Wenger veut réduire le calendrier international

Discussion dans 'Football' créé par oisis73, 13 Octobre 2006.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    L'entraîneur d'Arsenal, Arsène Wenger, a estimé vendredi lors d'un point presse que les petites équipes ne devaient plus participer aux matches de qualifications des tournois internationaux car cela alourdit le calendrier des grands clubs. Il a également demandé la mise en place de compensations pour les équipes qui mettent leurs joueurs à disposition.

    "Dans les phases de qualifications, vous avez des groupes de sept ou huit équipes. Et il n'y a eu que quatre matches de disputer, il en reste huit. Il faut réduire le nombre de pays qui participent aux qualifications. Cela serait sage de faire des groupes de quatre ou cinq", a-t-il dit.

    Evoquant le match des Iles Féroé contre la France, Wenger a expliqué: "Il n'a pas été disputé à Paris, personne ne serait venu. Alors, il a été joué en province, à Sochaux, dans un stade de 20.000 places. C'est bien pour les Iles Féroé. Mais pour le jeu... Mercredi soir, quand vous vous mettiez devant votre télé, vous vous disiez: +Rien à voir ici+".

    "D'un point de vue pragmatique, la première chose à faire est d'avancer de 24 heures le deuxième match international" et de le jouer le mardi et non plus le mercredi pour donner un jour de plus aux entraîneurs de clubs.


    Par ailleurs, "il doit y avoir des compensations quand les joueurs sont en sélections" et il faut "trouver un nouvel équilibre entre le pouvoir des fédérations et celui des clubs dans le football international parce que les clubs ont un handicap trop important", a dit Wenger. "Pour faire face aux salaires que vous devez payer, vous devez être dans une situation décente pour obtenir des performances", a-t-il dit. "Et actuellement, les clubs ne le sont pas".

    Wenger a en revanche été plus prudent sur la revendication, notamment exprimée par l'entraîneur de Liverpool Rafael Benitez, de compensation financière en cas de blessure d'un joueur en sélection. Selon lui, il est "difficile de prouver l'origine de la blessure d'un joueur".

    Evoquant celle de Michael Owen au Mondial, pour laquelle Newcastle demande à la Fédération anglaise le paiement des salaires durant son indisponibilité, Wenger a répondu : "Je ne suis pas certain que la Fédération anglaise soit responsable de cette blessure. Peut-être qu'il aurait été blessé de la même manière s'il était resté à Newcastle".

    "Un joueur peut avoir un problème au genou ici, partir ailleurs sans que rien ne se passe pendant des années, puis son genou cède", a-t-il expliqué. "Les blessures font partie des risques du métier, nous devons accepter ça", a-t-il dit.

    www.sport.fr
     

Partager cette page