Vivendi Universal passe à l’offensive face à Internet

Discussion dans 'High tec' créé par Le_Dictateur, 22 Décembre 2005.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Dans une interview donnée au journal Le Figaro, Jean-Bernard Lévy, président du directoire du groupe Vivendi Universal, affirme que l’opération du rachat du bouquet TPS relève d’une offensive face aux nouveaux concurrents des fournisseurs d’accès à Internet, qui arrivent comme une menace pour la télévision payante traditionnelle.


    Un accord de rapprochement entre TPS et Canal+ qui vient ainsi d’être signé par Vivendi Universal a pour objectif principal de renforcer le groupe sur le marché de l’audiovisuel, qui connaît une concurrence accrue avec l’arrivée des opérateurs Internet.


    En effet, Jean-Bernard Lévy affirme dans une interview publiée dans Le Figaro du Lundi 19 décembre que le marché de l’audiovisuel (diffusion de programmes vidéo) connaît des nouveaux entrants grâce à l’Internet haut débit, ceux-ci vont renouveler la composition du paysage actuel français. Il confie au Figaro: «L’opération est défensive, mais surtout offensive. Offensive parce qu’il s’agit de créer une nouvelle dynamique pour la télévision payante, au bénéfice du consommateur.»

    Les opérateurs d’Internet et le développement du haut débit ADSL provoquent un bouleversement sur le marché des médias. Dans le contexte d’une convergence accrue des médias, les médias traditionnels dans le domaine de l’audiovisuel doivent faire face à de nouveaux entrants qui ont un savoir-faire dans les nouvelles technologies. Selon Jean-Bernard Lévy, quelques-unes des indications - qui ne trompent pas - concernant la menace des groupes de télécoms sont l’achat des droits du championnat de foot belge par Belgacom et la situation similaire qui se profile en Allemagne par la Deutsche Telekom.

    Le rachat de TPS par Vivendi Universal est observé avec attention par les professionnels du milieu: le Conseil supérieur de l’udiovisuel (CSA) suit de près le mouvement, les autorités de la concurrence et les professionnels de l’audiovisuel. Toutefois, Jean-Bernard Lévy, précise au Figaro qu’un tel rapprochement n’aurait pas d’incidence sur les différents engagements pris par l’un ou l’autre des partenaires dans les domaines du cinéma et du football.


    La filiale de Vivendi Universal, Canal + , qui vient de franchir la barre des 5 millions d’abonnés, peut donc espérer trouver également de nouveaux clients à la suite de la fusion avec TPS.


    Arnaud Lagardère semble de son côté favorable à une fusion des plates-formes satellitaire TPS-Canal Satellite si chaque partenaire trouve un véritable rôle, mais il est pour l’instant à l’écart des négociations. Canal satellite est actuellement détenu à 66 % par le groupe Canal+, Lagardère détient 34 %, et, en ce qui concerne TPS dépend, la société dépend à 66 % de TF1 et à 34 % de M6. La concurrence de la télévision par ADSL favorise un climat de rapprochement des groupes qui proposent des offres payantes. Les négociations se poursuivent afin d’arriver à un seul bouquet payant. On comprend mieux, connaissant ces participations croisées, que les différents bouquets, mais aussi les chaînes de télévision traditionnelles comme TF1 ou M6, souhaitent rassembler leurs forces.


    Les discussions d’un rapprochement entre TPS et Groupe Canal + ne sont pas nouvelles, mais elles prennent aujourd’hui un tour moins informel. Le rapprochement des deux bouquets devenait pour Vivendi Universal un véritable objectif stratégique, selon Jean-Bernard Lévy. Les pressions venant des opérateurs Internet semblent accélérer les processus de négociation. Ainsi, depuis début novembre, les différents partenaires poursuivent la négociation.

    Notons que le groupe Vivendi Universal pourrait également réfléchir, selon Jean-Bernard Lévy, à des acquisitions dans le domaine de l’Internet ou des services Internet: le groupe n’exclut pas un renforcement de sa participation dans Neuf-Cegetel (Vivendi Universal est déjà actionnaire de la valeur à hauteur de 28%). Si des investissements sont prévus dans certaines zones comme la Pologne ou la Tunisie, Vivendi Universal s’oriente toutefois davantage, selon le président du directoire, vers une consolidation de l’acquis au profit du consommateur et des abonnés.


    Le consommateur doit être, selon Jean-Bernard Lévy, le grand gagnant: un abonnement unique à un bouquet de chaînes permettra un éclaircissement des différentes possibilités fournies au consommateur.

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=5492
     

Partager cette page