Valladolid 0-3 FC Barcelone: Invincibles

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 27 Janvier 2010.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Le Barça continue sur sa lancée avec une nouvelle victoire convaincante face au Real Valladolid. Les blaugranas terminent la phase aller de la Liga invaincus: du jamais vu dans leur histoire.

    [​IMG]

    Les faits et le jeu
    C'est dans une ambiance euphorique que les protégés de Pep se déplaçaient à Valladolid pour disputer leur dernier match de la phase aller de Liga. Euphoriques parce que plus que jamais aux commandes de cette Liga 2009-10 mais surtout parce que le chef blaugrana, Pep Guardiola, vient de 'donner sa parole': il sera à la tête de l'équipe première pour au moins une saison de plus.

    Les blaugranas, depuis le 5-0 infligé à Tenerife, sont tout simplement irrésistibles, bien qu'ayant connus une élimination en Copa face à Séville, la première élimination d'une compétition officielle de l'ère Pep. Les barcelonais ont depuis rebondi de belle manière et renversent tout sur leur passage, avec à la clé un jeu aussi léché que celui qui leur avait permis de réaliser le triplé la saison passée.

    Ce déplacement à Valladolid, bien que présentant très peu de danger (17ième au classement avec 32 buts encaissés en 18 rencontres), avait tout de même une saveur particulière et pour cause: les blaugranas avaient là l'occasion d'inscrire un nouveau record dans l'histoire du Barça: clôturer la phase aller de Liga invaincus.

    À circonstances exceptionnelles, composition exceptionnelle: hormis Busquets, blessé, Pep alignait son 11 type: Valdés dans les cages, une défense Abidal-Puyol-Piqué-Alvés, un milieu Keita-Xavi-Iniesta et enfin un trident offensif Zlatan-Messi-Henry.



    Les blaugranas débutent tranquillement la rencontre, sûrs de leurs forces. Les locaux se font confisquer le ballon dès le coup d'envoi de la rencontre et n'auront pas vraiment l'occasion de le revoir. Pourtant, la première occasion sera castillane. Sur coup franc, Valdés est obligé de boxer le ballon des 2 mains pour repousser la frappe de Canobbio (5'). La réponse catalane ne tarde pas à arriver: une combinaison subtile Alvés-Messi voit l'argentin enrouler sa frappe, obligeant Villar à se détendre de tout son long pour sortir le ballon (11').
    Les blaugranas dominent la rencontre de la tête et des épaules et sont parfaitement à l'aise, à l'image d'un Abidal déconcertant de maîtrise ou d'un Iniesta à la couverture de balle magique. Un jeu simple et sans fioritures, des joueurs appliqués et jouant sobrement et un Valdés très vigilant, bref tous les ingrédients étaient réunis pour transformer cette soirée en chemin de croix pour les castillans.

    L'ouverture du score survient passée la vingtaine de minutes de jeu et est le fruit d'une somptueuse action collective. A la suite d'un contre mené à la vitesse de l'éclair et amorcé par Xavi d'une superbe talonnade pour Messi, celui-ci décale Alvés à droite. Le brésilien adresse un centre à Xavi qui exécute Villar d'une belle volée. 1-0 (21').
    Les joueurs de Valladolid n'ont pas le temps de se remettre de ce but qu'un nouveau coup les assomme, cette fois pour de bon. Alvés, décidément intenable sur son côté droit, hérite d'un ballon de Messi, résiste au retour de Marcos et décoche un centre-tir qui trompe Villar pour la seconde fois de la soirée. 2-0 (22'). Un but chanceux qui démontre une fois de plus l'énormissime danger des centres du brésilien sur son couloir droit.

    Le reste de la première période tourne à la démonstration. Des catalans insolents de maîtrise technique ne laissent aucune chance à un faible Valladolid. Rien, absolument rien, ne laisse présager un retour des castillans.



    Une impression confirmée au retour. Les barcelonais, loins d'être rassasiés, débutent la seconde période avec des velléités offensives revues à la hausse, les vagues s'abattant sur les locaux minute après minute. Iniesta (49' et 55') sur une demi-volée et un tir tendu puis Henry (56') d'un ciseau acrobatique font plier Valladolid qui résiste tant bien que mal. L'action suivante sera pourtant la bonne: Alvés, encore lui, centre pour Ibrahimovic. Le suédois, plein de sang froid, contrôle tranquillement, se retourne et sert un Messi arrivé à toute vitesse dont le plat du pied achève les derniers espoirs de remontée de Valladolid. 3-0 (57').

    Avec 3 buts d'avance, l'inévitable se produit avec un Barça qui entre en mode gestion des affaires courantes: moins de prise de risque, moins de pressing et une priorité absolue accordée à la conservation du ballon, interrompue ça et là par des occasions manquant de conviction d'Henry et Ibrahimovic, tous deux en manque de buts depuis quelques matchs maintenant. C'est l'occasion idéale pour les seconds couteaux de grapiller quelques minutes de jeu: Milito remplace un Piqué fantomatique pour la dernière demi-heure tandis que Chygrynskiy et Bojan remplacent respectivement Keita et Henry.

