Villarreal CF 1-2 FC Barcelone : Grand Chelem

Discussion dans 'Barça' créé par simo160, 22 Décembre 2008.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Menés à la marque par Villarreal, les joueurs de Guardiola ont su remonter au score puis prendre l'avantage et le garder malgré l'expulsion de Piqué. Le Tourmalet se clôt sur une quatrième victoire et 10 points d'avance.

    Les faits et le jeu
    Pour le dernier match de l’année 2008 face à la redoutable équipe de Villarreal, Pep Guardiola avait décidé d’aligner une équipe type légèrement remaniée. Marquez laissé au repos du fait de soucis musculaires, Piqué retrouvait une place dans le onze en défense aux côté de Alves, Puyol et Abidal. Au milieu, Touré laissait sa place de pivot à Busquets qui avait été auteur d’une bonne rentrée lors du Clasico tandis que Keita prenait celle de Gudjohnsen comme complément de Xavi. Devant le trio Henry-Eto’o-Messi était sans surprise reconduit.

    Le match débutait avec un pressing très haut des Barcelonais qui payait très rapidement avec dès la 3ème minute une occasion en or pour Thierry Henry : à la suite d’une magnifique action à une touche entre quatre joueurs Blaugrana, le Français héritait du ballon dans la surface, mais son plat du pied était repoussé par Diego Lopez, le portier de Villarreal.

    Après ce premier coup de semonce, le rythme ne baissait pas avec toujours un Barça positionné très haut afin de pousser à la faute les relanceurs adverses et récupérer les seconds ballons. Henry bien lancé par Eto’o se montrait ainsi à nouveau dangereux à la 13ème minute avec une frappe mal ajustée.

    Face au bloc Catalan au pressing tout terrain, celui de Villarreal montrait une bonne cohésion et une volonté affirmée de projection rapide vers l’avant. Constants dans le combat physique, les joueurs de Pellegrini profitaient des velléités ultra offensives des Catalans pour mener des contres rapides et précis. Le plus dangereux se déroula à la 19ème minute avec Rossi comme principal protagoniste. Ce dernier parfaitement lancé dans le dos de la défense à la limite du hors-jeu croisait néanmoins trop sa frappe pour inquiéter un Valdes concentré et attentif.

    Cette belle opportunité de Villarreal avait pour effet de refroidir un peu les ardeurs des Blaugrana avec un rythme qui baissait d’un cran. Les espaces moins nombreux laissaient peu d’opportunités aux attaquants du Barça qui cherchaient les combinaisons dans le jeu court voire très court, voire très très court… De son côté Villarreal affinait sa stratégie de contre et obligeait Piqué ou Puyol à une vigilance de tous les instants.

    Mal exploités depuis le début de la partie par les deux équipes, les coup de pieds offraient néanmoins l’une des plus belles action de la première mi-temps : à la suite d’un corner de Xavi, le ballon revenait sur Busquets aux vingt mètres dont la reprise de volée limpide aurait pu trouver la lucarne sans un Diego Lopez inspiré (27’).

    Le dernier quart de ce premier acte voyaient les 22 acteurs intensifier leur lutte pour la maîtrise du ballon, avec une grande vitesse dans le jeu de passe d’où un déchet parfois important. Toutefois si Barcelone jouait le jeu de l’attaque placée au risque de venir s’étouffer dans l’axe en cherchant la passe ou le crochet de trop, Villarreal poursuivait sa recherche de la profondeur dans le dos de la défense catalane, celle-ci étant comme d’habitude positionné très haut. Chaque perte de balle barcelonaise donnait ainsi lieu à une tentative de contre attaque ultra rapide. Niveau occasions, on retenait une frappe molle de Henry non cadrée (41’) et surtout un peu plus tôt un contre de ce même Henry qui aboutissait à un centre que ni Messi ni Xavi ne parvenaient à bonifier (36’)

    Au retour des vestiaires, le match reprenait son cours avec une équipe de Villarreal toujours à la recherche des espaces dans le dos de Puyol ou Piqué. Et cela finissait par payer. A la 48ème minute, l’appel de balle latéral de Cani était récompensé d’un caviar de Rossi ce qui permettait à l’ancien capitaine de Saragosse de tromper magnifiquement Valdes d’une balle piquée.

