Viens, je t'emmène...

Discussion dans 'toutes les poésies...' créé par titegazelle, 7 Mai 2012.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    "...Je te conduirai au Désert et parlerai à ton Cœur..."


    [​IMG]



    Partir encore, marcher toujours.
    Détours après impasses, morts après renaissances, avancer.

    Partir.

    Oser encore le désert. Oser tous nos Déserts.
    Suivre le conseil éclairé du Renard :
    se préparer, à trois heures moins le quart,
    au plus hasardeux des rendez-vous.
    Y faire la plus inattendue, la plus émouvante
    et la plus Magique des rencontres.
    Y faire, même, la rencontre de toutes nos Vies :
    la rencontre avec nous-même.
    Avec notre Dieu Intérieur.

    Repartir alors sans plus jamais avoir Soif,
    bien plus loin encore.
    Marcher, sans relâche ni repos.
    Étoiles après dunes, s’arrêter d’un coup.
    S’agenouiller, brutalement.
    Harassé par la fatigue du Chemin,
    pleurer les yeux ouverts,
    danser les poings fermés.

    Petits grains de sable perdus dans l’Infinité
    de tous nos Sahara à venir.
    Réconciliés, apprivoiser le pas du chameau,
    anonymement patiné par des siècles de caravanes patientes.
    Apprivoiser le Vent, qui ne demande, paraît-il,
    qu’à danser avec nos cheveux.
    Apprivoiser le sable,
    qui s’impatiente lui aussi de nos pieds nus.

    Arrêter de lutter.
    Laisser le Silence Primordial du Désert nous violer, d’abord.
    Le regarder ensuite fracasser une à une toutes nos peurs,
    avec une Tendresse Infinie.
    L’inviter, même, à vaincre en dernier
    la Première de toutes nos peurs.
    La plus profonde et la plus déguisée :
    la peur de notre propre Lumière.

    Laisser le Silence nous envahir entièrement, enfin.
    Et passer le reste de sa vie à le chercher
    et le rechercher encore dans tous les Bruits du Monde.

    Oui, une fois pour toutes, se taire.
    Ne plus rien faire que marcher.
    Faire place au Silence et ne plus rien entendre.
    Ne plus rien entendre pour pouvoir tout écouter.
    Ne plus rien dire et retrouver sa Voie.
    Et trouver son Voyage.

    Le Premier de tous nos voyages est pourtant
    celui qu’on repousse sans cesse à plus tard.
    Je partirai, demain.

    Le Premier de tous nos voyages
    est géographiquement le plus court.
    Et il est aussi le plus long :
    c’est celui qui mène de notre tête à notre Cœur...



    © François-Xavier Prévot 2005.
    Textes extraits du Carnet de Voyages :

    « de L’Himalaya au Sahara : s’arrêter, un peu. Repartir, toujours... »

     
  2. Rooo

    Rooo Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Troo beau khouya :eek:
     
  3. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    [MENTION=39448]titegazelle[/MENTION] : 8ad siyad ma7chamch y9olik khouya !! :mad:

    Merci [MENTION=39448]titegazelle[/MENTION], très beau poème !!
     

Partager cette page