Youssouf Fofana reconnaît l'assassinat d'Ilan Halimi

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 28 Mai 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Pour la première fois lors de son procès, entamé il y a un mois à Paris, le chef présumé du «gang des barbares» a reconnu avoir tué seul le jeune homme de 23 ans.

    Après avoir reconnu une partie des faits en garde à vue, Youssouf Fofana, chef présumé du «gang des barbares», jugé à Paris depuis un mois, a confirmé jeudi avoir tué seul Ilan Halimi en 2006. La mort du jeune juif est intervenue à l'issue de trois semaines d'une séquestration ponctuée d'actes de torture. Fofana, 28 ans, n'avait pas contesté les faits au cours de l'instruction mais c'est la première fois qu'il les reconnaît lors de son procès devant les assises des mineurs, où il comparaît à huis clos avec 26 co-accusés depuis le 29 avril.

    Alors que témoignaient à la barre deux médecins légistes ayant examiné le corps de la victime, l'accusé principal a répondu à une question de la partie civile : «Oui c'est moi qui l'ai fait, vous savez bien que je l'ai fait!», selon une source proche du dossier. «Il a reconnu avoir versé un liquide inflammable (sur le corps d'Ilan Halimi) et l'avoir allumé avec un briquet», a par ailleurs déclaré une source présente à l'audience.


    Aucune précision sur les coups de couteau

    Ilan Halimi, un vendeur de téléphones portables de 23 ans, séquestré et torturé trois semaines dans un appartement puis un cave d'une cité HLM de Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, avait été abandonné au bord d'une voie ferrée dans l'Essonne le 13 février 2006. Il est mort lors de son transfert à l'hôpital. Ce crime sauvage avait provoqué l'indignation de l'ensemble de la classe politique, l'angoisse et la consternation de la communauté juive, ainsi que plusieurs manifestations.

    L'autopsie de son corps avait révélé des brûlures, vraisemblablement causées par de l'alcool à brûler, sur l'ensemble du thorax et du dos, sur le front, les cuisses, les mollets, les bras et les mains. Le corps portait aussi trace de quatre plaies au cou, dont une à la veine jugulaire, ainsi qu'une «plaie pénétrante» à la hanche gauche, «causées par un instrument tranchant et piquant», d'après l'acte d'accusation. Selon plusieurs sources jointes par l'Agence France-Presse, Fofana n'a donné aucune précision sur les coups de couteau.

    Il doit répondre d'assassinat car l'accusation a retenu la thèse de la préméditation. L'enquête avait démontré qu'au moment de déplacer l'otage le 13 février, de l'alcool à brûler avait été apporté par Fofana et dissimulé par lui dans une voiture.


    Le procès doit s'achever le 10 juillet.


    http://www.lefigaro.fr/actualite-fr...ana-reconnait-l-assassinat-d-ilan-halimi-.php
     
  2. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Halimi : le coup de main de la DGSE pour les e-mails de Fofana


    C'est au cours de l'émission « Mots Croisés » diffusée le 11 mai sur France 2 qu'un policier a vendu la mèche. Pendant l'enquête sur le « gang des barbares », la bande jugée ces jours-ci pour avoir torturé et assassiné Ilan Halimi, les services secrets avaient collaboré aux investigations… sans pour autant apparaître dans le dossier.

    Grâce à un dispositif sophistiqué d'alerte et de surveillance des messageries Internet, la DGSE a en effet donné un coup de main technique aux enquêteurs de la brigade criminelle et permis de suivre en direct les messages adressés par les ravisseurs à partir de cybercafés parisiens.

    « Il s'agissait d'intercepter des e-mails. Rien à voir avec le fait de piéger un ordinateur avec un virus », précise un connaisseur du dispositif.

    Le succès n'a pourtant pas été au rendez-vous : Fofana a pu se réfugier en Côte d'Ivoire, où il a été arrêté, et Ilan Halimi a finalement été retrouvé mourant sur une voie de chemin de fer…

    Quand les « services » aident les enquêtes policières

    Elaboré il y a une poignée d'années, le dispositif en question est baptisé PNCD (Programme national de cryptage et décryptement). Installé au sein des services secrets, il a vocation à être utilisé par tous les services de police et gendarmerie après que l'Intérieur en a fait la demande -tout à fait officielle- à la Défense.

    Après une période de rodage, le système, créé en interne par la direction technique de la DGSE avec l'apport de sociétés privées, est de plus en plus régulièrement utilisé par les services d'enquête classiques.

    La police judiciaire parisienne n'a pas souhaité, à cause du procès en cours, commenter les informations de Rue89, mais l'ancien patron de la « Crim », Noël Robin, interrogé le 26 mai à l'audience, a balayé le soupçon d'une enquête menée « hors cadre légal » que les avocats de Youssouf Fofana tentaient de distiller.

    Il a ainsi expliqué que la DGSE avait été mobilisée pour mettre à disposition des enquêteurs les « meilleures options techniques » possibles…


    http://www.rue89.com/2009/05/28/halimi-le-coup-de-main-de-la-dgse-pour-les-e-mails-de-fofana
     

Partager cette page