USA : nouvel espoir pour le condamné à mort Skinner

Discussion dans 'Faits divers' créé par @@@, 24 Mai 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]


    Cet homme de 47 ans demande l'autorisation de réaliser des analyses d'ADN qui peuvent selon lui l'innocenter des trois meurtres pour lesquels il a été condamné à la peine suprême. La Cour suprême américaine a accepté lundi de réexaminer son dossier.

    Le condamné à mort américain Hank Skinner va peut-être enfin pouvoir faire pratiquer des tests ADN grâce à la Cour suprême. Cette dernière a en effet accepté lundi de se pencher sur son dossier et a annoncé qu'elle examinerait l'affaire à l'automne.


    Agé de 47 ans, dont 15 passés dans le couloir de la mort, Hank Skinner a toujours clamé son innocence dans le triple meurtre en1993 de sa compagne, battue à mort, et des deux fils de celles-ci, poignardés. Un jury l'ayant déclaré coupable en 1995, l'Etat du Texas refuse de le laisser, même à ses frais, faire pratiquer des tests génétiques qui, selon le condamné, prouveraient qu'il n'est pas l'auteur des coups.

    «La décision de la Cour suprême constitue une première étape (...), nous sommes impatients de convaincre la Cour que si un responsable d'un Etat refuse à un prisonnier des tests ADN, ce prisonnier a le droit de contester cette décision en justice», a déclaré son avocat, Rob Owen.


    Marié à une Française militante anti peine de mort

    Hank Skinner est aujourd'hui marié à une Française militante anti peine de mort, Sandrine Ageorges-Skinner, avec qui il a commencé à correspondre en 1996. La France est d'ailleurs intervenue officiellement en mars pour demander au gouverneur du Texas, Rick Perry, d'arrêter l'exécution par injection mortelle prévue le 24 mars et d'ouvrir un complément d'enquête. Mais c'est finalement la Cour suprême qui avait ordonné la suspension de l'exécution, moins d'une heure avant que celle-ci ait lieu.

    Lors de son procès, l'accusation avait démontré la présence de l'accusé sur les lieux du drame de 1993, c'est-à-dire chez lui. S'il ne conteste pas ce fait, il assure toutefois que seul un tiers a pu agir puisqu'il était évanoui lorsque les crimes ont été perpétrés. La présence d'un cocktail d'anxiolytiques, d'anti-douleurs et d'alcool dans son organisme avait été confirmée par une prise de sang.




    http://www.lefigaro.fr/internationa...el-espoir-pour-le-condamne-a-mort-skinner.php
     

Partager cette page