Wenger laisse la porte ouverte

Discussion dans 'Angleterre' créé par simo160, 19 Novembre 2011.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Arsène Wenger fera le point à la fin de la saison sur son avenir à Arsenal, dit-il dans un entretien paru samedi dans L'Equipe Mag. Au club depuis 15 ans, il a "le sentiment que quelque chose se termine" chez les Gunners. Mais il se dit loin du PSG, à qui il a conseillé de conserver Kombouaré.

    Arsène Wenger et Arsenal, cela fait désormais quinze ans que ça dure. A priori, il n'y a pas de raison pour que ça change, même si l'Alsacien sort de son propre aveu du "pire été" de sa carrière. Dans un long entretien accordé à L'Equipe Mag, il laisse toutefois la porte ouverte à un départ en fin de saison, après avoir remporté trois titres de champion d'Angleterre (1998, 2002 et 2004) et quatre Cups (1998, 2002, 2003 et 2005) depuis son arrivée en 1996. "Je ferai le point à la fin de celle-ci. Après, il me reste deux ans de contrat", laisse-t-il entendre. "Me concernant, on est plutôt sur du court terme, c'est évident. Mais avec moi ou quelqu'un d'autre, ça ne change rien. Il faut que celui qui viendra après moi dispose des bases pour obtenir des succès", ajoute-t-il.

    "Quelque chose se termine"


    L'été dernier, au cours duquel il a vu partir notamment Samir Nasri et Cesc Fabregas, l'a visiblement affecté. "Pour la première fois depuis que je suis ici, ce sont des joueurs jeunes, qui arrivent à maturité, qui partent. J'en ai souffert, avoue-t-il. Parce que c'est douloureux de se séparer de joueurs clés sur lesquels tu as beaucoup investi." Le manager des Gunners a aujourd'hui "le sentiment que quelque chose se termine. Tu avais un projet avec des gars que tu prends à 18 ans et qui s’en vont à 23 ans. Ce n’est pas de ça dont tu as rêvé." Alors que le club londonien n'a rien gagné depuis six ans, Wenger se retrouve donc face à une entreprise de reconstruction. "C'est un cycle qui reprend, explique-t-il. Quand nous sommes sortis d'Highbury (en 2006), j'ai visé le long terme avec une équipe très jeune. Ça n'a pas donné satisfaction. Oui, il faut reconstruire." Peut-être sans lui.


    S'il était finalement amené à quitter Arsenal, où irait Arsène Wenger ? A l'entendre, il serait encore loin du PSG. Pas dans l'immédiat, en tout cas. "Laissez-le circuler", répond-il lorsqu'on lui dit que son nom circule depuis quelques mois à Paris. "Ce n'est pas la peine de m'entraîner sur ce terrain-là. Je vous dis que je suis totalement impliqué dans ce que je fais. Je n'ai pas une seconde envie de quitter Arsenal. Et les difficultés du début de saison n'ont fait qu'aviver mon désir de me battre", poursuit-il. Proche des propriétaires qatariens du PSG, il reconnaît malgré tout des contacts. L'occasion pour lui d'apporter son soutien à Antoine Kombouaré. "Quand ils ont sollicité mon avis, j'ai encouragé les propriétaires du PSG à faire confiance à Antoine Kombouaré, qui est un très bon entraîneur, dévoile-t-il. Voilà, ce n'est pas parce qu'on est amis qu'on va travailler ensemble. C'est même mieux parfois de l'éviter pour rester amis." Le discours changera-t-il lorsqu'il fera le point en fin de saison ? Affaire à suivre...

    Eurosport
     

Partager cette page