    3-0, score final. Le Barça a joué la carte écologique ce soir: un minimum de carburant pour un rendement maximal. Les blaugranas bénéficieront une nouvelle fois d'une semaine complète pour préparer leur déplacement à Gijon.

    Un calendrier plus dégarni que la saison passée qui fait penser que l'élimination prématurée en Copa face à Séville n'est finalement pas une si mauvaise chose. La saison dernière, l'appétit énorme suscité par 2 saisons vierges et remplies de frustration, associée à la première saison de Guardiola (forcément surmotivé) à la tête de l'équipe, avaient abouti aux résultats que tout le monde connait: 3 titres à l'issue de la saison puis 3 nouveaux (Super Copa, Super Coupe d'Europe et Coupe du monde des clubs) cette saison.


    Il semble désormais que le temps est arrivé de digérer tout cela, la digestion ne signifiant pas l'arrêt de la spirale de victoires, mais simplement un recentrage des efforts et de l'attention sur les compétitions et les échéances qui comptent: Liga et Champion's League. Fini donc l'esprit boulimique de victoires, place à un Barça plus prudent, mais pas moins dangereux. Si la Pep Team veut durer dans le temps, elle devra nécessairement choisir ses compétitions et répartir ses efforts en fonction. Une sorte de nouvelle maturité...



    Les joueurs
    Valdés: 7.5 Le Valdés 2009-10, c'est du lourd, très lourd. Contrairement aux saisons passées, il rassure désormais, et cela en tout temps. Plusieurs arrêts de grande classe et des sorties bien négociées.


    Abidal: 6.5 Une nouvelle bonne prestation du français. Moins en vue que contre Séville, il a tout de même largement répondu présent. Serein dans ses passes, autoritaire dans ses interventions et bon dans ses anticipations. A bien appuyé Henry offensivement. Logiquement moins en vue en seconde période.

    Puyol: 8 Beaucoup l'avaient mis au placard la saison dernière lorsqu'un Piqué en pleine bourre en seconde moitié de saison et un Marquez ressuscité l'avaient confiné au rôle de 3ième DC de l'équipe dans la hiérarchie guardiolienne. Cette époque est désormais révolue. Captain Puyol est de retour et livre une de ses meilleures saisons sous le maillot blaugrana. Le chant du signe ? Nul ne peut répondre à cette question. Une seule certitude: il a du coeur et cela peut compenser toutes les déficiences physiques causées par l'âge. Concernant sa prestation de ce soir, elle est énorme: rage, force physique, retours musclés, relance sûre et tacles de qualité. N'est pas capitaine du Barça qui veut.

    Piqué: 5 Prestation sans grand relief du canterano. Relance douteuse et interventions frileuses. Doit se resaisir car là, cela devient inquiétant, pour lui mais surtout pour l'équipe car derrière (Marquez, Chy), il n y a pas pas vraiment de relève. Remplacé par Milito (61'), auteur d'une entrée encourageante. Alors la charnière Puyol-Milito, bientôt de retour ?

    Alvés: 8 Indiscutablement l'homme du match, ne serait-ce que statistiquement parlant: un but et 2 passes décisives. Un balayage total de son couloir et une activité débordante qui en font le quatrième attaquant (inavoué) de l'équipe.

    Keita: 5.5 Pour son premier match de la saison au poste de pivot, il a assuré l'essentiel, respectant les exigences de positionnement du poste de '4'. Rien de transcendant non plus. Remplacé par Chygrynskiy (79'), désolant dans ses choix de passe.

    Xavi: 6.5 Un but de grande classe (qu'il a par ailleurs lui-même initié). A expédié les affaires courantes avec quelques éclairs ça et là.

    Iniesta: 7.5 Est définitivement de retour. Calme et souverain dans ses prises de balle et orientations.

    Henry: 5 Pas avare en efforts comme d'habitude mais pas décisif, comme d'habitude. Remplacé par Bojan (84').

    Messi: 7.5 Un but et une passe sur le but d'Alvés. Son retour sur le côté droit depuis quelques matchs coincide avec une efficacité et une percussion retrouvées.

    Ibrahimovic: 5.5 Il n'a toujours pas débloqué son compteur but en 2010 et on sent que ça lui pèse. A tout fait pour marquer, sans succès. Un déchet important dans le jeu. Le signal d'alarme n'est plus très loin. Une passe décisive tout de même.



    Fiche Technique


    Valladolid: Villar; Pedro López, Luis Prieto, Arzo, Marcos (Nivaldo, 84'); Marquitos (Pelé, 74'), Borja, Lazaro, Sesma (Medunjanin, 79'); Canobio et Costa


    FC Barcelone: Valdés; Alves, Piqué (Milito, 60'), Puyol, Abidal; Xavi, Keita (Chygrynskiy, 79'), Iniesta; Messi, Ibrahimovic et Henry (Bojan, 82')


    Arbitre: Ramirez Dominguez. CJ: Piqué (42'), Keita (50'); Marcos (80') et Borja (84')


    Buts: 0-1, Xavi (20') ; 0-2, Alves (21') ; 0-3, Messi (56')


    Stade: José Zorilla


    source
     

Partager cette page