Vacances : Maroc une destination préférée des Algériens

Discussion dans 'Scooooop' créé par Le_Dictateur, 20 Juin 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Tunisie, Maroc, Espagne, France, Egypte…
    Vacances : les destinations préférées des Algériens

    En groupe ou à titre individuel, ils étaient 1 513 491 Algériens à séjourner à l’étranger en 2005, selon les statistiques du ministère du tourisme. 708 575 touristes se sont rendus en Tunisie, 396 692 en France, 80 499 en Espagne, 40 714 en Turquie, 34 988 en Libye, 29 015 au Maroc et 22 453 en Syrie.

    Les Pyramides, Marbella, Charm Echeikh, le Bosphore, Beyrouth, Dubaï, l’Andalousie, Athènes, Météore, Hammamet, Djerba, Marrakech… des destinations de rêve que l’algérien n’hésite plus à s’offrir. En groupe ou à titre individuel, ils étaient 1 513 491 Algériens à séjourner à l’étranger en 2005, selon les statistiques du ministère du tourisme.

    708 575 touristes algériens se sont rendus en Tunisie, 396 692 en France, 80 499 en Espagne, 40 714 en Turquie, 34 988 en Libye, 29 015 au Maroc et 22 453 en Syrie. Pour être au diapason de la demande, les voyagistes redoublent d’effort et tentent par tous les moyens de répondre à leurs exigences. Chaque saison estivale est une occasion pour proposer une nouvelle destination et un nouveau produit touristique, un produit qui fait désormais partie des habitudes de consommation de l’algérien. “Pour les vacances, mon mari et moi avons décidé de partir au Maroc cette année, même si c’est un peu plus cher que la Tunisie où nous nous rendons depuis six ans en voiture.

    Les propositions des agences sont vraiment tentantes, la Grèce, la Turquie, l’Égypte, mais les tarifs sont très élevés”, confie Assia, médecin de son état et mère de deux enfants. Même si le couple a été obligé de faire des sacrifices durant l’année, il ne se voit pas passer les vacances en Algérie. “Les tarifs appliqués dans les hôtels sont trop exorbitants, c’est pourquoi nous choisissons la Tunisie, qui en prime offre un meilleur service. Et puis, partir ailleurs, c’est toujours une opportunité pour voyager et découvrir un autre pays”. Ce changement dans le comportement, Nadjah Boudjeloua, manager d’une des plus anciennes agences de voyages d’Alger, l’explique par la crise économique qui a secoué l’Algérie dans les années 1980 et puis la dégradation de la situation sécuritaire.

    “Jusqu’à la fin des années 1980, la tendance était au in-comming, c’est à dire que notre rôle consistait à l’exportation du produit touristique algérien. Mais depuis le début des années 1990, et en raison de l’absence de sécurité, les agences de voyages se sont lancées dans le out-going, ou l’importation du produit touristique étranger”. Désertés par les touristes étrangers et locaux, les établissements hôteliers ont connu une détérioration de la qualité du service.

    “La politique tarifaire des établissements hôteliers et même ceux appliqués par Air Algérie ne sont guère encourageants pour le tourisme”, dira ce tour-opérateur. Les tendances de voyage varient selon la saison. “Pour le printemps et l’automne, c’est plutôt les destinations découvertes, notamment la Turquie, l’Égypte (Le Caire) et le Maroc et ses villes impériales. Alors que la Tunisie avec ses stations balnéaires domine tout au long de la saison estivale.


    ” Des tour-opérateurs soulignent que la reconversion vers l’importation du produit touristique étranger n’a pas été facile, d’autant que le client algérien fait rarement appel à des professionnels pour préparer son déplacement. 750 agences de voyages, regroupées en 4 associations régionales sont agréées par le ministère du tourisme et tentent par tous les moyens de regagner la confiance d’une clientèle, désabusée dans un passé pas très lointain par des expériences ratées de la Omra. Peu habitués au voyage organisé, beaucoup de nos compatriotes ont appris à leurs dépens que l’agent de voyage, c’est avant tout une garantie pour son séjour en dehors des frontières.

    “Le client quitte l’Algérie avec un contrat de voyage, qui lui offre en plus un tarif négocié et une sécurité durant son séjour. C’est pourquoi nous incitons les touristes algériens à tout régler en Algérie”. Et pour gagner la confiance des clients, les voyagistes font preuve de beaucoup de professionnalisme et multiplient les offres. Des séjours au Maroc, en Égypte, à Malte, en Grèce sont sur la devanture de presque toutes les agences de la capitale, à des prix allant de 33 000 Da à 133 000 DA. Avec 930 015 visiteurs en 2005, selon l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), le pays voisin est sans nul doute la destination de choix des algériens. Avec des prix imbattables, certaines agences bradent un séjour de 8 jours-7 nuitées à 18 000 DA. Une offre difficilement refusable, même pour les bourses les plus modestes.

    Le fait de proximité est aussi une occasion pour faire des économies sur le prix du billet d’avion, contrairement au Maroc, autre voisin, inaccessible par la route. Le taux le plus élevé du flux des algériens vers la Tunisie est enregistré durant la haute saison (juillet /août). Car même si la proximité des deux pays est le premier facteur encourageant le choix de cette destination, 80% des visiteurs algériens viennent des villes frontalières. “Vu le nombre croissant d’algériens qui visitent la Tunisie, l’administration centrale tunisienne du tourisme s’implique de façon concrète dans l’organisation du marché algérien et travaille en étroite collaboration avec les agences de voyages”, soulignent les voyagistes qui pratiquent cette destination. En dépit des nombreuses formules proposées par les agences, nombre de nos concitoyens préfèrent s’y rendre à titre individuel.

    “Seulement 20% des algériens séjournent en Tunisie dans un cadre organisé. 85% prennent la route contre 15% par avion”, précise Ziad Ben Hassen, représentant de l’ONTT à Alger. Le pays voisin, qui pratique un tourisme de masse, attire surtout par son produit balnéaire ; les villes les plus prisées sont Hammamet, Nabeul et Sousse. Avec presqu’un million d’entrées, les algériens arrivent en troisième position après les Libyens et les Français, chose qui ne se traduit pas en matière de nuitées. “L’algérien passe en moyenne une nuitée dans un établissement hôtelier”, précise le représentant de l’ONTT.

    Source - http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=59702
     
  2. ذات النقاب

    ذات النقاب أختكم في الله

    J'aime reçus:
    102
    Points:
    48
    Re : Vacances : Maroc une destination préférée des Algériens

    iwa khoya hadi ch7al kanit oujda ta3mar bi les tunisiens wa les algeriens
     
  3. MATAPAYOS

    MATAPAYOS Citoyen

    J'aime reçus:
    4
    Points:
    38
    Re : Vacances : Maroc une destination préférée des Algériens

    oui je me rapelle les annnees 80 fach kanou yetemchaw fe chari3 moahamed 5 avec un journal et 1 kiol de bananes [22h]
     

Partager cette page