XAVI Hernandez : l'apogée du maître

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 23 Juin 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    A 29 ans, le numéro 6 blaugrana a réalisé la meilleure saison de sa carrière et fait taire ses derniers détracteurs. Suite de notre Top 20 basé sur la moyenne des notes attribuées par les rédacteurs du FCB Clan.


    Note moyenne : 6,54
    Xavi Hernandez est le joueur de l’effectif actuel du Barça qui a le mieux connu Guardiola en tant que joueur de 1998 (son arrivée dans l’équipe première) à 2001 (départ de Pep). Quoi de plus naturel, donc, que Pep, devenu entraîneur, fasse du natif de Terrassa la pierre angulaire de son onze. Surtout que c’est plus ou moins le rôle que Xavi a eu depuis le départ de ce même Guardiola, même s’il s’est souvent retrouvé dans l’ombre, que ce soit celles de tauliers comme Cocu ou Luis Enrique, ou de stars comme Rivaldo ou Ronaldinho.
    [​IMG]

    Le départ de ce dernier, mais aussi de Deco, le véritable leader technique du système Rijkaard, ont poussé Xavi à prendre enfin pleinement ses responsabilités. Désormais vice capitaine, l’homme aux plus de 450 matches sous la tunique blaugrana s’est également appuyé sur la confiance emmagasinée lors de l’Euro et du triomphe de la Roja auquel il a pleinement participé au point d’être élu meilleur joueur du tournoi (presque par défaut toutefois tant aucune figure n’a véritablement émergé de la formidable machine collective hispanique).

    De fait Xavi a livré une saison extraordinaire. Car au-delà de ses statistiques impressionnantes (23 passes décisives dont quatre à Bernabeu !), c’est bel et bien le Xavi d’avant sa grave blessure au genou de la fin d’année 2005 que l’on a retrouvé, et même mieux encore, tant il assume désormais un véritable leadership sur la pelouse et dans le vestiaire. Rampe de lancement incontournable des mouvements offensifs avec sa qualité de passe incroyable, régulateur éternel du milieu de terrain avec sa couverture de balle diabolique, et même buteur à ses heures perdues que ce soit sur coup franc (comme en finale de Copa) ou après une offrande d’un partenaire, la panoplie du maestro Xavi est désormais mondialement connue. Et ne comptez pas sur lui pour prendre ombrage de la nouvelle aura médiatique (bien méritée) de Iniesta.
    [​IMG]

    Les critiques portant sur son manque d’impact physique et d’agressivité défensive se sont évaporées. Et après les remontada de Osasuna (il marque le but du 2-2) et de Santander (c’est lui qui met la tête sur la barre qui amène l’égalisation de Messi), sa soi-disante réputation de « Casper » dans les moments difficiles a également pris un sacré coup. Dans un football moderne qui ne semble jurer que par le volume de jeu, Xavi, par un archaïsme revendiqué, prêche la densité du jeu. Faire des passes, réussir ses contrôles, conserver le ballon, le donner, se déplacer, la palette de Xavi n’a en fait jamais semblé aussi moderne. Certains rendent le football magique par l’addition de gestes, parfois superflus, Xavi tend de son côté à le sublimer par la soustraction en atteignant une sorte d’épure du geste juste.

    Cette saison couronnée d’un triplé restera comme la meilleure de sa carrière devant celle du premier titre de l’ère Rijkaard en 2004-2005. Epoustouflant lors de la réception de l’Atletico Madrid avec un 6-1 qui sera comme un déclic pour la suite de la saison catalane, Xavi obtient la moyenne exceptionnelle de 7,50 pour le mois d’octobre. La suite continuera avec de hauts standards et une régularité impressionnante. Quelques ratés très rares comme son match à Mestalla (sans doute son plus mauvais match de la saison) mais pas mal de chefs d’œuvre, notamment le Clasico à Bernabeu qu’il a survolé de toute sa classe, sans oublier la finale de la Coupe du Roi ou celle de la Ligue des Champions.

    La saison d’un maître à son apogée.


    Ses cinq matches clés :

    FCB 6-1 Atletico Madrid
    FCB 6-0 Malaga
    FCB 4-0 Séville
    Real Madrid 2-6 FCB
    FCB 2-0 Manchester United


    Statistiques (fcbarcelona.cat) :

    Liga : 35 matches joués, 3106 minutes (dont 3074 comme titulaire), 6 buts et 16 passes décisives.
    C1 : 12 matches joués, 1027 minutes (dont 992 comme titulaire), 2 buts, 6 passes décisives.
    Coupe du Roi : 5 matches joués, 245 minutes (dont 181 comme titulaire), 1 but et 1 passe décisive.



    fcbarcelonaclan
     

Partager cette page