    La réaction catalane était timide avec une frappe de Xavi trop écrasée (53’), mais pour autant on ne sentait pas de panique, contrairement aux saisons précédentes où Villarreal avait construit ses victoires au Madrigal contre le Barça en emballant le match une fois la marque ouverte.

    De fait le sang froid catalan était rapidement récompensé par une égalisation de la tête d’un Keita suffisamment téméraire pour affronter la sortie de Diego Lopez (55’). Le centre était signé de l’inévitable Daniel Alves.

    Revenus au score, les Blaugrana essayaient de rapidement faire la différence. Eto’o d’une reprise mettait à nouveau Lopez à contribution à la suite d’une merveille de triangle à une touche avec Xavi et Messi (58’). Puis c’était au tour d’Alves de faire chauffer les gants du portier des locaux (59’).

    Face à un adversaire bien en place et très solide dans l’axe, la solution ne pouvait venir une nouvelle fois que des ailes. Xavi à la suite d’une série de balles très latérales, mettait de la verticalité en perçant le premier rideau défensif afin d’adresser un centre que Thierry Henry, reprenait impeccablement du gauche (66’).


    Deux buts à un pour le Barça qui devait ensuite se séparer de Busquets touché au dos à la suite d’une retour musclé de Pires. Cet incident permettait à Yaya Touré de retrouver sa place habituelle de pivot devant la défense.

    A la 75ème minute, intervint une décision assez hallucinante de l’arbitre avec l’expulsion de Piqué pour un deuxième jaune à la suite d’un duel aérien. Si le premier carton était parfaitement justifié, le second est incompréhensible. Cette décision de l’arbitre laissait ainsi le Barça à 10 pour le dernier quart d’heure. L’ajustement tactique de Pep Guardiola amenait logiquement le sacrifice d’un attaquant (Henry) pour faire entrer un central (Caceres). Cela aurait pu couper toute initiative offensive aux visiteurs. Ce fut dans un premier temps tout l’inverse puisque Eto’o aurait mérité d’obtenir un penalty pour une intervention en retard d’un défenseur de Villarreal. Mais l’arbitre ne broncha pas (81’).

    Dès lors la fin de match se résumait à une succession d’occasions très franches pour Villarreal entrecoupée de quelques contres Blaugrana. Parmi les multiples incursions du sous-marin jaune on retiendra plus particulièrement le manqué de Franco à la 85ème dans une tentative de remake du but de Cani, puis celui de Nihat à la 91ème. Le Barça souffrait terriblement à 10 en laissant Villarreal trouver la profondeur dans le dos de sa défense pourtant très reculée. Il s’en est fallu de peu pour que les hommes de Pellegrini n’arrachent le point du nul en profitant de certaines carences de la défense catalane souvent prise de vitesse. Certains points seront ainsi à rectifier sous peine de futures déconvenues.

    Mais au final c’est bien sur une nouvelle victoire du Barça que s’est conclu cette partie disputée et intense. Après être revenus dans le match, les Blaugrana ont su conserver leur avantage dans la douleur, ce qui constitue un élément clé de tout succès en Liga ou en Ligue des Champions et qui avait disparu lors des deux dernières saisons de l’ère Rijkaard-Ronaldinho. Le Tourmalet qui devait être le moment de vérité a fait des dégâts, beacuoup de dégâts… chez nos concurrents ! Avec 10 points d’avance sur son dauphin sévillan, les Blaugrana sont d’ores et déjà champions des matches aller avec un nombre de points après 16 journées de 41 unités. De quoi voir venir et passer de joyeuses fêtes.

