Vente de produits alimentaires périmés : Attention aux fausses «bonnes affaires»

Discussion dans 'Scooooop' créé par ChA3nOuNa, 20 Octobre 2005.

  1. ChA3nOuNa

    ChA3nOuNa Visiteur

    J'aime reçus:
    49
    Points:
    0
     

    Les marchés casablancais sont inondés de produits alimentaires de la contrebande, et dont la date limite de consommation va bientôt expirer. Pire encore, certains de ces produits sont parfois déjà périmées et, pour les liquider, les vendeurs n'hésitent pas à trafiquer la date limite de consommation, en procédant au réétiquetage. Voilà le danger qui guette les consommateurs en ce mois de Ramadan.


     [​IMG]


    Il s'agit de marchandises écoulées à des prix défiant toute concurrence, mais qui ne constituent pas pour autant une si bonne affaire. Ce commerce pour le moins douteux, et qui devrait être sérieusement contrôlé, menace sérieusement la santé des consommateurs.


    Des vendeurs ambulants, et même certains commerces fixes, vendent en effet des aliments en conserve, notamment des boîtes de concentré de lait et des jus de fruits de contrebande, ainsi que différentes sortes de charcuteries et de sucreries, à des prix sacrifiés. Ce n'est pas pour autant une si bonne affaire pour les consommateurs. Car pour la plupart de ces produits, la date limite de consommation expire dans les jours qui suivent.

    «C'est à 6 DH la boîte de jus, si vous en prenez deux, je vous les vends à 10 DH seulement», c'est de cette manière qu'un vendeur ambulant attire les passants à la sortie d'une des nombreuses kissariat de Derb Omar.

    A première vue, il s'agit là d'une «bonne affaire» que tout consommateur chercherait à saisir. Mais attention, ce produit et d'autres encore sont peut-être non propre à la consommation.

    En effet, si le consommateur en question est averti et s'il a le bon réflexe de vérifier la date limite de consommation, il pourra aisément remarquer que le produit en question sera périmé dans très peu de temps, au plus tard dans un mois.

    Et ce n'est pas tout, certains vendeurs vont même jusqu'à trafiquer la date limite de consommation dans le but d'écouler leur stock de marchandises déjà périmées et donc inconsommables.

    Selon un responsable de la délégation de Casablanca du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche maritime, il existe en effet une éventualité que la date limite de consommation soit modifiée afin d'abuser le consommateur. Un commerce aussi douteux devrait être sérieusement contrôlé, et pour cause, il y va de la santé des citoyens.

    Conscients de cette réalité, les services d'hygiène renforcent leurs contrôles, particulièrement durant le mois de Ramadan. Il existe notamment un service de répression des fraudes qui, le long de ce mois, effectue un contrôle accentué.
    En effet, en plus des contrôles réguliers réalisés tout au long de l'année, les commissions mixtes de contrôle, réunissant des éléments du ministère de l'Agriculture, de l'Intérieur et de la Santé, renforcent leurs actions à tous les niveaux.

    Ils vérifient les dates limites de consommation et prélèvent des échantillons qu'ils soumettent à l'analyse dans les laboratoires.

    Dernièrement, les responsables de la métropole ont même mis à la disposition des consommateurs des numéros téléphoniques afin de réagir face aux agissements qui leurs paraissent frauduleux. Il s'agit de cellules de permanence qui veillent à accueillir les plaintes et réclamations des Casablancais. Les consommateurs n'ont plus qu'à se manifester en appelant le service de contrôle de leur préfecture.

    Suite à leur appel, un comité des services du contrôle économique se déplacera sur place pour contrôle et prendra les mesures nécessaires. Les autorités locales appellent par ailleurs les consommateurs à garder la vigilance lors de leurs achats.

    Autant d'actions fort estimables mais qui ne répriment malheureusement pas entièrement ce commerce douteux qui met sérieusement en péril la santé des consommateurs.



    Hajar Dehhani | LE MATIN
     

Partager cette page