Villa, comme un malaise

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 28 Novembre 2011.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Indiscutable la saison passée, David Villa traverse une période délicate au FC Barcelone, qui se rend à Getafe samedi soir (22h00), lors de la 14e journée de Liga. En perte de confiance, l'attaquant espagnol ne marque plus autant. Et n'accepterait plus de vivre dans l'ombre de Lionel Messi.

    La scène se déroule mercredi, à San Siro, dans l'antre de l'AC Milan. Pep Guardiola s'arrache les cheveux qu'il n'a pas. L'entraîneur du Barça grimace. Enrage. David Villa vient de vendanger une occasion en or. L'Espagnol, servi sur un plateau par Lionel Messi, manque la balle du 3-1. Idéalement placé dans la surface lombarde, El Guaje trouve la main ferme de Christian Abbiati. Ce raté n'empêchera pas les Blaugrana de venir à bout des Rossoneri (2-3). Mais il atteste de la crise de confiance que traverse Villa depuis plusieurs mois. Pour le quotidien Marca, l'ancien Valencian vit "la pire année" de sa carrière.

    Les chiffres ne sont pas aussi catégoriques : cette saison, Villa a marqué douze fois en vingt-sept rencontres. Mais ces statistiques intègrent ses performances avec l'Espagne. Et sous le maillot de la Roja, le meilleur buteur de l'histoire de la sélection ibérique reste fidèle à sa réputation. Déjà quatre buts en sept rencontres : deux contre le Liechtenstein (6-0), un face à l'Ecosse (3-1) et un autre, dans les ultimes secondes, au Costa Rica (2-2). Avec le Barça, son rendement est moins clinquant. Le natif de Langreo n'a frappé qu'à quatre reprises en douze matches de Liga.

    Messi: "Je ne me suis pas battu avec lui"


    Samedi dernier, en parachevant la promenade catalane face à Saragosse (4-0), il a mis un terme à près de deux mois de mutisme. Villa était rentré huit minutes plus tôt. Car cette saison, son temps de jeu a diminué : il tourne à une moyenne de 66 minutes par rencontre, contre 78 minutes en 2010-2011. Pep Guardiola a beau marteler qu'il "a vraiment confiance en Villa", dans les faits, il n'en fait plus l'indéboulonnable complément de Messi. En Liga, le coach blaugrana l'a titularisé autant qu'il a fait débuter sur le banc. La raison est connue : Villa doit vivre avec la concurrence de Pedro, Alexis Sanchez, Cuenca, Iniesta... et Fabregas. L'arrivée de l'ancien Gunner, souvent utilisé comme attaquant, a compliqué la tâche de Villa. Qui ne digérerait pas de vivre dans l'ombre de Lionel Messi.

    Il y a quelques semaines, les médias espagnols avaient même relayé une vive altercation entre les deux hommes. Villa ne supporterait plus que l'Argentin soit aligné dans l'axe. L'épisode a fait grand bruit en Catalogne. A tel point que Messi lui-même s'est empressé de le démentir. "Je ne me suis pas battu avec lui, je n'ai aucun problème avec lui ni avec quiconque", a assuré La Pulga. D'après Guardiola, "Villa et Messi sont très amis, et se respectent". Victor Valdes, lui, estime qu'on "essaie de déstabiliser le Barça". "Il y a des micros et des caméras dans nos vestiaires ?, s'emporte le gardien blaugrana dans les colonnes de Marca. Il n'y a jamais eu de problèmes entre Lionel Messi et David Villa. Ils s'entendent très bien. Nous savons que toutes ces rumeurs sont fausses."

    Mais les rumeurs ont la vie dure. Les plus récentes alimentent la thèse d'un départ de Villa. Selon la radio Cadena SER, l'Espagnol serait sur les tablettes de Liverpool. Les Reds verraient en lui le complément idéal de Luis Suarez. Sa venue sur les bords de la Mersey coûterait cher : l'attaquant du Barça est sous contrat jusqu'en 2014 et touche 7 millions d'euros bruts par saison. Et sa valeur marchande est estimée à 45 millions d'euros par le site Transfermarkt. Il y a un peu plus d'un an, Barcelone en avait déboursé cinq de moins pour l'arracher au FC Valence. A cette époque, Villa n'était pas en proie au doute. Il enfilait les buts comme des perles.

    Eurosport
     

Partager cette page