    Les joueurs
    Valdes : 6,5
    Impeccable dans les airs et sur sa ligne, il a sans doute contribué au manque de réussite des attaquants de Villarreal dans les uns contre uns (Rossi, Franco, Nihat), mais sans doute aussi à contrario à celle de Cani sur le but.

    Alves : 6,5
    Toujours aussi époustouflant de présence offensive et d’envie, il donne le ballon de l’égalisation à Keita. Toutefois, il a été souvent maladroit dans ses derniers gestes. Défensivement, il est coresponsable des difficultés collective à gérer les contres du sous marin jaune et leur sens de la profondeur.

    Piqué : 5,5
    Injustement expulsé, il avait jusque là effectué un match tout à fait correct au niveau des duels. En difficulté avec son compère Puyol lorsque Villarreal a joué les intervalles et la profondeur.

    Puyol : 5,5
    Un peu le même constat que pour Piqué, il a souffert face aux appels de Rossi ou Franco. Il desserte inexplicablement sa position dans les arrêts pour laisser Nihat rater son duel contre Valdes. Convaincant néanmoins dans l’agressivité et l’engagement.

    Abidal : 6
    Peu pris à défaut dans son couloir. Un match solide et sérieux.

    Busquets : 6
    Il a été au niveau du match en terme d’engagement et d’abattage. Moins impressionnant qu’un Touré, il a fait le job. Un frappe sublime également à son actif.
    Remplacé par Touré qui a contribué à tenir la baraque en fin de match.

    Xavi : 7
    Incroyablement précieux par son sens du jeu et de la dernière passe. Plusieurs caviars à son actif dont une passe décisive. Dans tous les bons coups. Très présent également dans les tâches défensives.

    Keita : 6
    Un but importantissime que sans doute seul lui aurait pu mettre tant il fallait oser mettre la tête face à la sortie de Lopez. Mine de rien il marque peu mais toujours des buts décisifs (il nous avait permis de prendre le point du nul contre Getafe). Néanmoins ce but ne doit pas masquer qu’il a toujours autant de mal à trouver sa place dans l’équipe au niveau de l’animation offensive. Pas assez créatif pour jouer aussi haut.

    Messi : 5
    Il finit l’année en donnant l’impression qu’il a les batteries un peu à plat. Il a peu réussi individuellement mais a eu l’intelligence de ne pas trop en faire en se mettant la plupart du temps au service de l’équipe. Un peu le symbole de nos difficultés dans le jeu court et axial ce soir. Globalement décevant.

    Eto’o : 5
    Une seule véritable occasion pour le Camerounais qui a beaucoup permuté avec Henry. Il aurait du obtenir un penalty en fin de match. Il a joué trop "compliqué".
    Remplacé par Hleb.

    Henry : 7
    Un but qui donne la victoire, de la disponibilité, de l’engagement, beaucoup de courses, il a été le plus dangereux de nos attaquants. Rate néanmoins une belle occasion au tout début du match.
    Remplacé par Caceres.

    Fiche technique :
    Villarreal CF : Diego López - Ángel, Gonzalo, Godín, Capdevila - Eguren, Senna (Ibagaza, m.80), Cazorla, Pires, Cani (Guille Franco, m.71) - Rossi (Nihat, m.71).

    FC Barcelone : Valdés - Alves, Piqué, Puyol, Abidal - Xavi, Busquets (Toure Yaya, m.67), Keita - Messi, Eto'o (Hleb, m.84), Henry (Cáceres, m.80).

    Buts : 1-0, m.48: Cani. 1-1, m.55: Keita. 1-2, m.66: Henry.

    Arbitre : Clos Gómez
    Avertissements : Guille Franco, Henry.
    Expulsion : Piqué (deuxième avertissement).

    www.fcbarcelonaclan.com
     

    Fichiers attachés:

Partager cette page