassi, l'UST s'entraînait au stade du WAF et arbora le jour du match les couleurs du MAS. Ingénieux. En définitive, au public canari se sont associés les supporters de l'UST et des FAR. Ils étaient presque 2000 gorges à scander le nom de Témara. Parmi eux, le pacha Mustapha Makhloufi, un homme qui a travaillé beaucoup mais dans les coulisses. L'UST aborda ces barrages avec un bon moral et des jambes bien pleines. Et ce n'est point une surprise qu'elle sorte gagnante même si Al Hoceima n'a pas démérité. La sentence n'est tombée qu'au terme de l'épreuve des tirs au but (3-0). L'équipe sillonnera le soir même les principales artères de Témara, sous les ovations des citoyens.

    Aujourd'hui, la montée est consommée. L'heure est aux préparatifs de la prochaine saison. L'UST aura besoin de plus de soutien notamment de la part de ses supporters avec lesquels elle s'est réconciliée. On ne sait pas si le staff technique sera reconduit mais ce qui reste vrai est que le coaching au niveau du GNF2 demande beaucoup de métier a fortiori lorsque le président déclare qu'il vise la montée au GNF1 ! Des techniciens locaux ont réussi cette mission dans le passé soit à Témara soit sous d'autres cieux.

    Nous citons l'exemple de Tahar Gueddar, l'homme qui a conduit le Raja de Témara aux barrages en 1986 puis l'UST en 1989 et qui a déniché de grands joueurs dont un certain Anaflous. Il a coaché l'ASFA (GNF1), puis l'OCS (GNF2). Cela se comprend car Tahar a effectué plusieurs stages en France sous la conduite d'Arthur Georges, Henri Michel, Roger Lemerre, Gérard Houiller. Sans l'impasse financière, Tiflet aurait sans doute joué les barrages à la place de l'UST en 2006. Son entraîneur n'est autre que … Tahar Gueddar.

    Il y a également Korraich, diplômé de 3e degré. Autant dire que Témara est dotée de compétences mais malheureusement oubliées ou mésestimées. Elle dispose également de dirigeants de haut calibre qui ne demandent qu'à servir leur ville comme Touzani ou Hadj Abdelaziz Slimani pour ne citer que ces deux-là. Témara aura également besoin d'un terrain gazonné, sinon bonjour la transhumance avec tout le risque d'essuyer des écueils sur le plan technique et de dilapider une denrée rare : l'argent.


    Une équation à trois inconnues qui devra être résolue avant le mois de septembre. Y parviendra-t-on ? Souhaitons-le.



    le matin
     
  2. ziko30

    ziko30 Citoyen

    J'aime reçus:
    13
    Points:
    38
    Reÿ: US Témara accède au GNF 2 : Le plus difficile est à … venir

    dommage :-(
     

Partager cette page