Voyeur de pivoine

Discussion dans 'toutes les poésies...' créé par titegazelle, 20 Juillet 2008.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    [​IMG]


    En tout bien tout honneur, on peut marcher de fleur en fleur dans les jardins, visiter la giroflée comme on prendrait le thé chez une élégante confinée dans son velours grenat, désirer sagement le bouton de cognassier, comme on aurait envie d'une glace italienne panachée fraise et vanille, s'embarquer quelques secondes sous le parapluie chinois de l'ancolie.
    Mais la pivoine vous attend toujours au détour d'un buisson, et l'on risque aussitôt l'outrage aux bonnes mœurs. Si ronde, si pleine, si sûre d'elle, elle n'en finit pas de se gonfler. Même en bouton, elle déploie ses courbes avec la volupté d'une belle dormeuse dans ses draps, feignant le plaisir du sommeil - car son bonheur est d'être regardée.

    Offerte, la pivoine, pulpeuse dès l'enfance, accablée de langueur au creux de son berceau ... Et puis si vite déployée, si généreuse de pétales, et ce rouge au-delà du goût ... Grenade, violet-mauve, et quelquefois framboise sous ciel gris... Ce n'est plus une couleur, mais la métamorphose d'un abandon : juste ce qu'il faut de secret lourd pour que sa sensualité ne glisse pas vers une invite molle.


    Comment ne pas rester quelques instants devant ce flamboyant spectacle, séduit, un peu gêné, pourtant ? La pivoine est compromettante. Sucre et poivre mêlés, elle promet toutes les saveurs : la regarder semble un péché. Mais l'attentat en reste là, la Mondaine ne sera pas alertée ; au premier orage, la pivoine se délave, se disperse, et de l'envie on passe à la pitié. Allumeuse, elle ne brûle que pour elle, et solitaire meurt en papier buvard pâle au hasard des allées.
    Son épitaphe lui donne un peu trop tard la mystique qui lui manquait :
    Elle était folle de son corps
    Elle s'aimait trop pour le donner
    Priez pour elle

    Philippe Delerm

    Extrait de "La sieste assassinée" de Philippe Delerm
    aux Editions Gallimard/folio
    Copyright © 2001- 2005 Chez Lola Tous droits réservés
     

Partager cette page