VÉHICULES ACCIDENTÉS: BIENTÔT UN DÉCRET

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 25 Janvier 2011.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    VÉHICULES ACCIDENTÉS: BIENTÔT UN DÉCRET
    • LE TEXTE EST CENSÉ DÉFINIR LES MODALITÉS D’APPLICATION DU CODE DE LA ROUTE
    • UNE JOURNÉE SUR LES VÉHICULES GRAVEMENT ACCIDENTÉS, LE 27 JANVIER



    [​IMG]

    De 11 à 6,5 morts par jour. C’est la baisse enregistrée depuis l’application du nouveau code de la route. Certes, l’impact immédiat de cette nouvelle loi est positif pour le moment, mais rien ne garantit une baisse des sinistres dans la durée. Le comportement des usagers de la route, malgré les sanctions légales, reste imprévisible. «L’élément humain est incontrôlable. C’est le premier facteur dans la survenance des accidents de la route», explique Allal Zinoun, président du Conseil des experts industriels et automobiles. Pour Zinoun, «les deux autres facteurs d’accidentologie sont le véhicule et l’environnement».
    Juste après le comportement des usagers de la route, c’est l’état des véhicules mal entretenus ou réparés qui est généralement à l’origine des accidents. C’est malheureusement le constat sur nos routes. Dans ce contexte, le Conseil des experts industriels et automobiles du Maroc (Ceiam) organise une journée d’étude technique sous le thème «Véhicules gravement accidentés et accidentologie», le jeudi 27 janvier. «L’objectif de cette journée est d’améliorer la compréhension des accidents de la circulation routière et leur prévention, mais surtout initier de nouvelles réformes sur les qualités sécuritaires des véhicules», explique Younes Sayeh, membre du Ceiam.
    Au programme, le bilan de la stratégie de lute contre les accidents de la circulation, l’implication des centres de visite technique dans le processus de la procédure des véhicules gravement accidentés (VGA), la reconstruction en accidentologie et expertise. Le séminaire traitera également du cadre réglementaire de la VGA.
    L’une des nouveautés que le nouveau code a introduit se rapporte aux mesures réglementant la réparation des véhicules. La nouvelle loi tend à mettre fin à l’anarchie qui règne au niveau des réseaux de réparation. Selon le code de la route, le propriétaire de tout véhicule soumis à immatriculation, techniquement irréparable à la suite d’un accident, doit immédiatement aviser l’administration de cet état. Dans ce cas, le propriétaire est appelé à remettre le certificat d’immatriculation (carte grise) à l’administration. Ce document doit être accompagné du rapport de l’expert qui atteste que le véhicule est irréparable. Ce certificat devant être annulé par l’administration suivant des modalités qui seront fixées par un décret, en cours d’élaboration.
    Lorsque l’expertise atteste que le véhicule est réparable, un rapport détaillé des réparations à effectuer sera fourni. Avant d’être remis en circulation, le véhicule doit impérativement subir un contrôle technique par un établissement agréé. Actuellement, les repartions sont effectuées par des garagistes incapables de suivre l’évolution technologique des véhicules. Même les experts sont dépassés à ce niveau. D’où la nécessité d’une formation continue. Le Ceiam planche d’ailleurs sur la création d’un institut de formation.

    J.B.


    Source : lien
     
  2. odejiste

    odejiste Pervers Certifié

    J'aime reçus:
    281
    Points:
    83
    d'acc dirou lina hadchi gratos w nchouffo mais la vérité l'état cherche par tout moyen de tirer profit du citoyen ! lahola
     

Partager cette page