Violations des droits de l'Homme dans les geôles du «Polisario» : Une liste de 300 disparus remise à

Discussion dans 'Info du bled' créé par oisis73, 2 Novembre 2006.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    L'Association des «Portés disparus au Polisario» (APDP) a «protesté énergiquement» contre le rapport du Haut Commissariat des Nations unies pour les droits de l'Homme (HCDH) qui n'a pas fait état des violations des droits de l'Homme par le "Polisario" et ce, malgré les réunions que le président et les membres de l'APDP aient tenues avec les membres de la mission onusienne.



    Dans une lettre de protestation remise lundi à Rabat à Amnesty International (section-Maroc), l'Association sahraouie a souligné que le rapport élaboré par la Mission au terme de sa visite à Rabat, à Laâyoune, dans les camps de Tindouf et en Algérie en mai et juin derniers, «ne mentionne pas les violations des droits de l'Homme par le Polisario, malgré les réunions que nous avons tenues avec les membres de cette Mission à Laâyoune».

    Ces réunions ont été tenues à Lâayoune et ont rassemblé les représentants de huit Associations humanitaires des «victimes de violations des droits de l'Homme par le Polisario qui portent encore sur leurs corps les cicatrices des tortures et sévices qu'ils ont subis, ainsi que les représentants des familles de disparus dans les geôles du Polisario», souligne l'Association, dans sa lettre, dont copie est parvenue lundi à la MAP.
    Dans ce sens, l'Association fait savoir que de nombreuses lettres portant sur les violations des droits de l'Homme par le Polisario avaient été remises aux membres de la Mission et étayées par une liste de 800 disparus dans les prisons des séparatistes, en territoire algérien.
    Le rapport, affirme l'APDP, tente d'innocenter l'Algérie, quant aux violations des droits de l'Homme perpétrées sur son territoire, en dépit du fait que les tortures, les kidnapping, les meurtres et les sévices ont eu lieu sur son territoire, «ce qui prouve sa responsabilité avérée dans toutes ces horreur».
    D'autre part, l'Association a remis à Amnesty international (section-Maroc) une liste de 300 disparus dans les geôles du "Polisario", malgré que les investigations sont toujours en cours pour élucider le sort des 800 autres disparus, faisant état du blocus imposé aux médias par le Polisario et l'Algérie sur ces dossiers des droits de l'Homme.

     

Partager cette page