Zuma devient officiellement président de l'Afrique du Sud

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 9 Mai 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    Au cours de sa prestation de serment, le nouveau chef d'Etat s'est engagé à perpétuer l'esprit de «réconciliation» initié par le premier président noir du pays, Nelson Mandela.

    Jacob Zuma a prêté serment samedi à Pretoria en tant que quatrième chef d'Etat de l'Afrique du Sud démocratique, au cours d'une cérémonie où il s'est engagé à respecter l'esprit de «réconciliation» entrepris par le premier président noir du pays, Nelson Mandela, présent aux festivités. Jacob Zuma, qui a été élu président mercredi par le Parlement après l'écrasante victoire de son parti, le Congrès national africain (ANC) aux élections législatives du 22 avril, a ainsi juré de «protéger tous les Sud-Africains et d'encourager le respect de leurs droits».

    En dépit d'une pluie battante, des milliers de personnes avaient fait le déplacement. L'inauguration du nouveau président, âgé de 67 ans, s'est déroulée vers les 11h locales (9h GMT) dans les bâtiments de l'Union, qui abritent le siège du gouvernement et les bureaux de la présidence. Une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement, essentiellement africains, ont participé à la cérémonie, dont les très controversés président zimbabwéen Robert Mugabe et le roi Mswati III du Swaziland.

    Une image ternie par plusieurs affaires

    Il s'agit pour Jacob Zuma d'un retour triomphant puisqu'il y a peu encore l'homme été donné mort politiquement. En 2005, notamment, il avait été limogé de son poste de vice-président et en 2006, acquitté dans une histoire de viols. Plus récemment, encore, il a obtenu un non-lieu dans une affaire de corruption. «Nous avons soutenu Zuma pendant ses batailles judiciaires injustifiées. Il est maintenant ici pour diriger le pays», s'est réjoui un de ses partisans, venu assister à la prestation de serment.


    Le nouveau président doit révéler dimanche la composition de son gouvernement, qui devra répondre à deux priorités: la lutte contre la pauvreté - 43% de la population vit avec moins de 2 dollars par jour - et l'amélioration des services publics pointés du doigt pour leur manque cruel d'efficacité.

    Il va devoir répondre aux attentes de millions d'électeurs dans un contexte difficile, puisque la première puissance économique d'Afrique s'apprête à entrer en récession.

    http://www.lefigaro.fr/internationa...ciellement-president-de-l-afrique-du-sud-.php
     

Partager cette page